Los Cantos de Xochi: Dansez la Vaccinade vers la Grande Hommelette Finale!

Ce premier canto – un conte de fée, un artifice de conte, un conte de Grimes anti-fakes, à l’encontre de tous ceux qui s’antiffent dans nos vies – et je vais en rester là, pour aujourd’hui, car j’ai d’autres oeufs à fouetter – a pour intention déclarée d’inciter le peuple à l’Insurrection à l’encontre de toutes les obligations vaccinales et de l’inciter à orchestrer des actions collectives en Justice – si tant est que les tribunaux ne soient pas tous vérolés et verrouillés – à l’encontre de l’Etat Français, de la Mafia de la Pharmacratie et de tous les criminels des Médias qui sont les ovifères de la lobotomisation, de la stérilisation et de l’eugénisme vaccinal et pharmacratique. C’est un défaut de câblage tel que, pour paraphraser un poète maudit, «la vérité, en termes humains, possède une demie-vie de cinq secondes». C’est la faille de la psychologie humaine sur laquelle surfe – en laquelle s’engouffre – Fakebook selon les aveux mêmes de son co-fondateur, Sean Parker – un expert en parquage de volailles.

Faut-il préciser que ce conte anti-fakes est, également et résolument, un appel à une Insurrection des Consciences – si je puis me permettre cet emprunt à un écrivain célèbre – à l’encontre de la machine de propagande globale que représente Fakebook – le partenaire incontournable de toutes les officines d’Etats chargées de chasser le naturel. Chez tous les Fakebookés, le cerveau languit à force de tourner en boucles et en rond: il est Fakebouclé. Chez tous les Fakebookés, le cerveau est bouchonné à force d’inséminations chimériques: il est Fakebouché. Chez tous les Fakebookés, le cerveau est grillé par une overdose constante de stimuli sensoriels – insensés: il est Fakeboucané. Chez tous les Fakebookés, le cerveau sur mode “like” est plongé dans une auto-flagellation constante – j’aime, je te hais: il est Fakeboukémissaire. Tous les Fakebookés savent, intuitivement, qu’un oeuf qui roule n’amasse pas mousse – un reliquat de la nature sauvage qui perdure chez tous les individus normaux à l’exception des psychopathes invétérés. Continuer la lecture

Qualités Médicinales des Perillas

Le genre Perilla, de la Famille des Lamiacées, comprend une espèce “domestiquée”, Perilla frutescens, et trois espèces sauvages – Perilla citriodora, Perilla hirtella et Perilla setoyensis. Perilla frutescens serait originaire de Chine et il est répandu dans ce pays à partir du 42ème degré de latitude nord. Perilla frutescens s’étend, sur le sous-continent Indien, du Cachemire au Bhoutan. Cette espèce comprend trois sous-espèces, Perilla frutescens sp. crispa et Perilla frutescens sp. acuta cultivées pour ses feuilles et Perilla frutescens sp. frutescens cultivé, principalement, pour ses graines. Perilla frutescens sp. crispa est appelée “Shiso” en Japonais et “Zisu” en Chinois – mais également Pérille, Basilic Chinois et Sésame sauvage en Français; Bhanjira en Hindi; Ban Tulsi en Bengali. Perilla frutescens sp. frutescens est appelée “Egoma” en Japonais. La Périlla est une culture traditionnelle au Japon, en Chine, au Népal, au Bhoutan, en Corée, en Inde, en Thaïlande, etc. Elle entre, par exemple, dans la confection des shushis et de la pâte d’umeboshi à base de prunes fermentées. Continuer la lecture

Translations d’Andromède: Commentaires de la Sloka 5

Les commentaires des Translations d’Andromède de John Lash présentent des bribes d’un mythe alternatif de la préhistoire de la Terre. Le mythe n’est pas complet, ou séquentiel dans ces notes, mais il peut être pressenti d’après les aspects mis en exergue.

Tous les commentaires et l’épopée des Translations d’Andromède ont été placés sur mon nouveau site Magie Tantrique Gaïenne qui rassemble toutes mes traductions de l’oeuvre de John Lamb Lash.

Sarod

Un instrument de musique classique Hindoue à ne pas confondre avec le sitar beaucoup plus connu. Le sarod est un grand luth avec deux jeux de cordes et une plaque métallique. Les cordes sont pincées plutôt que frappées générant un son percutant distinct du gémissement exotique du sitar.

La musique de sarod est privilégiée par les Tantrikas par la façon dont elle stimule la pulsation d’excitation de la Kundalini, de la Puissance du Serpent, lorsqu’elle jaillit au travers du sushuma, le canal central dorsal de l’anatomie subtile des êtres humains. Bien que les Andromèdiens ne possèdent pas une structure anatomique similaire – leur corps entier étant plasmatique plutôt que somatique – ils peuvent faire l’expérience de l’impulsion du sarod au travers de sensations  de leur vortex anatomique primaire, plus ou moins comparable à la veine cave dans l’anatomie humaine. Continuer la lecture

Refuge pour les Non-Nés

Refuge pour les Non-Nés

Conversions de William Butler Yeats

John Lamb Lash. Traduction de Xochi

Avant-Propos de Xochi, le traducteur. Cela fait 7 années que j’ai traduit ces poèmes Tantriques et Gaïens de John Lash. Aujourd’hui, je les mets en ligne parce que les temps changent et que cela me fait bien plaisir.

 

1. La Tantrika et le Terton.

Tantrika. Durant toute cette soirée, j’ai musé en un rêve et je t’ai vu traquer des formes parmi les étoiles: tout d’abord, le noeud dans la corde entre les deux baleines: l’une bondissant vers Andromède, l’autre plongeant à l’ouest, puis un fuseau que tu devinas à l’image d’une tête de vautour,  et puis, enfin, la fleur ensanglantée de la féminité,  Pushpa, ta divination de l’Enfant Etincelant.

Continuer la lecture

L’Ashwagandha: une pharmacopia millénaire, naturelle et très puissante

Withania somnifera fait partie de la Famille des Solanacées. Le genre Withania comprend 23 espèces réparties autour du bassin Méditerranéen, en Afrique et dans l’Asie du sud-ouest. L’un de ses noms Sanskrits, “Ashwagandha”, signifie l’odeur du cheval – ashva/cheval et gandha/odeur – de par l’intense parfum exsudé par les racines de cette espèce médicinale, l’une des plus fondamentales, depuis des milliers d’années, dans la Médecine Traditionnelle Ayurvédique de l’Inde. L’Ashwagandha est également appelée le Ginseng de l’Inde et la Cerise d’hiver de l’Inde – et également la Présure de l’Inde car on s’en sert pour cailler le lait. Elle fait partie de la classe des plantes dites “Rasayana Sattviques” – à savoir des élixirs alchimiques. Dans l’Ayurvéda, la plupart des plantes Rasayana sont des plantes adaptogènes et anti-stress. Selon Acharya Sushruta, le célèbre chirurgien de l’antiquité, co-fondateur de l’Ayurveda et auteur du Suśruta-saṃhitā, les Rasayana sont des substances qui ralentissent le processus de vieillissement, accroissent l’énergie mentale et physique et donc la longévité. Au Yemen, elle est nommée, dans un dialecte Arabe, “waraq as-sifa”, à savoir “la feuille de la guérison”. Continuer la lecture

Le Mythos de Gaïa. Première Ode: La Déesse Déchue

Avant-Propos de Xochi, le traducteur. Cela fait 7 années que j’ai traduit cette présentation très poétique, par John Lash, du Mythos de Gaïa. Nous étions au coeur du désastre nucléaire de Fukushima – toujours en cours et à jamais. J’avais transformé le blog de Kokopelli en blog de la vérité sur Fukushima – au cas où la vérité sur le génocide nucléaire aurait intéressé une poignée d’êtres humains. Et la vérité est souvent tellement poignante – parce que tellement prégnante d’impuissance – qu’elle requiert, parfois, quelques respirations métaphysiques pour la santé de l’âme. Ainsi donc, malgré que John Lash n’ait jamais achevé son poème en prose, j’ai décidé, aujourd’hui, de proposer ce que j’en ai traduit comme une forme de récréation, de régénération, suscitée par certains de mes articles récents qui nécessitent, une fois de plus, de plonger au coeur du génocide et au coeur de la démence des génocideurs. Cette Ode à Sophia est un Hommage à sa Beauté: un Torrent d’énergie plasmique émergeant du coeur du Plérome de la Voie Lactée, une Résonance émergeant du coeur de la Plénitude de la Voix Lactée, afin de s’incarner en ce magnifique vaisseau spatial, la Planète Terre, Gaïa.  

Mon nouveau site, Magie Tantrique Gaïenne, rassemble toutes mes traductions de l’oeuvre de John Lamb Lash. Continuer la lecture

Les Agastaches pour soigner la malaria, la dépression, les cancers, les hépatites…

Les Agastaches constituent un petit genre dans la Famille des Lamiacées comprenant une petite trentaine d’espèces vivaces. Elles sont toutes originaires des Amériques du nord et centrale à l’exception d’Agastache rugosa originaire de l’Asie de l’est. Agastache signifie, en Grec, avec de nombreux épis, “agan/stachys”. Une toute nouvelle espèce a récemment été découverte dans l’Etat de Durango, au Mexique, Agastache sandersiana [1]. Le genre Agastache est divisé en deux sections: la section “Agastache” qui comprend l’espèce Asiatique Agastache rugosa, ainsi que les Agastaches du continent nord-américain; et la section “Brittonastrum” qui comprend toutes les Agastaches du sud-ouest des USA et de l’Amérique centrale. Continuer la lecture

Les qualités extrêmement médicinales des Cressons de Para

Plusieurs espèces tropicales de Spilanthes et d’Acmella ont été traditionnellement utilisées pour la médecine ou pour l’assaisonnement des aliments. Au Brésil, par exemple, le Cresson de Para, connu sous le nom de “jambu”, est mélangé avec du jus de manioc, des piments forts et de l’ail pour parfumer la tacaca, la soupe locale. La sensation piquante générée par le spilanthol est plaisante ou ne l’est pas, selon les goûts. Les Malgaches l’ont appelée “brède mafane” – l’herbe chaude.  Cependant, lorsqu’elles sont cuites, les plantes perdent leur saveur très forte et peuvent donc être consommées en légumes verts.

Le genre Spilanthes comprend environ 300 espèces. Taxonomiquement, ce genre est souvent confondu avec le genre Acmella – qui comprend, environ, une quarantaine d’espèces – et parfois avec le genre Salmea. En fait, ces deux genres peuvent être distingués par, au moins, huit caractéristiques morphologiques et par un génome différent. La caractérisation la plus aisée reste, cependant, la forme du capitule: les espèces du genre Spilanthes ont un capitule discoïde et les espèces du genre Acmella ont un capitule radié – et dépourvu de pappus. Continuer la lecture

Les Ocas de la Pachamama

Dans ma jeunesse Bretonne – déjà très libertaire, anti-nucléaire et décoratrice de casernes militaires – je m’imaginais de raviver les “cendres de l’aculture” en y chantant les états d’Hommes de Gilles Servat, de Jean-Marie Vivier et de François Béranger, les bardes révoltés contre le centralisme Etatique sans âme – qui, un demi-siècle en arrière, n’avaient pas sans doute pressenti, à sa juste amplitude, la métamorphose du carcan social mis en place par les Autorités: de la petite surveillance Micro – à la bonne franquette du réseau taupinier des RG – à la grosse dictature Macro née de la politique de l’Etat d’Urgentissime. «Nous sommes Incas, nous sommes Incas, un cas pathologique». Continuer la lecture

Pour prévenir et guérir la Malaria: les Armoises d’Artémis ou les vaccins chimériques de la Pharmacratie? Dossier n°2.

Les armoises pour guérir la malaria: de la Médecine Traditionnelle Eurasienne

aux découvertes de Pamela Weathers

Dans ce second dossier sur la Malaria, et sur les qualités médicinales antipaludiques des espèces du genre Artemisia, je présente tout d’abord l’utilisation médicinale plurimillénaire de ces Armoises dans les Médecines Traditionnelles Européenne et Chinoise. Je présente, ensuite, les découvertes de Pamela Weathers ainsi que trois annexes dont l’une est une traduction partielle d’une publication de cette biologiste, datant de 2014.

Pamela Weathers – qui est professeur de biologie et de biotechnologie – travaille dans son laboratoire, au Worcester Polytechnic Institute dans le Massachusetts, sur la malaria et Artemisia annua depuis plus de 25 années. Elle a publié de très nombreuses études… dont aucune n’a eu le moindre écho communiqué par la presse ou par la communauté scientifique Française travaillant sur la malaria. Pourquoi? Parce que Pamela Weathers affirme que l’on peut soigner la malaria avec de simples remèdes sous forme de tablettes de feuilles séchées et comprimées de variétés d’Artemisia annua à haute teneur en artémisinine. Il semble très patent que l’Industrie Pharmacratique et l’Industrie de la Recherche Française (financée par les fonds publics) n’ont que faire des découvertes de Pamela Weathers. Ces découvertes ne sont, d’ailleurs, que des redécouvertes ou des confirmations des propriétés médicinales des multiples espèces au sein du genre Artemisia – qui sont des Plantes Médicinales Maîtresses que les tradipraticiens connaissent depuis des millénaires, tout autant pour la malaria, que pour le cancer ou l’avortement. Continuer la lecture

La Bio Piratée, sixième épisode. Suspense : Lima/Danival bientôt chez Nestlé… ou chez Amazon ?

En début janvier 2018, cela chauffe pour le groupe Hain Celestial du côté des analystes boursiers qui s’interrogent, non pas sur la destinée de cette société multinationale dont le rachat est inéluctable, mais sur l’identité de l’heureux futur acquéreur : Nestlé ou Amazon ou, peut-être, la Chine ? [16] Rappelons que Hain Celestial est le propriétaire de Lima et de Danival et d’une pléthore d’autres sociétés alimentaires – plutôt non bios que bios. [1]  [29]  [31]

Dans un courrier récent à Claude Gruffat, le président de la centrale Biocoop – que je taquine souvent mais que je connais, en tant que biocoop, depuis ma tendre jeunesse, du temps où nous avions lancé le Laboratoire des Elixirs Floraux Deva – je lui exprimai mes meilleurs voeux et, surtout, tous mes encouragements pour guider les biocoops dans un contexte social et sanitaire de plus en plus explosif. Car, franchement, la problématique de la Bio Piratée, en France, n’est qu’un épiphénomène, bien joyeux, eu égard à l’Imposition, par l’Etat Français, d’un Etat d’Urgence Policière, d’un Etat d’Urgence Vaccinalo/Pharmacratique et d’un Etat d’Urgence Médiatique annoncé. Nonobstant, la centrale Biocoop, et toutes les autres chaînes de distribution de produits bios, ne peuvent être que concernées par les réactions potentielles des consommateurs bios si Hain Celestial est racheté par la multinationale Nestlé – le ténor du terrorisme alimentaire mondial. [19]  [26]  [27] Il est, d’ailleurs, à noter le brusque changement d’orientation mercantile de Nestlé dont le PDG, d’alors en 2011, déclarait, que l’agriculture bio n’était qu’un concept romantique, sans fondement nutritionnel, non productif et même dangereux. [33] Le nouveau PDG de Nestlé a déclaré, en septembre 2017 [34], que la multinationale s’engageait résolument dans le bio et allait se focaliser sur la nutrition, sur la santé et sur le bien-être. N’est-ce pas le constat que Nestlé s’est focalisé, pendant des décennies alimentaires, sur la malnutrition, sur l’empoisonnement et sur le mal-être? Continuer la lecture

Pour prévenir et guérir la Malaria: les Armoises d’Artémis ou les vaccins chimériques de la Pharmacratie? Dossier n°1.

Malaria : le Catalogue du Génocide Pharmacratique

Sans vouloir nous appesantir sur ce sujet, car là n’est pas l’objectif, précisons, nonobstant et fondamentalement, que le syndrome de la Malaria existe, surtout, de par le fait qu’une bonne partie de l’humanité est privée des conditions sanitaires les plus primordiales, pour ne pas parler d’une absence d’accès primaire à de l’eau potable digne de ce nom – et pour ne pas parler, non plus, d’un effondrement total du système immunitaire généré par la synergie entre une foultitude de toxiques, en tous genres, déversés dans le corps humain et dans le corps de la Biosphère. J’ai eu le plaisir de contrebander, pendant une vingtaine d’années, une pléthore de semences de Vie dans de nombreux pays tropicaux, de divers continents – et où parfois les guérillas sévissaient à portée de vol de papillon – et il est clair que certaines conditions sanitaires feraient s’évanouir une bonne partie de la classe moyenne bien emmitouflée dans ses croyances dans le Progrès.

Le scandale du non-accès, de milliards d’êtres humains, à un assainissement et à de l’eau potable vient du fait que 99% des ressources planétaires sont dans la main avide d’une poignée d’individus voleurs, et menteurs, terrés dans les paradis fiscaux – en grande partie des mâles obsédés de la Bourse et refoulés des bourses. Ce non-accès dramatique vient, également, du fait que chaque année, des trillions de dollars et d’euros d’argent public sont dépensés/divergés pour les guerres provoquées par les mêmes, pour les armements, pour les colossales subventions aux multinationales, pour armer des mouvements de déstabilisation, etc, etc… Et, bien sûr, pour “renflouer” les banques, les multinationales de l’automobile, des assurances et tutti quanti… Et flouer les citoyens en les faisant même voter au nom de démocraties qui n’ont jamais, intrinsèquement, existé de par le fait que leurs “concepteurs” (à savoir le complexe bancaire et militaro-industriel) ont omis d’y inclure le paramètre essentiel de la transparence – du moins la transparence pour eux-mêmes, les Autorités auto-proclamées, en cette époque d’espionnage systématique et de bafouement de la liberté des peuples au nom de la lutte contre un terrorisme que ces Autorités ont elles-mêmes fabriqué de toutes pièces. Continuer la lecture

Chroniques de l’Oregon

Nous vivons au coeur des forêts montagneuses de l’Oregon. Nous louons une vieille maison, dans un petit vallon, le long d’une rivière qui s’écoule d’un lac au pied de la petite chaine montagneuse qui sépare la Californie de l’Oregon.  Cet été passé, nous étions à 3 km de la zone d’évacuation des incendies prêts à entasser nos attachements les plus précieux dans un véhicule – et à nous détacher éventuellement des autres. Près de chez nous, s’était installé un camp de 600 pompiers luttant, tout l’été, contre les incendies s’étendant sur des dizaines des milliers d’hectares. Nous sommes très peu sortis de la maison pendant 6 semaines à cause de la toxicité et de l’intensité des fumées. Notre maison est au milieu des forêts desquelles les ours, les pumas et les coyotes sortent la nuit, et même le jour, pour venir s’abreuver ou dévorer des mûres. Nous vivons au coeur des volcans et de la Nature Sauvage en Oregon pour fuir la pacotille de la domestication civilisationnelle, pour nous régénérer la vie de l’âme, pour guérir en nous quotidiennement notre nature sauvage et pour rendre Hommage à la Beauté. Continuer la lecture

Le Kiwano ou Concombre cornu d’Afrique: un fruit extrêmement médicinal

Le kiwano, Cucumis metuliferus, est originaire de l’Afrique sub-saharienne. Dans la Famille des Cucurbitaceae, le genre Cucumis, selon la classification conventionnelle, comprend 32 espèces dont le melon, Cucumis melo, et le concombre, Cucumis sativus. Selon la nouvelle classification phylogénétique [1], les genres Cucumella, Dicaelospermum, Mukia, Myrmecosicyos, et Oreosyce seraient, en fait, inclus dans le genre Cucumis. Continuer la lecture

Les Tagètes: des plantes médicinales, aphrodisiaques et de vision.

C’est dans nos jardins de la Mhotte dans l’Allier, dès 1993 – qui mélangeaient, systématiquement, en compagnonnage de plantes, les tomates, les basilics et les oeillets d’Inde –  et dans le premier catalogue de Terre de Semences, en 1994, que nous avons commencé à présenter des semences bios d’espèces de Tagètes très peu connues, tels que Tagetes minuta et Tagetes lucida, très rapidement suivies par les nouvelles créations variétales d’Oeillets d’Inde, de l’espèce Tagetes patula, de notre ami Mushroom en Oregon [1]. Dans ce catalogue, j’avais commencé à évoquer les propriétés médicinales – et y compris enthéogéniques – de certains Tagètes. Vint cinq années, plus tard, je reprends la plume – à la requête des Muses des Tagètes. Continuer la lecture

Les insectes chimériques sont-ils le dernier radeau de l’agriculture pesticidée?

L’intention de cet article est de lancer l’alerte, une seconde fois, sur la dissémination des insectes chimériques d’Oxitec, dans la Biosphère. La très médiatisée promotion des moustiques mâles chimériques pour, supposément, éradiquer définitivement les vecteurs de virus pathogènes – la dengue, la fièvre jaune, le zika, etc – n’est qu’un gigantesque cheval de Troie occultant l’introduction très prochaine d’insectes chimériques dans l’agriculture. La France, les USA et la Hollande vont lancer les moustiques chimériques dans les Caraïbes – avec maintenant l’alibi supplémentaire, et trop réel, de la situation sanitaire catastrophique dans les îles à la suite de leur destruction par les diverses tornades atlantiques. L’Inde va prochainement les lancer par milliards.  Au Royaume Uni, le gouvernement a décidé de déréguler toutes les chimères génétiques – le Brexit aidant – au grand bonheur de la toute puissante Chambre des Lords qui urge le pays, depuis décembre 2015, à massivement introduire les insectes chimériques d’Oxitec dans son agriculture, à savoir, en premier lieu, la Mouche du fruit, le Tribolium rouge de la farine et la Teigne des crucifères. Cet article rappelle, de plus, que les Tulsis ou basilics tropicaux, dont nous distribuons des semences bios chez Kokopelli depuis 1994 [48] (Ocimum gratissimum, Ocimum tenuiflorum, Ocimum americanum, Ocimum kilimandscharicum) ont été utilisés par les Peuples Indigènes, en Afrique, en Asie, avec très grand succès et depuis des millénaires, pour se protéger à l’encontre des espèces de moustiques porteurs de virus potentiellement dangereux pour l’homme. Continuer la lecture

Tulsis et autres Vérités Basilico-moléculaires pour se libérer de la Terreur Pharmacratique

Même si la rédaction de cet article m’a demandé une semaine bien entière de temps linéaire, le cheminement de mon écriture est, nonobstant, inspiré de la spontanéité du Temps de Rêve – en l’occurrence présente, sous l’égide des Muses des Ocimum et des Ganjas. Seule me passionne la synergie entre les genres et cela fait une bonne douzaine d’années que je me suis laissé inspirer par la vision très Goethéenne de l’écriture non-linéaire de mon guide en plantes médicinales, Stephen Harrod Buhner. Continuer la lecture

L’Industrie du cannabis et des cannabinoïdes dans la tourmente des pesticides et des métaux lourds

Le cannabis et le chanvre sont réputés être des cultures sans soucis qui croissent en harmonie avec les abeilles, les petits oiseaux et sans doute même les lutins coquins des campagnes et les gentilles fées des bois. Assurément, lorsque ces plantes sont cultivées avec amour – en plein air et en pleine terre – dans le jardin familial ou dans les champs, sur un mode extensif.

Le paysage idyllique du cannabis écologique a été profondément altéré, depuis environ 25 ans, par la culture d’intérieur familiale (plus de 80 000 unités en France selon certaines estimations) et par la culture semi-industrielle dans des petites unités de production cachées dans des serres ou des hangars – en raison de la prohibition. Ce paysage a été encore plus profondément altéré, depuis quelques années et surtout en Amérique du nord, par l’entrée en force de l’Industrie (financière, pharmaceutique, biotechnologique, alimentaire…) dans le secteur du cannabis récréationnel et médicinal – en raison de la légalisation. L’Industrie est également en train de s’engouffrer, avec tout autant de forces, dans le secteur de la production de cannabinoïdes (essentiellement le CBD, le cannabidiol) à partir de chanvre dit “industriel” – en raison des milliers d’études scientifiques publiées depuis 20 ans sur les effets bénéfiques de ces substances à l’encontre de la cancérisation généralisée et des multiples autres pathologies générées par l’agriculture biocidaire et par les quelques dizaines de milliers de substances chimiques répandues dans la Biosphère. Continuer la lecture

La fin de la domination/confiscation Française des ressources chanvre

Avant-propos. L’intention déclarée de cet article est de mettre en exergue que la France, depuis près de 40 ans, a tout fait pour prendre le contrôle des ressources chanvre en Europe – y compris de multiples pressions auprès des instances Européennes: imposition des variétés monoïques, imposition d’un taux de plus en plus bas du THC, imposition d’une filière qui possède le marché captif des semences, interdiction aux paysans de resemer leurs propres semences, imposition de contraintes règlementaires qui empêchent les jardiniers d’y avoir accès, hégémonie sur le marché des semences à destination de l’Europe ou du Canada…

La légalisation du cannabis, et donc du chanvre, est inéluctable de par la requête des Peuples – et, bien sûr, de par la pression de l’Industrie Pharmaceutique qui y voit un gigantesque marché de diversification. Aujourd’hui, en Uruguay, les premières entreprises d’extraction minière s’installent dans le pays pour y lancer de gigantesques cultures à la fois de cannabis et de chanvre en proclamant qu’elles n’utiliseront que des variétés anciennes non génétiquement modifiées. Toutes les entreprises se tournent vers l’Asie car les ressources génétiques du chanvre ont été éradiquées ou confisquées, tant en Europe qu’en Amérique du nord, à la suite de près d’un siècle de prohibition. Le règne de la France sur les ressources chanvre fait maintenant partie du passé. Continuer la lecture

Hommage à Roger Heim. L’écologiste, le mycologue, le psychonaute

Avant-propos. A la lecture du magnifique article de Philippe Godin, L’Art psychédélique sous contrôle médical, je me suis dit que mon hommage à Roger Heim, rédigé en 2009 – et posté dans ma rubrique Psychonautes avec ses aquarelles et des reproductions des Annales du Muséum –  était en parfaite harmonie avec les objectifs déclarés de mon nouveau site et je l’ai donc reposté.

Philippe Godin analyse, dans son article, la stupéfiante exposition qui se tient au Musée Singer-Polignac: Psilocybine. Quand la psychiatrie observe la création. «L’idée que l’on puisse observer des pathologies psychiatriques, pour de brefs moments, grâce à des substances hallucinogènes fut même l’un des leitmotivs de cette époque. Et, découvrir que des artistes et des volontaires ingéraient durant les années 60, dans l’enceinte même de Sainte-Anne, des champignons hallucinogènes sous le regard bienveillant de psychiatres cultivés (expérimentant parfois eux-mêmes ces drogues), pourrait être la plus stupéfiante des nombreuses surprises offertes par l’exposition. Car, à la différence des nombreux livres et expositions qui ont souvent rappelé l’accointance bien connue entre artistes et drogues, on apprend ici que la plus prestigieuse institution psychiatrique de France a été le théâtre d’une alliance baroque entre créateurs d’avant-garde, psychiatres progressistes et mycologues. Tout ceci sur fond d’expérimentations d’un champignon hallucinogène, la psilocybine.» Continuer la lecture

Questions Cannabiniques à l’INRA de Rennes

A la suite de la rédaction de mon article récent “HortaPharm et GW Pharm: les Monsanto du Cannabis”, ma plus grande interrogation, aujourd’hui, concerne les relations potentielles existant entre Hayo van der Werf et l’INRA de Rennes, d’une part, et le gang de David Watson/International Hemp Association d’autre part. Ce petit gang, sous haute protection des Etats, a travaillé pour la DEA aux USA et la Police Fédérale Australienne (et continue peut-être de le faire); il a fait plonger de très nombreuses personnes, cultivant du cannabis, dans les prisons des Autorités; il a vendu à GW Pharm/Bayer/Monsanto les ressources génétiques/cannabis qu’il avait volées en Californie en 1985; il a vendu à GW Pharm des brevets portant sur des technologies d’extraction de haschich et d’huile de haschich également complètement volées à leurs inventeurs authentiques; il s’est approprié l’utilisation de la gibbérelline sur cannabis, découverte par le Dr. Dan Carlson au début des années 1970, pour lancer l’arnaque des graines féminisées en 1998; il continue de sévir sur les forums en semant de la désinformation systématique; il s’est allié à Phylos Biosciences en Oregon (un pseudopode du célèbre Craig Venter Institute) afin de réaliser le séquençage génomique de milliers de variétés de cannabis au service de l’industrie pharmaceutique.

Lorsque l’on sait que des millions d’êtres humains ont croupi, ou croupissent encore, dans les taules des Autorités pour consommation ou vente de cannabis, il est extrêmement révoltant de voir de tels psychopathes oeuvrer dans l’ombre – et souvent en plein jour – impunément et sous haute protection d’Etat. La Justice au service de qui? Continuer la lecture

HortaPharm et GW Pharm: les Monsanto du Cannabis

Avant propos. Ce second dossier d’investigations – sur le biopiratage des cannabinoïdes – n’est pas un roman policier mais il est vrai que, lorsque j’ai tiré le fil de chanvre de GW Pharm, j’ai dévidé une pelote hallucinante d’implications de corruption et de collusion au plus haut niveau des administrations étatiques. On a parfois de la peine à imaginer jusqu’où la démence et la duplicité des Autorités peuvent aller se nicher. 

Cet article concerne, de nouveau, la confiscation du cannabis par l’Industrie Pharmaceutique et je commence, également, à y évoquer la confiscation du chanvre qui sera l’objet de mon prochain dossier. Ce présent article est très long mais, au vu des accusations que je porte, je ne peux qu’étayer mes affirmations. Quelques questions restent en suspens, à savoir, par exemple, ce qui se trame à l’INRA de Rennes eu égard à leur projet de supplémenter la nourriture des porcs industriels en Cannabidiol (le CBD) que l’on trouve en abondance dans tous les chanvres.  A savoir, également, si l’INRA de Rennes est toujours, aujourd’hui en 2015, le siège officiel de la publication de la revue de “l’International Hemp Association”, dénommée “Journal of Industrial Hemp”. Continuer la lecture

Les Tambours de Xochipelli se sont réveillés

Avant-Propos. Depuis une douzaine d’années, je me suis obstinément refusé à autoriser une pléthore de requêtes de “portraits biographiques” et, y compris, le mois passé, la requête de publication d’un ouvrage entier portant sur ma “biographie”. Je conçois, très difficilement, que d’aucuns puissent se fasciner pour des épisodes de ma vie qui ne m’intéressent, nous-mêmes, que très lointainement. La glorification de l’Ego constitue l’une des pestes “civilisationnelles” générées par des millénaires de dissociation de notre espèce humaine des Forces vives de la Mère – et des millénaires d’entraves à l’expression libre et fertile de notre schizophrénie naturelle – millénaires qui ont conduit inéluctablement à l’écocide présent et à la prépondérance de la pensée linéaire dévastatrice. Continuer la lecture

Bedrocan BV en Hollande.

 

Avant-Propos. Avec ce premier essai rédigé sur Bedrocan BV, et ceux qui vont suivre, mon intention déclarée, et transparente, est de tenter de décrypter les intentions déclarées, et non transparentes – et donc de mettre en exergue leurs actions transparentes et leurs intentions non déclarées – des acteurs majeurs du cannabis industriel, standardisé, concentré, sécurisé, médicinal, pharmaceutique, chimérisé… et, très souvent, hautement pesticidé et irradié.

ce que réalisent dans d’autres secteurs, des médecines dites alternatives, – pour en louer les bienfaits ou en débusquer les gigantesques arnaques –  les très excellents Jean-Daniel Metzger de Thérapeutiques Alternatives et Jacques Valentin de Gestion Santé Continuer la lecture

Décodage du double tabou imposé sur les substances guérisseuses, visionnaires et sacrées

 

L’objectif déclaré, et transparent, de mon blog “Xochipelli”, est de mettre en lumière, fondamentalement, le tabou qui prévaut, depuis très longtemps, sur les substances et préparations guérisseuses, visionnaires et sacrées de la Biosphère Gaïenne,

que nous offrent les champignons, les plantes, les animaux, les minéraux…

Dans cette présente déclaration d’intention, je me fonde essentiellement sur la mise en exergue du tabou inversé, ou double tabou, ainsi qualifié par le Métahistorien John Lash – dont j’ai traduit l’intégralité de l’oeuvre écrite, sur mon site Liberterre et en publications. Ce double tabou a été imposé, par des psychopathes déments, à une partie de l’humanité d’alors, à savoir durant l’émergence de certaines tribus, ou sociétés, environ un millier d’années avant notre Ere, que l’on hésiterait, d’ailleurs, à qualifier de civilisations – du moins eu égard à leurs organes de contrôle.  Continuer la lecture

Histoire de la Guirlande Magique. John Lash.

 

Fable Enthéogénique dans la Légende d’Arthur

“C’est le moment, maintenant, des histoires sauvages, qui peuvent chasser la joie et provoquer l’exubérance – elles luttent avec ces deux”. Wolfram von Eschenbach. Parzival. Chapitre 10 (ouverture des épisodes de Gauvain).

Après avoir étudié l’amour et la transcendance dans la Romance Arthurienne, au cours de plusieurs leçons, il est temps de reprendre un thème essentiel de la quête du Graal: la blessure du Roi Pêcheur. Il pourrait sembler que nous ayons déjà abordé ce sujet sous plusieurs angles et que nous ayons déjà bien cerné la problématique. Mais, en fait, nous n’avons pas encore élucidé la clé essentielle de cet élément de l’histoire. Cette omission n’est sans doute pas surprenante car il existe un thème crucial de la Légende du Graal qui a été négligé par presque tous les érudits qui ont écrit sur le sujet. Cette omission est dûe à une astuce littéraire utilisée par Wolfram von Eschenbach pour tenir ses lecteurs à l’écart d’un secret en en débattant de manière désinvolte et détournée.

C’est ainsi que le poète protégea le secret initiatique encodé dans la Légende. Continuer la lecture

Le plus vieux tabou au monde. John Lash.

 

Comme je l’ai expliqué dans mon essai “L’Aube de la Révolution Enthéogénique”, n’ayant pas trouvé d’éditeur pour mon ouvrage “Le Paradis Interdit”, j’en ai présenté certaines parties sur mon site Metahistory.org. Dans l’introduction, j’y explique la nature insolite du tabou qui nous interdit, non seulement, l’accès aux plantes psychoactives mais qui nous occulte la connaissance même de leur existence. En d’autres mots, on nous interdit de connaître le fait même de leur interdiction et les raisons de cette interdiction. On nous empêche de nous opposer à ce tabou en nous maintenant dans l’ignorance de celui-ci.

Dans le présent essai, j’analyse, en termes du mythe Biblique de la Chute, le tabou qui a été placé sur les plantes visionnaires données par la Nature. C’est le contexte le plus approprié pour une telle analyse car les religions Abrahamiques, qui sont fondées sur ce mythe, représentent le mensonge paternel qui a été concocté pour dénier à l’humanité son héritage divin: la connexion avec Sophia, l’Anima Mundi, l’Intelligence consciente de la Terre. Continuer la lecture

La Fonction des Psychotropes dans l’Ecosystème

 

Chapitre 8 de l’ouvrage de Stephen Harrod Buhner:

Plant Intelligence and the Imaginal realm.

Traduction et publication par Xochi autorisées par l’auteur.

 

Il existe une pléthore de dénominations pour les nombreux composés hallucinogènes, que le système Gaïen génère, et elles convient un très ample spectre de significations. Continuer la lecture

Molecular Veriditas

 

Chapitre 7 de l’ouvrage de Stephen Harrod Buhner:

Plant Intelligence and the Imaginal realm.

Traduction et publication par Xochi autorisées par l’auteur.

 

Stephen

Stephen Harrod Buhner vit au Nouveau-Mexique. Son institut s’appelle « The Foundation for Gaian Studies »

 

« Du point de vue évolutif, la sérotonine a existé chez les plantes bien avant l’émergence des animaux. En fait, la sérotonine peut être corrélée à l’évolution de la vie elle-même, plus particulièrement au travers du rôle du tryptophane, une molécule qui en est son précurseur. » Efrain Azmitia Continuer la lecture

L’épopée des cannabinoïdes Védiques : De la Tulsi à la Ganja

 

 Avant-Propos: Notre Appel du 21 Vendémiaire

Je souhaitais rédiger une toute petite monographie sur cette plante Védique incroyablement médicinale, le Basilic sacré – dont Kokopelli va présenter plusieurs variétés prochainement – lorsqu’en cours de rédaction, je dérapai sur l’un de ses composants essentiels, le β-caryophyllène, en découvrant que c’est un cannabinoïde! J’ai tiré sur ce fil et toute la pelote des cannabinoïdes Védiques s’est dévidée devant mes yeux, dont le plus célèbre, le Cannabis, l’une des plantes les plus médicinales de la planète. J’ai posté cet article une première fois le 7 octobre, et au fil des jours, je l’ai complètement remodelé et quasiment triplé d’amplitude. Voici la version finale mise en ligne dans la nuit du 12 octobre. Et Synchronicité des Synchronicités: un ami de Kokopelli, Alexis Chanebeau, nous a envoyé aujourd’huimême une magnifique illustration du Calendrier Républicain: le 12 octobre, le 21 Vendémiaire, est le Jour du Chanvre! Une telle synchronicité vaut bien tous les joints du monde – même en Blue Dream!! Aujourd’hui sera, donc, notre Appel du 21 Vendémiaire pour une République de la TRANSPARENCE et pour une communauté humaine où tous les êtres humains peuvent – dans la Paix et selon leur bon plaisir – consommer, ou cultiver dans leur jardin, les champignons, les arbustes et les plantes potagères, médicinales, rituelles et instructrices qui sont un cadeau de la Vie à elle-même et qui sont les richesses vivantes de la Biosphère Gaïenne avec lesquelles l’humanité a communié, et co-évolué, depuis des millions d’années ! Xochi. Continuer la lecture

Un enchevêtrement inextricable

 

Chapitre 9 de l’ouvrage de Stephen Harrod Buhner:

Plant Intelligence and the Imaginal realm.

Traduction et publication par Xochi autorisées par l’auteur.

 

Afin de comprendre Gaïa, nous devons abandonner le conditionnement mécaniste et cloisonnant qui nous a été imposé par la société depuis notre enfance. En effet, depuis leur tendre enfance, presque tous les Occidentaux (et particulièrement les jeunes scientifiques) sont exposés au concept d’une vie qui aurait émergé sous l’effet des lois aveugles et futiles de la chimie et de la physique et au concept d’un égoïsme qui sous-tendrait le comportement et l’évolution de toutes les plantes et animaux. Le mental d’un enfant se fait totalement emprisonné par ce type d’intellectualité au point que les qualités intuitives et stimulantes du mental soient complètement ignorées. STEPHAN HARDING Continuer la lecture