Chroniques de l’Oregon

Nous vivons au coeur des forêts montagneuses de l’Oregon. Nous louons une vieille maison, dans un petit vallon, le long d’une rivière qui s’écoule d’un lac au pied de la petite chaine montagneuse qui sépare la Californie de l’Oregon.  Cet été passé, nous étions à 3 km de la zone d’évacuation des incendies prêts à entasser nos attachements les plus précieux dans un véhicule – et à nous détacher éventuellement des autres. Près de chez nous, s’était installé un camp de 600 pompiers luttant, tout l’été, contre les incendies s’étendant sur des dizaines des milliers d’hectares. Nous sommes très peu sortis de la maison pendant 6 semaines à cause de la toxicité et de l’intensité des fumées. Notre maison est au milieu des forêts desquelles les ours, les pumas et les coyotes sortent la nuit, et même le jour, pour venir s’abreuver ou dévorer des mûres. Nous vivons au coeur des volcans et de la Nature Sauvage en Oregon pour fuir la pacotille de la domestication civilisationnelle, pour nous régénérer la vie de l’âme, pour guérir en nous quotidiennement notre nature sauvage et pour rendre Hommage à la Beauté. Continuer la lecture

Les Tambours de Xochipelli se sont réveillés

Avant-Propos. Depuis une douzaine d’années, je me suis obstinément refusé à autoriser une pléthore de requêtes de “portraits biographiques” et, y compris, le mois passé, la requête de publication d’un ouvrage entier portant sur ma “biographie”. Je conçois, très difficilement, que d’aucuns puissent se fasciner pour des épisodes de ma vie qui ne m’intéressent, nous-mêmes, que très lointainement. La glorification de l’Ego constitue l’une des pestes “civilisationnelles” générées par des millénaires de dissociation de notre espèce humaine des Forces vives de la Mère – et des millénaires d’entraves à l’expression libre et fertile de notre schizophrénie naturelle – millénaires qui ont conduit inéluctablement à l’écocide présent et à la prépondérance de la pensée linéaire dévastatrice. Continuer la lecture