Los Cantos de Xochi. 2020: Grand Minimum Solaire, Catastrophes Alimentaires et Sanitaires. 10

Dixième Partie

“2022: Orchestration de la Famine Pandémique”

Sommaire

Avant-Propos et Refocalisation Créative

Chapitre 1. La Grippe Aviaire H5N1 est-elle la prochaine fausse Pandémie orchestrée par les  Globalistes Vaccinalistes et Eugénistes? Ou serait-ce, plutôt, un mutant H5N1 au parfum de CoqueVide mutin?

**********************

Avant-Propos et Refocalisation Créative

Lorsque le 2 août 2021, je publiai la première partie de mon très long dossier intitulé “Nous Sommes en Guerre de Guérison à l’encontre d’un Virus bien Visible” [41], j’étais persuadé de pouvoir publier, dans la foulée, la seconde partie – qui était, déjà, fort bien avancée. 

Cette première partie, je la nommai “Une Pandémie de Protéines Spike ou une Pandémie d’Oxyde de Graphène?”. Quant à la seconde partie, elle analysait la phase, d’alors (du premier semestre de 2021) de la destruction, en cours, de l’Agriculture et de l’Elevage, par les Globalistes –  afin de sauver la Planète, s’entend… A savoir que j’y alertai, de nouveau, au sujet de la Famine Pandémique… déjà en Marche. 

En fait, alors que j’étais en cours de recherches et d’écriture de cette seconde partie… de nouvelles découvertes mirent en exergue la présence d’oxyde de graphène, et de nano-technologies, à l’intérieur des vaccins CoqueVide… et du sang des injectés. J’ai alors commencé, le 27 août 2021, une rubrique intitulée “Nouvelles des Brigades Anti-Graphène” – avec, en sus de leur présentation sur xochipelli.fr, une présentation, plus succincte, sur Télégram et sur VK. Je m’y suis tenu, quasiment quotidiennement, jusqu’alors… car les Globalistes ont mis le feu aux poudres. 

Je présume que je dois avoir rédigé, depuis le 23 avril 2021, l’équivalent d’environ 1500 pages (en grand format) car, en sus de mes propres productions, j’ai réalisé énormément de traductions – soit ex cerebro, soit ex robotico. Au sujet de la fausse pandémie, du génocide vaccinal, du Grand Reset de la Mafia de Klaus Schwab, du graphène dans tous les secteurs de la vie quotidienne, etc, etc.

D’aucuns s’étonnent de ma faconde intarissable, au fil des années: j’écris sous Muses et elles sont pressées, et pressantes, car l’Alerte est Biologique.

Tout cette recherche, et cette écriture, nécessitent un certain degré de discipline guerrière quotidienne… et des doses, fort conséquentes, de Plantes Médicinales Maîtresses sous tous aspects de diversité spécifique et sous tous aspects d’infusions guérisseuses, de fusions enthéogéniques, de transfusions Atmosphériques… et encore plus, si affinités – car les Muses sont en Rage. Ainsi que je titrai un Canto, en mai 2019, “Les Muses Atmosphériques en ont plein leur Musette”. [59]

D’ailleurs, en parlant de discipline guerrière, afin de chasser la PharMacronie, nous faisons résonner, quotidiennement, notre double tambour (de 75 cm de diamètre!) à Peau de Bison qui fut réalisé, avec amour, par un Peau-Rouge du nord-ouest des Etats-Désunis. Si tous les résistants faisaient, quotidiennement, résonner un tambour shamanique afin de chasser la PharMacronie… le monde entier en serait plus joyeux. La Chasse aux Prédateurs est Ouverte! La Guilde des Bisons possède, d’ailleurs, un très antique contentieux avec les Globalistes… qu’elle souhaite solder, un jour. 

Comme nous sommes dans les confidences… et en Guerre contre le Virus bien Visible! Si je puis me confier… Je préfère massacrer les mouches domestiques (Musca domestica) sur un mode quelque peu ritualiste – à savoir en les nommant, au préalable, du nom d’un psychopathe avéré… En effet, les mouches domestiques, ainsi que les psychopathes avérés en position (usurpée) d’Autorité – qui sont, d’ailleurs, souvent les mouches domestiques des Banksters – partagent la même inclination, pathologique, à vampiriser, sans vergogne, l’espace privé et personnel d’autrui. Le massacre nominal des mouches  domestiques constitue, ainsi, une forme de rituel shamanique dont la fonction est de quêter l’attention des Dakinis, et autres Muses courroucées, vers une Ré/Initialisation, terminale, des psychopathes déments et criminels. On peut imaginer la force et l’intensité d’un tel rituel de focalisation d’énergies de Rage – intentionnant la Réinitialisation des génocideurs vaccinalistes et de tous les bio-terroristes – s’il était, assidument pratiqué, par quelques centaines de millions d’enRagés anti-vaccinalistes… ou juste d’enRagés pro-libertés. 

Comme alternative au massacre des mouches domestiques, les non-violents, les protecteurs des races opprimées, les végétariens, les Bouddhistes et autres anti-Spécistes, peuvent toujours utiliser des photographies murales, avec des fléchettes trempées dans un poison végan – sur mode Veau Doux. Aujourd’hui, je ne cite pas de noms de psychopathes… car le tortionnaire Castaner rôde, dans les réseaux de surveillance, dans le rôle du grand vertueux moralisateur sur l’essence de la Violence non Juste – celle qui n’est pas d’Etat… ou de la Pègre Pharmacratique.

De plus, durant cette même période de temps, j’ai rédigé un très grand nombre de Cantos au nombre desquels “Le Sacrement de la Vaccination et le Culte Covidien de l’Enfant-Vaudou”; “Sexe, Vaccins and Rock the Dolls! Le Sperme au Parfum de Graphène: un Terminator de la Fertilité Féminine?”; “Rudy Reichstadt: le Guru Conspirationniste de la Meute Médiatique”; “L’Enfant-Vaudou sur l’Autel Vaccinal de la PharMacronie”; “Le Nom du Graphène Tout Irradiant! ”; “Au sujet du 666, du Carbone, du Graphène et de la Bête”;  

Ainsi qu’une séquence d’essais plus techniques: “Sources d’Anti-Oxydants pour Détruire la Couronne Nécro-Moléculaire d’Oxyde de Graphène”; “Toxicité des nano-particules de Graphène pour le système de reproduction des insectes, des poissons et des mammifères”; “La Couronne Nécro-Moléculaire de Graphène”; “Des encres à base de graphène comme bio-senseurs dans les vêtements, dans les chaussures… et dans les tatoos!”; “Au sujet de la Graphénisation de l’Atmosphère”.

Je suis très prolifique et je ne demande l’aumône sur aucun de mes quelques sites sur la Toile… ce qui est excessivement rare de nos jours. 

J’ai même réussi, récemment, au titre de la récréation, à rédiger deux monographies médicinales – sur l’Epazote et sur le Calendula – qui vont faire partie de mon prochain gros ouvrage, déjà très fort avancé, portant sur une série de Plantes Médicinales Maîtresses non autorisées en France – à savoir interdites en France – originaires d’Europe, d’Asie, des Amériques… 

Comme nous l’évoquions, aujourd’hui, avec mon fils Ananda, le directeur de l’Association Kokopelli, eu égard à mon style d’écriture dans mes monographies médicinales présentées sur le blog de Kokopelli: j’ai le lectorat que je mérite – ou qui me mérite. En fait, j’ai le lectorat qui possède, tout simplement, la capacité de me lire – donc, de me suivre dans mes parcours narratifs. J’invite tout lecteur, s’interrogeant sur la boussole existentielle guidant mes cheminements synaptiques, à consulter mon Canto “En Guise de Déguisements Sémantiques et Mantiques”.  [48]

Aujourd’hui, cet essai intitulé, “La Grippe Aviaire H5N1 est-elle la prochaine fausse Pandémie orchestrée par les  Globalistes Vaccinalistes et Eugénistes? Ou serait-ce, plutôt, un mutant H5N1 au parfum de CoqueVide mutin?”, constitue le premier chapitre du dixième dossier, intitulé “2022: Orchestration de la Famine Pandémique”, de ma séquence “2020: Grand Minimum Solaire, Catastrophes Alimentaires et Sanitaires”. 

Je titre “Famine Pandémique”, pour ce phénomène en cours d’émergence, en redonnant au terme “Pandémie” sa signification Grecque intrinsèque. Le terme “Pandémie” signifie, tout simplement, “le Peuple entier”, “tout le Peuple”, “l’intégralité du Peuple”. Des termes Grecs: “πᾶν, pân” et “δῆμος, dễmos” signifiant “tout” et “Peuple”. C’est en 1666 qu’est apparu, pour la première fois, le terme “Pandemic”  – dans l’ouvrage du médecin Anglais, Gideon Harvey (le père), intitulé “Morbus Anglicus, or the Anatomy of Consumptions” – en relation avec une pathologie qui serait généralisée.

Il s’agit, de plus, d’une Famine Pandémique Universelle… qui vise à génocider la majorité des Peuples selon les objectifs des Globalistes Eugénistes et autres Schwabistes de la clique du Forum Economique Mondial de Davos. C’est cette “Famine Pandémique” au sujet de laquelle je tire les sonnettes depuis moult années – et, en particulier, dans ces 9 essais/dossiers de ma séquence “2020: Grand Minimum Solaire, Catastrophes Alimentaires et Sanitaires” que j’ai initiée en septembre 2019. [975] 

Il est impératif de se remémorer, en permanence, que l’ennemi des Peuples – à savoir, les Banksters et Globalistes Psychopathes et Transhumanoides – est dément… et menteur. Dément à lier, dément à confiner, dément à éliminer… pour l’Eternité.

Chapitre 1

La Grippe Aviaire H5N1 est-elle la prochaine fausse Pandémie orchestrée par les  Globalistes Vaccinalistes et Eugénistes? Ou serait-ce, plutôt, un mutant H5N1 au parfum de CoqueVide mutin?

Sommaire 

Les Prophéties/Menaces de Bill Gates, de Robert Redfield… au sujet de LA prochaine pandémie. Au parfum de H5N1?

Euthanasie de dizaines de millions de volailles… afin qu’elles ne meurent pas infectées par la grippe aviaire

“Dansez la Vaccinade vers la Grande Hommelette Finale”

Grippe H5N1: “Dansez la Vaccinade”… tant pour les volailles que pour les humains

Histoire “officielle” du virus “inexistant” de grippe aviaire – sur mode H5N1

Le virus H5N1 n’existe pas… mais tout le monde fait comme si

*********************

Les Prophéties/Menaces de Bill Gates, de Robert Redfield… 

au sujet de LA prochaine pandémie. Au parfum de H5N1?

Le 23 novembre 2021, la FDA a approuvé le vaccin de Seqirus contre le virus de la grippe A H5N1 sous forme de flacons multidoses aux USA. Les essais cliniques, de phase 2, ont été réalisés, en 2020, en Estonie et aux Philippines. [16] Cette autorisation concerne toutes les personnes âgées de 6 mois et plus. 

Selon le communiqué de Yahoo! Finance «Selon les termes du partenariat public-privé, établi en 2009, Seqirus se positionnerait pour livrer 150 millions de doses de vaccin contre la grippe A (H5N1), au gouvernement US, afin de soutenir une réponse à une pandémie de grippe dans les six mois».  

En juin 2020, lors d’un interview de la U.S. Chamber of Commerce Foundation, Bill Gates, le grand ami d’Epstein, annonça que «nous devons nous préparer pour la prochaine pandémie et celle-là fera l’objet d’une attention particulière… cette fois-ci». [43] Cela lancé à la volée avec un sourire pincé et le regard fuyant… d’un psychopathe avéré.

C’est le 3 mai 2022 que Bill Gates va publier son nouvel ouvrage dont le titre est “How to Prevent the Next Pandemic”. Bill Gates prend 300 pages pour radoter sur son GERM (Global Epidemic Response and Mobilization) qui n’est que de la poudre de distraction, aux yeux, afin d’occulter son programme et ses objectifs authentiques: le Dépeuplement de la Terre. 

Pour mémoire… en parlant de prochaine pandémie qui fera parler d’elle. Bill Gates a financé, depuis 2008, le professeur de l’Université de Wisconsin, Yoshihiro Kawaoka, pour identifier des mutations de virus de grippes aviaires pouvant induire des pandémies dangereuses. C’est toujours une question fascinante de savoir comment des chercheurs peuvent dépenser des millions de dollars pour financer des études portant sur des virus inexistants dans le Réel – à savoir dont la seule trace existentielle séjourne dans des programmes informatiques. Dans le cas du Professeur Yoshihiro Kawaoka, ce fut 9,5 millions de dollars à dépenser sur 5 années – pour son financement attribué en 2008. [76] Yoshihiro Kawaoka est un homme très subventionné… par qui de Juste. J’y reviendrai ultérieurement, vers la fin de ce chapitre, à propos de l’histoire officielle du virus invisible H5N1.

Le 6 novembre 2021, j’écrivais dans mes Nouvelles des Brigades anti-Graphène: «Il y a fort à parier que les déments Globalistes vont bientôt sortir, de leur chapeau de médiatique envoûtante, un nouveau Variant de Grippe Aviaire au parfum de Covid. Afin d’exterminer la volaille et de générer encore plus de pénurie alimentaire…». [56] 

Pour le Devoir de Mémoire, rappelons les diverses psychoses infectant les humains orchestrées, par les Autorités, lors de cette dernière vingtaine d’années. En 2003, le SARS. En 2005, la Grippe Aviaire. En 2009, le Grippe Porcine. En 2012, la Fièvre du Nil Occidental. En 2012, le MERS. En 2014, la Fièvre Ebola. En 2016, le Zika. En 2020, le Covid-19. Toutes, prétendument, virales et coronavirales.

Pour rappel. En 2006, la CIA publia un rapport, intitulé “Comment sera le monde en 2020”, selon lequel une “pandémie respiratoire” (de type H5N1) partant de Chine, et s’étendant à toute la planète, met tous les Peuples dans l’impossibilité légale de se déplacer. Ce rapport fut préfacé, aux Editions Laffont [134], par Alexandre Adler qui déclara, en mars 2020, sur le site Public Sénat, que: «le terme “corona” apparaît dans ce texte écrit dès 2005. “Corona” est un terme codé qui était utilisé par les épidémiologistes en Amérique pour nommer ce qu’ils considéraient comme la pandémie ultime. De pandémie en pandémie, nous allions avoir une pandémie qui allait véritablement s’étendre à la Terre entière». [135]

A propos de termes codés, “Corona” désigne, également, le premier programme d’espionnage planétaire US, et ses satellites photographieurs “Corona” – entre 1960 et 1972.  [178]  [179]

Le 30 mars 2022, le Dr Robert Redfield – l’ancien directeur du CDC, durant l’administration Trump, et le grand allié, et ami, de Fauci le Pandémiste – a annoncé que «J’ai toujours affirmé que la pandémie du Covid a été un appel à s’éveiller. Je ne crois pas que cela soit la Grande Pandémie. Je crois que la Grande Pandémie reste, encore, à venir dans le futur et ce sera une pandémie de grippe aviaire chez les humains. Elle va se traduire par une mortalité conséquente de l’ordre de 10 à 50%». [2] La mortalité du H5N1, chez les humains, peut, même, atteindre 55% selon certains allumés qui s’auto-proclament virologistes.

C’est la Narration au sujet du virus qui constitue le Virus. En ce qui concerne la Narration corrélée à la souche H5N1, selon la majorité des déclarations, elle aurait émergé, en 1996, dans la province de Guangdong en Chine. D’où aurait-elle émergé, abruptement et ex nihilo? Selon les néo-Darwinistes, elle a émergé de la Pression de l’Evolution aveugle et aléatoire. Selon les experts authentiques – qui ne prennent pas les Messies pour des lanternes – elle a émergé de la Pression du complexe industriel Militaro-Pharmaceutique dont l’objectif est de détruire tout ce qui vit, harmonieusement, et d’engranger des ressources financières – en prétendant soigner tout ce qu’il a détruit.

Ainsi donc, le criminel eugéniste, le Dr Robert Redfield, tente de lancer une nouvelle hystérie pandémique sous forme d’une grippe aviaire H5N1 qui aura muté afin de se jeter, brutalement et inopinément, sur les humains. Comment le virus H5N1 aura-t-il, alors, muté? 

Tout dépend des systèmes de croyances figées: sous l’impact du Saint-Esprit, pour les scientifiques Catholiques, ou sous l’impact de l’Evolution (aveugle, aléatoire et non intentionnée) pour les scientifiques néo-Darwinistes – une secte d’attardés nihilistes qui prétendent connaître la nature, inerte, de la Matière visible alors qu’ils n’ont pas même, encore, commencé à ressentir la Matière/Mère invisible au coeur de la Nature sensible et vivante.

Il ne serait pas étonnant, donc, que quelques équipes Chinoises – généreusement financées par la Fondation Bill Gates, comme à l’accoutumée – nous révèlent, très bientôt, qu’elles ont séquencé une nouvelle poly-mutation, archi virale, de la grippe aviaire H5N1 qui aurait fusionné, miraculeusement, sous l’impact de la Pensée Positive auto-réalisatrice des Globalistes. Fusionné avec quoi? Par exemple, avec le sous-sous variant X.18.666, du CoqueVide/19 – qui adorerait se la jouer sur mode apocalyptique? Ou bien avec une séquence génétique du VIH (inexistant) qui se baladait, un jour, dans un poulailler industriel de la banlieue de Wuhan? Ou bien encore, en plein vol, avec un moustique du genre Culex qui est en cours de semer la panique, au sud, car quelques Australiens s’en seraient fait encéphaliter? [58]

C’est ainsi que je titrais, moqueusement, l’un de mes essais, en mars 2020, “Psychose Pulmonaire sur Mode de Coronavirusau Parfum Chimérique de Chauve-Souris avec un Zeste de VIH…et une Pincée d’Ebola? 

Il semble important de préciser – eu égard à l’émergence de menaces d’hybridations de pathogènes – qu’une étude a été publiée, le 5 novembre 2021, qui s’intitule “Infection with SARS-CoV-2 variant B.1.1.7 detected in a group of dogs and cats with suspected myocarditis”. [311]  [312]  [313] Cette dernière étude est de mouture virtuelle Franco-Britannique… et le nom des auteurs est en introduction de l’étude – si un tel torchon puis être qualifié “d’études”.

Nous sommes, de nouveau, en pleine science-fiction – de très mauvais goût. Ne sont-ils pas fascinants ces “chercheurs scientifiques” grassement rémunérés, avec de l’argent public, quant à leurs expertises de pondre, en permanence, de fausses études! Et par qui sont-elles commanditées ces études fallacieuses, mensongères – et génocidaires quant à leurs conséquences sur les corps animaux humains et non-humains – sinon par ceux-là même de la Pharmacratie qui sont en cours de s’enrichir à hauteur de dizaines de milliards d’euros en vendant des poisons toxiques pour lutter contre une pandémie inexistante?

Aujourd’hui, à Shanghai, en plein confinement dictatorial et brutal de 26 millions de personnes, les équipes sanitaires commencent à euthanasier les animaux domestiques (chiens, chats, etc) de personnes testées “positif CoqueVide” en PCR. 

Cette étude prétend que les chats et les chiens – et, peut-être même, les canaris, les perroquets et les boas apprivoisés – peuvent contracter des formes sévères de myocardites en raison de la transmission, par leurs maîtres et maîtresses bien-aimées, du dénommé Variant Alpha du prétendu sars-cov-2. Le variant B.1.1.7 constitue l’une des millions de séquences génomiques mathématico-virtuelles, initiées par l’imposteur Christian Drosten, en Allemagne, d’un coronavirus pathogène strictement inexistant…

… à ce jour… et, sans doute, depuis quelques milliards d’années! Car le variant B.1.1.7 est une entité mathématico-virtuelle qui ne s’est jamais manifestée sur Terre, en terme de virus – terme dont la définition prête, pour le moins, à de multiples interprétations en virologie. D’autant plus que les “virus” constituent la bagatelle de 85% de notre organisme.

Euthanasie de dizaines de millions de volailles… afin qu’elles ne meurent pas infectées par la grippe aviaire H5N1

Aujourd’hui, alors que le génocide vaccinal, au parfum létal d’oxyde de graphène, est bien en prise, chez les Peuples les plus vaccinés/injectés/graphénisés – en particulier, les Peuples de l’Europe Occidentale – il semblerait que les Globalistes eugénistes soient en cours d’orchestrer leur prochaine grande hystérie pandémique, au coeur de la volaille, en déclenchant une fausse pandémie virale H5N1.

Le 27 décembre, Israël déclarait une nouvelle alerte grippale : en effet, 5400 grues sauvages – sur les 31 000 qui migrent par cette région de la réserve de Hula –  venaient de décéder, prétendument, de la grippe aviaire H5N1.

La première issue fatale, du point de vue des éleveurs, en sera l’euthanasie, d’amplitude industrielle, de centaines de millions de volailles diverses et variées (poulets, dindons, oies, etc) et la seconde issue fatale en sera la vaccination/graphénisation obligatoire, par décrets de lois, de tous les secteurs de volailles industrielles. 

De telles destructions d’élevages de volailles génèrent d’énormes pertes financières pour les éleveurs (ou pour les contribuables qui leur payent des compensations) ainsi que d’énormes pertes de ressources alimentaires pour les consommateurs… au moment même où les Globalistes sont en cours de détruire toutes les chaines d’approvisionnement, et de production alimentaires, au prétexte de la guerre en Ukraine … après les avoir détruites au prétexte d’une crise de l’énergie (qui n’a pas attendu la guerre en Ukraine!)… et après les avoir détruites au prétexte d’une pandémie coronavirale qui n’a, strictement, jamais existé.

Le 5 novembre 2021, le ministère de l’agriculture déclarait un confinement global pour toutes les volailles de France… à la suite de la découverte de 3 basses-cours contaminées dans les départements des Ardennes et de l’Aisne – dans le cadre de la “gouvernance de crise face à la progression du virus en Europe”. 

Ce type de verbiage pompeux n’est pas sans rappeler les très récentes élucubrations de l’eugéniste Bill Gates – lors du TED 2022 de Vancouver, à la mi-avril 2022 – qui a passé la majeure partie de son discours à promouvoir sa vision d’une équipe mondiale d’intervention d’urgence sous l’acronyme GERM (Global Epidemic Response and Mobilization). Bill Gates propose une équipe de 3 000 médecins, épidémiologistes et diplomates qui serait coordonnée par l’OMS – pour un coût d’un milliard de dollars par an. 

Bill Gates est obsédé, depuis moult années, par “LA Pandémie à Venir”. Mais qui sait? Peut-être sera-t-elle LA “Pandémie” dans le sens d’une mobilisation de “l’intégralité du Peuple”… afin de Chasser les Prédateurs Globalistes… dont Bill Gates est l’un des plus meurtriers et criminels – par procuration, s’entend, car ces psychopathes sont, généralement, très lâches.

En date de mi-avril, ce sont, ainsi, selon les sources, près de 14 millions de volailles qui ont été abattues en France [5] et, selon les Autorités, il s’agit du plus sévère épisode de grippe aviaire qu’ait connu le pays. Près de la moitié, de ces millions d’animaux euthanasiés, se situe dans les Pays de Loire – en particulier, en Vendée.

Le 22 mars 2022, Julien Denormandie, le sinistre de l’Agriculture, a annoncé le lancement d’une opération de dépeuplement des élevages de volailles pour l’entièreté du département de Vendée… supposément  afin d’enrayer la propagation de la grippe aviaire H5N1. [44] 

Certains éleveurs sont “interrogatifs” quant à ce dépeuplement intégral des volailles, de certaines régions, au prétexte d’éviter le risque qu’elles meurent de la grippe aviaire. Cela semble une réaction de bonne santé mentale. On le serait pour moins. [50] Certains éleveurs doutent à ce point des mesures dictatoriales de l’Etat qu’ils ont créé, dès octobre 2021, en Loire-Atlantique, un collectif contre les nouvelles règles sanitaires liées à l’influenza aviaire. [64]

Dans le cas de l’abattage préventif, et systématique, des volailles, les Globalistes touchent le gros lot à la grande loterie du chamboulement destructeur: ils suppriment les ressources financières des éleveurs; ils suppriment les ressources alimentaires des consommateurs; ils gaspillent l’argent public afin de donner des compensations financières aux éleveurs; ils gaspillent l’argent public afin de payer les factures des opérations de gazage, d’équarissage, de recyclage de dizaines de millions de volailles. 

D’ailleurs, question essentielle: que deviennent les corps recyclés de ces dizaines de millions de volailles en France? Cui bono?

Le 12 avril, France-Intox titrait: “La grippe aviaire augmente en Dordogne, les restrictions et les abattages sont renforcés”. [47] «En Dordogne, l’épidémie continue de progresser, près d’une vingtaine de foyers de contamination ont été dénombrés, 302 communes sont désormais en zone réglementée interdisant tout transport de volailles. Les particuliers aussi sont concernés».

En date du 11 avril 2022, la France comptait, prétendument, 1 244 foyers de grippe aviaire en élevage, 45 cas en faune sauvage et 24 cas en basse-cours.

Pour rappel. Déjà, entre l’automne 2020 et le printemps 2021, ce sont 3,5 millions de volailles – essentiellement des canards – qui sont été abattues dans le sud-ouest de la France, selon les données du ministère de l’Agriculture. 

En quoi consiste, donc, le cadre de la “gouvernance de crise face à la progression du virus en Europe”- selon cette formule gouvernementale hystérique? 

Afin de juguler des épidémies de grippe aviaire, ou prétendues telles, les Autorités ont institué, légalement:

1. La “détection précoce” … grâce à l’arnaque des trop célèbres tests PCR – par exemple, la gamme Adiavet. [3] Selon la presse scientifique, ils sont utilisés depuis les années 2000 afin de détecter le virus invisible H5N1. Voir l’étude, de 2014, intitulée “Avian influenza virus detection and quantification by real-time RT-PCR”. [65]

Ainsi, en décembre 2021, afin de pouvoir assister à une foire avicole réputée en Catalogne – à savoir, la 48e édition de la foire avicole d’El Prat de Llobregat, au sud de Barcelone – 72 poulets de race “pota blava”, “patte bleue”, ont dû subir un test PCR. [4]

Ce sont ces test-bidons qui ont permis aux Globalistes eugénistes – au prétexte d’une pandémie coronavirale inexistante – de confiner une grande partie de la population mondiale, pendant de très longs mois, de détruire l’économie mondiale et le tissu social de nombreux pays. Rappelons qu’il s’agit d’une gigantesque arnaque car ces tests n’ont strictement pas la capacité de tester des virus pathogènes… inexistants. 

2. Le confinement de tous les animaux sains. Les animaux sains sont ceux qui sont testés “négatif”… selon les tests PCR.

Non seulement, il s’agit d’une énième attaque à l’encontre de la production alimentaire mais dans le cas de la prétendu grippe aviaire H5N1, ce sont les éleveurs certifiés bios, ou sous mention de “plein air”, qui sont les plus harcelés car les Autorités ont déclaré qu’il est prouvé, “scientifiquement”, que les volailles en plein air sont plus à risque que les volailles élevées en cages. A savoir, à risque de se faire infecter par des oiseaux sauvages – sains, puisque vivants et volant – potentiellement testés (ou testables) positif en PCR. 

A ce propos, le 11 avril 2022, le syndicat Confédération Paysanne se réunissait dans le Doubs afin d’évoquer le refus du gouvernement d’accorder une dérogation aux éleveurs sous label  bio, ou autre, afin qu’ils puissent laisser leur poules à l’extérieur – après 6 mois, déjà, de confinement. [1] Le 13 avril 2022, une centaine d’éleveurs de volailles fermières et de consommateurs des Pays de la Loire et des Deux-Sèvres se sont rassemblés le 13 avril devant la préfecture à l’appel de la Confédération paysanne, de la Coordination agro-biologique des Pays de la Loire et du collectif Sauve qui Poule 44. [51] De même à Draguignan, le 14 avril:  les éleveurs de volailles dénoncent les confinements imposés pour lutter contre la grippe aviaire. [49]

La Catalogne déclara, le 5 janvier 2022, que toutes les volailles devaient rester confinées jusqu’en avril 2022. [184]

3. L’abattage des volailles “infectées” ou “sensibles” dans les élevages. Les volailles “infectées” sont les volailles “saines” testées “positif”… selon les tests PCR. Les volailles “sensibles” sont les volailles “saines” testées “négatif” – selon les tests PCR – mais qui ont eu la malchance de côtoyer de près (ou à 15 km à la ronde!!!) des volailles “saines” et “infectées” mais testées “positif”. 

Si tout cela n’est pas clair, il n’est que de requérir des explications auprès de Véran – ou de l’un de ses clones dans un sinistère quelconque de la PharMacronie.

Il n’est pas besoin de déployer des trésors d’imagination pour percevoir que cette “gouvernance de crise”, face à la progression du virus aviaire H5N1 en France, n’est pas sans rappeler la dictature sanitaire, orchestrée par le PharMacron, depuis mars 2020, eu égard à la pandémie du Sars-CoV-2, inexistant. 

L’abattage des volailles “infectées” ou “sensibles” n’est pas sans rappeler, d’ailleurs, l’euthanasie, sur ordre du sinistère, de milliers de personnes âgées dans les EHPAD. Combien de milliers, au fait? Feu, le pharmacien Serge Rader déclarait, au début avril 2020: « On achève nos personnes âgées dans les EHPAD par sédation Rivotril». Voir mon post intitulé “Le Document de la Mort. Au sujet du Midazolam en tant qu’arme de destruction massive des personnes âgées et vulnérables au Royaume-Uni, en 2020.” [39]

La PharMacronie a fait de la France un gigantesque Camp de Concentration. La PharMacronie a orchestré un gigantesque Holocauste Vaccinal au Graphène qui s’est traduit, déjà, en 2021, par une sur-mortalité (post-vaccinale) de 48 000 personnes – selon les données de l’INSEE.

Face à cette pandémie virale H5N1, inexistante, la France n’est pas la seule à euthanasier – sur mode pelle mécanique – mais, avec près de 14 millions de volailles abattues, la France reste l’une des championnes, en Europe de la persécution des éleveurs de volailles et de la destruction des ressources alimentaires dont ils ont la charge. L’autre championne est l’Italie avec plus de 18 millions de volailles abattues.

La France est, ainsi donc, leader de l’eugénisme volailler… à l’image de Castaner, l’un des truands de la PharMacronie, qui a abondamment persécuté les Gilets Jaunes pendant deux années. Il en est de même avec l’Italie qui a orchestré une dictature horrible à l’égard de son Peuple. 

En Irlande, début décembre 2021, suite à la découverte de la plus sévère attaque de H5N1 dans ce pays – affectant 4 individus !! – ce sont un demi-million de volailles qui ont été abattues. [130]

Les Autorités Espagnoles ont euthanasié plus de 130 000 poules à la suite de la détection d’un foyer de grippe aviaire dans une exploitation d’Íscar, dans la province de Valladolid. 

La Catalogne déclara, le 5 janvier 2022, que toutes les volailles devaient rester confinées jusqu’en avril 2022. [184] 

Par exemple, encore. Selon Euronews, le 6 novembre 2021: «Aux Pays-Bas la semaine dernière, 36 000 poulets ont du être abattus par mesure de précaution». [7] 

Par exemple, encore. Selon Euronews, le 29 décembre 2021: «Dans un élevage situé à une cinquantaine de kilomètres de la capitale Prague, quelques 100 000 poules ont été abattues cette semaine. Un million d’œufs devaient également être détruits». [9]

Aux Pays-Bas. Selon les données de l’université de Wageningen, ce sont 1,5 million de poulets, de canards et de dindes qui ont été éliminés dans le cadre de la lutte contre l’infection, qui n’a pas encore abouti. Les pires cas de grippe aviaire ont été signalés début janvier, lorsque 222 000 poulets ont dû être abattus à Blija et 189 000 autres à Bentelo. [42]

Aux USA, selon la presse, ce serait environ 24 millions de volailles qui sont décédées depuis février 2022. Nonobstant, les titres sont trompeurs qui prétendent que «Les autorités Américaines estiment que près de 24 millions de volailles, principalement des poulets et des dindes, sont mortes de la grippe depuis l’identification de la souche du virus en février». [19]

Par exemple. Dans le Wisconsin, il est déclaré, le 15 mars 2022, que «Le Wisconsin va tuer 2,7 millions de poulets pour stopper la propagation d’une épidémie mortelle de grippe aviaire». [22] 

Par exemple, encore. Dans l’Iowa, il est déclaré, le 8 avril 2022, que «L’Iowa, l’État le plus touché, a abattu plus de 13 millions d’oiseaux, selon National Public Radio». [24]

Donc, sur les 24 millions de volailles déclarées grippées H5N1, ce sont, déjà, au grand minimum, 16 millions qui ont été, tout simplement, euthanasiées – officiellement. “Simplement” étant une façon de parler lorsqu’il faut euthanasier, dans la même unité industrielle de production d’oeufs, 5,3 millions de poules pondeuses – comme à Osceola, dans l’Iowa. [21]

Un article récent publié par Off-Guardian [26], précise que les 24 millions de volailles n’ont pas succombé à la grippe H5N1: elles ont été euthanasiées. C’est ce que l’on peut lire, en plus petites lignes, dans un article de The Conversation «Début avril, l’épidémie avait entraîné l’euthanasie de quelque 23 millions d’oiseaux du Maine au Wyoming» [20] ou dans un article du Scientist, en date du 8 avril 2022 «Depuis le début de la saison, des dizaines de millions d’oiseaux sont morts de maladie ou ont été abattus, ce qui a fait grimper les prix des œufs, de la viande de poulet et de dinde». [24] 

Au sujet des oeufs dont les prix grimpent pour cause de grippe. Aux USA, au début janvier 2022, le prix de la douzaine (non-bio) était d’1,20 dollar. En avril, il est de près de 3 dollars. Tout va bien?

Aux USA, aujourd’hui, ce sont 27 états qui sont en état d’alerte – hystérique. Selon les experts, cette vague de grippe aviaire va être beaucoup plus terrible que celle qui a sévi, prétendument, en 2015: ce sont 50 millions de volaille qui avaient, alors, été abattues.

D’ailleurs, certains articles de presse n’hésitent pas à révéler la vérité de l’abattage systématique des volailles aux USA: «Certains oiseaux sont morts de la maladie elle-même, mais la grande majorité d’entre eux sont abattus pour tenter d’empêcher la propagation de ce virus mortel et hautement infectieux». [37]

Au Royaume Uni, en date de fin mars 2022, la presse rapporte que «depuis la fin octobre 2021, plus de deux millions de volailles captives ont été abattues afin d’empêcher la propagation de la maladie». [25]

En Italie, depuis le début du lancement de l’alerte épidémique, vers mi-octobre 2021, ce sont 18 millions de volailles qui ont été abattues. [8] La presse Italienne précise, strictement, que ces volailles ont été euthanasiées: “Influenza aviaria, 308 focolai in Italia. Circa 18 milioni i capi abbattuti”. [23]

Au Canada, le Québec vient de lancer l’alerte à la grippe H5N1, le 13 Avril, [60] tandis que la Colombie Britannique vient de la lancer le 14 avril… [46] histoire d’opérer des distractions alors que le dictateur Trudeau sévit en toute impunité.

Comment se pratique l’euthanasie des volailles? Justement, l’association L214 vient, le 5 avril 2022, de publier un reportage intitulé “Images inédites de la grippe aviaire en Vendée”.  [40] 

En Italie, un autre groupe a filmé, par drone, l’abattage et le transfert, en camions, de 300 000 volailles. [53]

La pratique la plus commune est de gazer [45] les volailles et ce sont des entreprises spécialisées qui s’en chargent – par exemple, le Français GT Logistics ou le Néerlandais Jongeneel. Selon L214: « L’État est débordé par la situation : il demande officieusement aux éleveurs de couper la ventilation pour tuer les animaux. Les cadavres des oiseaux peuvent rester des jours dans les élevages avant d’être retirés. Les éleveurs doivent s’organiser eux-mêmes pour évacuer les cadavres. On leur demande d’enterrer les poulets en creusant des fosses à proximité de leurs élevages. Des centres de stockage temporaires et d’enfouissement sont créés pour faire face à la situation ».

C’est l’Open Philanthropy Project, de l’abominable George Soros, qui finance, en France, cette organisation vertueuse et “anti-spéciste™”. L’association L214 n’a pas encore compris que ce sont les Globalistes de Davos qui sont en cours d’orchestrer cette nouvelle fausse pandémie aviaire au parfum de H5N1 – qui n’est que l’une des phases de la Destruction de l’Agriculture et de l’Elevage afin de mettre en place une Famine Pandémique et Universelle.

Question pour L214. Franchement, quelle différence existe-t-il – du point de vue de l’éthique de l’élevage – entre l’abattage de dizaines de millions de volailles et la pulvérisation, en poudre de protéines, de centaines de milliards de sauterelles ou de vers de farine???

“Dansez la Vaccinade vers la Grande Hommelette Finale”

Le 20 mars 2018, je publiais une longue satire prophétique [66], “Dansez la Vaccinade vers la Grande Hommelette Finale”, sous forme de conte de basse-cour. Cette satire – sur mode gallinacés – peu câline, annonçait, chez les “êtres humains”, les diverses phases de la fausse pandémie générée par l’inexistant Sars-CoV-2 : le confinement, les lignes “blanches” à ne pas franchir, les injonctions hystériques, l’obsession sanitaire, la surveillance cybernétique, l’extrême censure sous tous aspects, la répression policière, le “marquage”, les mensonges de la Macronie, la dépopulation génocidaire… et, surtout, l’offensive et l’hécatombe vaccinales “en échange” de l’ouverture des cages et de la fin des restrictions dictatoriales… 

Et, en prévision d’une diversion post-covidienne, focalisée sur l’incontournable président Poutine, j’y annonçais, même, une attaque sournoise des CoqSaks – les Cocos Rouges, les Cock Roaches de l’Orient, les nouvelles hordes de CucaRachas.

Ce fut mon propre Evénement 201, rédigé durant les premières semaines de mars 2018, sous forme d’avertissement, anti-asservissements, à l’intention du poulailler Gallique dont l’emblème national est le Coq – un coq fort châtié et châtré par la Macronie déliquescente, dernièrement. 

J’y présentais le petit PharMacron comme le Grand Coquin Premier, l’Archonte du Grand Crêtin Universel, le Pontifex de l’Eglise des Coqs Culbénis et l’héritier des Saigneurs Banksters, de la Clanerie des Pharisianidae, friands de cotes et co-dettes tout autant que de coqs sanglants… car souffrant du syndrome du Cock sans Gland, une déformation congénitale – pour ne pas dire, sans génitales – comme aurait pu le préciser Wilhelm – pas Grimm mais Reich. [66]

Mais j’espère que les ergots soient, de nouveau, à l’affûtage et à l’affut… d’autant plus que le grand théâtre putride des élections – de personnalités politiques qui ne sont que des serpillères sur lesquelles leurs maîtres, les Banksters militaristes, s’essuient quotidiennement leurs pieds ensanglantés de guerres de libération – est en cours de masquer la Grande Famine en Marche… une famine en grande partie orchestrée, sous de multiples aspects.

D’ailleurs, comble de coïncidence, je publie cet essai, sur la grippe des oiseaux, le 17 avril, durant la fête de Pâques des monothéistes, de coloration christocentrique, qui voient les cloches amener des oeufs de sucre coloré… ou des poulettes en chocolat. Qu’aurait chanté Bobby la Pointe, le poète farceur,  face à une PharMacronie toute en dissonances cognitives pandémiques?

Dans la tradition de mon maitre coquetier vénéré, Boby de l’Oeuf à Point, et conscient des risques de haute fournaison et d’excocommunication – je ne suis pas né de la dernière coque – je jure, les plumes croisées sur le FakeBook consacré, que toute ressemblance avec des coqs ou des poulettes du Poulailler Gallique – des cours basses avec moult courbailles et, surtout, de la Haute Cour sans Courbettes – n’est que fort cuite, dans ma traduction d’un message, en cocorico Gallactique, qui chuta de la coque d’un OVNI, un Oeuf Volant Non Identifié,  dans un mignon petit nid que nous avions déposé, pour le passage des cloches, le jour de la Pâque, afin de célébrer, avec nos oisillons, la ré-éclosion du Très Haut Crêtin, le Jaculateur de toutes les Gallinacés du Poulivers, qui fut décapité afin de nous délivrer son sperme – pour la rémission de nos péchés d’oeufs infertiles. [66]

Grippe H5N1: “Dansez la Vaccinade”… tant pour les volailles que pour les humains

Précisons, tout d’abord, que les vaccins “destinés aux humains”, à l’encontre de la pandémie de grippe aviaire H5N1, ne datent pas juste d’hier. 

En effet, lors d’une rencontre de l’OMS à Genève, les 15 et 16 février 2007, la presse titra que «16 fabricants, de 10 pays, sont en train d’élaborer des prototypes de vaccins antigrippaux contre le virus H5N1 de la grippe aviaire. A ce jour, plus de 40 essais cliniques ont été réalisés ou sont en cours. La plupart ont porté sur des adultes en bonne santé. Certaines sociétés, après avoir procédé à des analyses d’innocuité sur des adultes, ont entrepris des essais cliniques sur des personnes âgées et des enfants. Tous les vaccins se sont révélés sûrs et bien tolérés par toutes les catégories d’âge soumises à expérimentation». [38]

Précisons, ensuite, que les vaccins “destinés aux volailles”, à l’encontre de la pandémie de grippe aviaire H5N1, ne datent pas juste d’hier – non plus. 

D’ailleurs, en mars 2021, ce sont des manchots Papous, en Norvège, qui ont été vaccinés à l’encontre de la grippe aviaire. [63]

Par exemple, en 2012, l’étude Egyptienne intitulée “Isolation of avian influenza H5N1 virus from vaccinated commercial layer flock in Egypt” [61] a mis en exergue les conclusions suivantes. «Dans la présente étude, un virus HPAIV H5N1 a été isolé chez des poules pondeuses âgées de vingt semaines qui ont été vaccinées avec un vaccin homologue H5N1 à l’âge de 1, 7 et 16 semaines. À l’âge de vingt semaines, les oiseaux présentaient une cyanose des rayons et des caroncules, une diminution de la production d’œufs et une mortalité allant jusqu’à 27%. Les échantillons de sérum examinés ont montré un faible titre d’anticorps dans le test HI (Log2 3,2± 4,2). Les gènes de l’hémagglutinine (HA) et de la neuraminidase (NA) du virus isolé étaient étroitement liés aux virus du groupe 2.2.1/C isolés chez des volailles dans des marchés d’oiseaux vivants (LBM) et des arrière-cours ou chez des personnes infectées. On a observé des mutations manifestes dans les gènes HA et NA, notamment une délétion dans le domaine de liaison au récepteur dans la région de la tête globulaire de l’HA. 

Malgré la vaccination répétée des poules pondeuses à l’aide d’un vaccin homologue H5N1, l’infection par le virus HPAIV H5N1 a entraîné une morbidité et une mortalité importantes. Dans les pays endémiques comme l’Égypte, des mesures de contrôle rigoureuses comprenant l’application de la biosécurité, l’abattage des oiseaux infectés et la mise à jour constante des souches virales du vaccin sont hautement nécessaires pour prévenir la circulation du virus HPAIV H5N1 entre les oiseaux de basse-cour, les volailles commerciales, les pondeuses et les humains.»

C’est, même, une industrie hyper-prospère pour la Mafia Pharmacratique… car le virus de la grippe aviaire H5N1 se présente sous de multiples “Clades” et “sous-Clades” et les divers vaccins ne sont pas efficaces à l’encontre de tous les clades. Par exemple, une étude Chinoise, de 2016, a mis en exergue que le vaccin anti-H5N1, le Re-6 – qui est un vaccin inactivé à partir du clade 2.3.2.1, A/duck/Guangdong/S1322/10 (DK/GD/S1322/10) – offre une solide protection contre le clade 2.3.2.1, une bonne protection contre le clade 7.2 et une mauvaise protection contre le clade 2.3.4.4. [52]

Avant d’explorer, plus avant, le terrain très marécageux des vaccins, des virus, des coronavirus, des variants, des mutants, des clades, des sous-clades… il est essentiel de bien préciser que tous ces concepts, prétendument scientifiques, appartiennent à une conception virtuelle de l’Univers – à un paradigme in vitro. Leurs séquences génomiques mathématico-virtuelles ne sont rien d’autre que cela: une prétention d’existentialité qui ne possède aucun impact sur le Réel, à savoir sur la Nature in vivo – la Nature Naturante et Naturée… le Temps de Rêve de la Mère Animale Planétaire. 

Certains êtres humains, dans des laboratoires aseptisés, vivent dans un monde chimérique tout comme des internautes coincés dans les labyrinthes virtuels du dénommé Métaverse de Fakebook. D’ailleurs, l’outil est le même: l’ordinateur. Le monde de la virologie Pasteurienne – tel que s’en délecte le guignol, demi-vaccinaliste, Didier Raoult – est un monde vide de substance, vide d’existence. Les virus, les coronavirus, les HxNx au prétexte d’Hémagglutinine et de Neuraminidase, les variants, les mutants, les clades, les sous-clades, etc, etc, n’existent que dans les programmes informatiques de ceux qui les ont imaginés – de par leur mental très pertubé… Et ce sont eux, aussi, bien évidemment, qui ont créé ces programmes d’ordinateurs… permettant de les détecter! Afin de boucler la boucle… scientifiquement, s’entend. 

Voici un exemple, parmi tant d’autres, de ce mythos génomique. Eu égard aux “déterminants génétiques” qui permettent le transfert inter-espèces des virus de la grippe aviaire, vers les populations de mammifères, et eu égard à  l’élucidation de la base moléculaire de la pathogénicité chez les mammifères, l’une des souches de H5N1, à savoir la souche A/Hong Kong/483/97, se caractérise par la lysine à la position 627 de la protéine PB2 – qui est un résidu connu pour être associé à la virulence chez la souris et à l’adaptation à l’humain. Quant à la souche A/Hong Kong/486/97, c’est l’acide glutamique qui se trouve à cette position 627. C’est, donc, ce qui se trame à la position 627 de la protéine PB2 qui va influer sur l’agressivité de telle ou telle souche H5N1 vis à vis des porcs, des humains, des furets, etc… [62]

Le 4 avril 2022, selon un communiqué de Reuters : «L’USDA envisage les vaccins comme une option pour protéger la volaille contre la grippe aviaire mortelle, a déclaré le chef des services vétérinaires de l’agence, alors que le pays est confronté à sa pire épidémie depuis 2015. Les partisans disent que les vaccins pourraient aider à garder les volailles en vie, à prévenir les pertes financières et à contrôler les coûts alimentaires, bien que les injections seraient trop tardives pour arrêter l’épidémie actuelle qui a anéanti 22 millions de poulets et de dindes dans les troupeaux commerciaux depuis février ». [10]

Précisons bien qu’il s’agit de vaccins H5N1 destinés aux volailles – selon les considérations de l’USDA aux USA, à savoir le ministère de l’agriculture. 

Ce sont donc, maintenant, les volailles qui vont “Danser la Vaccinade vers la Grande Hommelette Finale”. Et les Globalistes souhaiteraient, bien forcément, que cela soit toutes les volailles, futures, qui pâtissent de cette nouvelle obligation de vaccination/injection/graphénisation… y compris, s’entend, toutes les volailles, non industrielles, des fermes paysannes, des fermes bios, des élevages d’amateurs dans les jardins familiaux ou partagés de banlieux… 

Si tant est, faut-il le préciser, qu’il soit encore, même, possible d’élever des volailles dans le futur. En effet, selon France-Intox: «Le saviez-vous : si vous avez une poule dans votre jardin, vous êtes censé la déclarer en mairie. Faute de pouvoir confiner les volailles en leur imposant un passe sanitaire, les autorités tentent sérieusement le recensement de tous “détenteurs de volailles ou autres oiseaux captifs non commerciaux élevés en extérieur”. Perruches comprises. Un nouveau pas (de l’oie) vers la liberté et la responsabilisation individuelles. Et une mesure qui devrait battre des records d’abstentionnisme.»

Le 18 janvier 2022, le site Euractiv titrait “La France poussera pour l’homologation de vaccins contre la grippe aviaire au niveau européen”. [68] 

Selon l’article: «Face au pire épisode d’influenza aviaire jamais connu en Europe, le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie affirme une prochaine expérimentation de deux vaccins en France, en vue d’une potentielle approbation de la vaccination au niveau des 27. Seul obstacle : la vaccination des volailles contre la grippe aviaire reste en grande partie interdite par la Commission européenne…. A quoi s’ajoute une autre difficulté technique : les technologies vaccinales actuellement disponibles ne permettent pas de distinguer les oiseaux vaccinés des oiseaux infectés, explique l’Anses. Raison pour laquelle la vaccination reste un frein important notamment à l’exportation de produits de volaille : de nombreux pays refusent en effet d’importer des produits d’animaux vaccinés en raison du risque d’introduire le virus sur leur territoire à leur insu…. Une situation que la France souhaite changer : s’exprimant en marge du Conseil des ministres de l’Agriculture, M. Denormandie a ainsi réitéré son annonce du 7 janvier dernier, affirmant l’expérimentation de deux vaccins en France “dans les toutes prochaines semaines”».

L’un des deux vaccins futurs, anti H5N1, promis par le sinistre de l’agriculture est en cours d’élaboration par le laboratoire Ceva à Libourne en Nouvelle-Aquitaine. C’est avec ou sans oxyde de graphène? Le laboratoire Ceva est considéré comme le n°2 mondial des vaccins pour la volaille. En 2015, par exemple, Ceva a reçu une commande, des USA, de 100 millions de vaccins à l’encontre de la grippe aviaire. [69]

D’ailleurs, comble de coïncidence, le laboratoire CEVA vient juste, en décembre 2021, de signer un partenariat avec l’IHU Liryc dans l’objectif de promouvoir une plateforme d’excellence “One Health” dédiée à la cardiologie stimulant la recherche et l’innovation médicale à l’interface entre l’Homme et l’animal de compagnie. Ce soutien vient renforcer l’ensemble des projets de recherche de l’institut et le développement de solutions innovantes pour améliorer la prise en charge des maladies cardiovasculaires. Il s’agit d’un nouveau rideau de fumée afin d’occulter la misère du génocide cardio-vasculaire induit par l’oxyde de graphène dans les vaccins CoqueVide/19. [70]

Le second vaccin est, vraisemblablement, concocté par Filavie, la filiale santé animale du groupe Grimaud – dont le PDG annonçait en janvier 2022 :  « On peut dégainer un vaccin contre la grippe aviaire en quelques mois». Frédéric Grimaud, votre vaccin anti H5N1, est-ce avec ou sans oxyde de graphène? [71]

Le 13 avril 2022, le journal les Echos titrait: “Grippe aviaire : l’intérêt pour la vaccination des élevages progresse”. [54] Selon l’article: « Suite à l’épizootie catastrophique de l’année, la filière des volailles appréhende de “repeupler” ses élevages alors que le vaccin n’est pas encore autorisé en Europe. Les solutions de protection large ne sont pas encore disponibles et un consensus européen reste à trouver. Les premiers essais démarrent en France… Il a fallu du temps, mais au regard de la répétition et de la sévérité des crises, ce point de vue n’est quasiment plus contesté . Jusqu’à présent, on trouvait dans la filière des opposants à la vaccination. Ces derniers s’accrochaient au “statut indemne” de la France qu’imposent certains pays importateurs.»

Voir le dossier publié par le sinistère de l’agriculture en juillet 2021: “Place de la vaccination dans la lutte contre l’influenza aviaire hautement pathogène”. [67]

Le 19 avril 2022, Le Sénat publiait une question portant sur le conditionnement des vaccins pour les volailles. [70] Il s’agit de la question écrite n° 26534 de M. Yves Détraigne: « M. Yves Détraigne souhaite appeler l’attention de M. le ministre de l’agriculture et de l’alimentation sur les inquiétudes des aviculteurs sélectionneurs amateurs ou éleveurs familiaux, petits producteurs de volailles en circuits courts de distribution sur la question de la vaccination de leur cheptel alors qu’il reste sans réponse à sa saisine sur le sujet en date de juillet 2021. Il semblerait que les vaccins pour les volailles (poules, dindons, canards, etc.) n’existent qu’en 1 000, 10 000 ou 20 000 doses ! Cet état de fait entraîne des coûts d’acquisition pratiquement inaccessibles, compte tenu des contraintes techniques d’utilisation, pour la majorité des aviculteurs amateurs conservateurs de races anciennes locales et régionales de volailles. Les aviculteurs amateurs se plaignent donc d’une politique commerciale condamnable des laboratoires vétérinaires qui privilégient les grands élevages et participent, par conséquent, à la destruction et à la disparition des petites unités d’élevage et de tous les patrimoines irremplaçables qu’elles préservent. Considérant que l’aviculture amatrice génère, autour d’elle, une économie sociale et solidaire, qu’elle est source d’animation dans nos territoires ruraux et qu’elle préserve le patrimoine génétique national, il lui demande donc d’œuvrer à rendre disponible les vaccins volailles en petits conditionnements dans le circuit officiel de distribution ».

Vaccins anti-grippe aviaire de l’Institut Pirbright

Le 1er avril 2022, la presse du secteur volaille se faisait l’écho des essais effectués par l’Institut Pirbright portant sur leur nouveau vaccin à l’encontre de la grippe aviaire… du moins, une souche de grippe aviaire – et, subséquemment, il n’est que de changer les étiquettes.  

Précisons bien qu’il s’agit d’un vaccin, potentiel, destiné aux volailles.

Selon leur communiqué: «Les scientifiques de l’Institut Pirbright ont récemment mis au point un vaccin potentiel contre la grippe aviaire offrant une meilleure protection aux poulets. Le vaccin était plus facile et moins coûteux à produire que les vaccins antigrippaux traditionnels, selon un communiqué de presse de l’Institut Pirbright. Les chercheurs de l’Institut ont maintenant découvert encore plus d’avantages du vaccin, qui, selon eux, protège potentiellement les volailles à l’encontre de la souche H9N2 de la grippe aviaire – et ce, dès leur éclosion.» [30]

Pour rappel. En 2007, la fièvre aphteuse – ou dénommée telle par les virologistes – apparut en Grande-Bretagne, à 4 kms du laboratoire, de haute sécurité, de l’Institut Pirbright. Cette souche avait provoqué une épidémie, en 1967, mais elle n’était plus, alors, en circulation. Elle était, néanmoins, utilisée à l’Institut Pirbright pour la fabrication de vaccins. Cette fièvre aphteuse perturba, grandement, l’élevage du Royaume-Uni et généra 200 millions de livres sterling de pertes financières pour les éleveurs. 

En avril 2014, les responsables de l’Institut Pirbright ont plaidé coupable de huit infractions à la législation sur la sécurité concernant les expériences sur la fièvre aphteuse. Les incidents se sont produits en novembre 2012, et en janvier 2013, lorsqu’un système de ventilation utilisé pour maintenir le laboratoire en pression négative – afin d’empêcher les virus de s’échapper – a été modifié. Le système est tombé en panne, tout comme l’alarme qui aurait dû avertir le personnel du danger. Aucun virus ne s’est échappé lors de l’incident.

L’Institut Pirbright a fait la une de la presse “complotiste” car il est l’heureux propriétaire du brevet US7220852B1 portant sur un coronavirus isolé chez l’homme [29].Tout cela fait, peut-être, activer fébrilement les résistants mais ce n’est qu’une distraction car le Sars n’existe pas. 

D’autant plus qu’il est, également, est l’heureux propriétaire d’une pléthore de brevets portant sur des vaccins. Par exemple, le brevet US20170216427A1 portant sur un coronavirus vivant, atténué et muté… qui peut servir de base à un vaccin en cas de bronchite infectieuse chez les volailles. [28] 

Et en parlant de CoqueVide. C’est l’Institut Pirbright qui, en novembre 2021, a publié une nouvelle étude portant sur ses prétendues découvertes prouvant, pour la première fois au monde, que la réplication de l’ARN, du Sars-CoV-2, dans les cellules hôtes se fait dans un compartiment séparé de la cellule. Cette étude est intitulée “Coronavirus RNA Synthesis Takes Place within Membrane-Bound Sites”. [34]

C’est, également, l’Institut Pirbright qui vient, juste, de publier, le 28 mars 2022, une étude intitulée “Porcine Respiratory Coronavirus as a Model for Acute Respiratory Coronavirus Disease” [35] qui porte sur un modèle de coronavirus respiratoire porcin permettant de comprendre comment les coronavirus provoquent des maladies et comment le système immunitaire y réagit.

Et ce sont les mêmes chercheurs déments qui viennent, juste, de publier, le 4 avril 2022, une étude intitulée “Sars-CoV-2 variants of concern alpha, beta, gamma and delta have extended ACE2 receptor host ranges”. [36] 

Selon leur prose nauséabonde: «Le Sars-CoV-2, le virus à l’origine du Covid-19, peut potentiellement infecter un plus grand nombre d’espèces animales, dont les rongeurs et les furets. Notre étude a révélé que les variantes Alpha, Beta et Delta, du Sars-CoV-2, peuvent infecter davantage d’espèces par rapport à la souche virale ancestrale. Cela est dû à des mutations dans son code génétique. Le Sars-CoV-2 est apparu à Wuhan, en Chine, fin 2019, et est soupçonné de provenir d’un réservoir animal, les chauves-souris étant le coupable le plus probable, bien que cela reste à confirmer. Depuis, des cas de maladie ont été signalés chez des visons, des cerfs et même des chats de compagnie».

Pour mémoire, l’Institut Pirbright est, généreusement, financé, par la Fondation Bill et Melinda Gates. [32]  [33] A ce titre, il participe à l’aggravation de l’hystérie collective eu égard à des pathologies pandémiques strictement inexistantes. 

L’Institut Pirbright est l’un des vecteurs de la destruction des Peuples, au prétexte d’un CoqueVide, et de leur génocide vaccinal. A quand le rétablissement de la peine capitale?

Vaccins anti-grippe aviaire de Seqirus

Le 8 avril 2022, le site de MedicineNet titrait: “Le vaccin H5N1 est prêt pour une éventuelle pandémie de grippe aviaire”. Selon la présentation qui en est faite: «Un vaccin antigrippal, récemment mis au point contre une variante potentiellement pandémique du virus de la grippe, le virus sous-unité H5N1, s’est révélé hautement immunogène chez les adultes jeunes et âgés. Dans une étude multicentrique randomisée de phase 3, le vaccin expérimental a obtenu des titres élevés d’inhibition de l’hémagglutination chez les patients âgés de 18 à 64 ans ainsi que chez ceux de 65 ans et plus. ». [11] 

Précisons bien qu’il s’agit, expressément, d’un vaccin H5N1 destiné aux humains.

Les résultats de l’étude multicentrique randomisée de phase 3 – portant sur 3196 participants – ont été publiés, en mars 2022, sous le titre “Phase 3 Randomized, Multicenter, Placebo-Controlled Study to Evaluate Safety, Immunogenicity, and Lot-to-Lot Consistency of an Adjuvanted Cell Culture-Derived, H5N1 Subunit Influenza Virus Vaccine in Healthy Adult Subjects”. [17]

C’est le laboratoire Seqirus, en Caroline du Nord, qui a développé ce vaccin à l’encontre de la grippe aviaire H5N1 – à partir, prétendument, de cultures cellulaires du virus de la grippe monovalent, inactivé, à sous-unité H5N1.

Seqirus est une société Australienne filiale du groupe pharmaceutique CSL qui emploie plus de 22000 personnes dans 60 pays. Seqirus a été créé, le 31 juillet 2015, à la suite de l’acquisition, par CSL, de l’activité vaccins antigrippaux de Novartis et de son intégration ultérieure à bioCSL. Seqirus est l’un des plus grands fournisseurs de vaccins antigrippaux au monde.

En vérité, ce vaccin de Seqirus n’est pas, réellement, “récemment mis au point”… car c’est la société Novartis qui a développé le premier “vaccin pré-pandémique H5N1”. 

Voir l’étude, de janvier 2010, intitulée “Vaccines with MF59 Adjuvant Expand the Antibody Repertoire to Target Protective Sites of Pandemic Avian H5N1 Influenza Virus.” [18]

En effet, dès 2009, Novartis a concocté l’Aflunov, un vaccin “pré-pandémique” – avec l’adjuvant MF59 – à l’encontre de la grippe aviaire. [15] Novartis avait alors déclaré que «L’Aflunov, peut susciter une réponse immunitaire largement croisée couvrant toutes les variantes antigéniques connues du H5N1, même lorsque cette dose de rappel est administrée six ans après la dose d’amorçage initiale. Les données montrent que le vaccin expérimental avec adjuvant de Novartis a provoqué une réponse immunitaire de longue durée qui a pu être rapidement renforcée après l’administration d’une seule dose du vaccin. Cela pourrait donner aux responsables de la santé publique une flexibilité supplémentaire pour aider à protéger les citoyens bien avant une pandémie de grippe aviaire. L’étude a également montré que le vaccin avec adjuvant a créé une mémoire immunitaire non seulement contre la souche H5N1 contenue dans le vaccin, mais a également fourni une protection croisée contre plusieurs autres souches H5N1».

L’adjuvant MF59 de Novartis –  qui l’a développé en 1992 – est une émulsion de squalène avec des acides gras. Les autres vaccins anti-grippaux de Seqirus (Fluad Quad, Afluria Quad et Flucelvax Quad) contiennent tous cet adjuvant de Novartis [14]. Pour rappel: Novartis a fusionné avec Astra-Zeneca pour créer Syngenta… qui a été racheté par ChemChina – à savoir par le Parti Bolchévique Chinois – en mai 2017. 

Le 3 février 2020, la FDA a approuvé le vaccin de Seqirus contre le virus de la grippe A H5N1. Selon le communiqué de Seqirus: «La FDA a approuvé Audenz™ (vaccin monovalent contre la grippe A (H5N1), avec adjuvant) pour aider à protéger les personnes âgées de six mois et plus contre la grippe A (H5N1). Audenz est le tout premier vaccin antigrippal adjuvanté, à base de cellules, conçu pour protéger contre la grippe A (H5N1) en cas de pandémie. Les vaccins antigrippaux, utilisant l’adjuvant MF59®, peuvent renforcer et élargir la réponse immunitaire de l’organisme en induisant des anticorps contre des souches virales qui ont muté. Cet adjuvant est un élément important de la planification de la préparation à une pandémie car il réduit la quantité d’antigène nécessaire pour produire une réponse immunitaire, augmentant ainsi le nombre de doses de vaccin développées, de sorte qu’un grand nombre de personnes puissent être protégées le plus rapidement possible». [13]

Le vaccin de Seqirus se nomme, également, “Aflunov” et “aH5N1c”. L’autorisation de la FDA, en date du 3 février 2020, ne concernait qu’une présentation mono-dose en seringues pré-remplies.

Le 23 novembre 2021, la FDA a approuvé le vaccin de Seqirus contre le virus de la grippe A H5N1 sous forme de flacons multidoses aux USA. Les essais cliniques, de phase 2, ont été réalisés, en 2020, en Estonie et aux Philippines. [16] Cette autorisation concerne toutes les personnes âgées de 6 mois et plus. 

Selon le communiqué de Yahoo! Finance «Selon les termes du partenariat public-privé, établi en 2009, Seqirus se positionnerait pour livrer 150 millions de doses de vaccin contre la grippe A (H5N1), au gouvernement US, afin de soutenir une réponse à une pandémie de grippe dans les six mois».  

Selon divers articles publiés par la presse vaccinaliste, des contrats de partenariat existent, au moins depuis 2006, entre le DARPA et Seqirus. Comme Seqirus n’a été créé qu’en 2015, il doit s’agir de la branche de Novartis dénommée “Novartis Influenza Vaccines” qui est devenue Seqirus.

Le 25 février 2022, Seqirus a renouvelé un accord de cinq ans avec la Biomedical Advanced Research and Development Authority (BARDA) pour la fourniture du vaccin contre le virus de la grippe A H5N1 aux États-Unis. [12] 

Quant aux futurs vaccins anti-grippaux de Seqirus, ils sont dotés d’une nouvelle technologie dénommée “ARN messager auto-amplifiant”. [31] Selon Seqirus: «L’ARNm auto-amplifiant – la prochaine génération de cette technologie – donne, également, l’ordre à l’organisme de répliquer l’ARNm, ce qui augmente la quantité de protéines fabriquées. Cela permet aux fabricants de mettre au point des vaccins plus efficaces et moins dosés, qui provoquent moins de réactions indésirables».

C’est cette même technologie qui est utilisée – supposément, car ces scientifiques sont déments – dans un nouveau vaccin à l’encontre du CoqueVide inexistant selon une étude publiée en novembre 2021: “A self-amplifying mRNA COVID-19 vaccine drives potent and broad immune responses at low doses that protects non-human primates against SARS-CoV-2”. [27]

Histoire “officielle” du virus “inexistant” de grippe aviaire – sur mode H5N1

En premier lieu, je souhaite rappeler que j’ai rédigé un chapitre entier intitulé “La Grippe Espagnole de 1918/1920 fut une Pneumonie Bactérienne” – de mon essai intitulé “Psychose, Macronavirose, Vaccinose et Pot aux Roses. 01 / Vaccinations Anti-Méningite et Pathologies Respiratoires Imputées au Coronavirus ID/2019”. [55] Selon l’histoire officielle mensongère, la Grippe Espagnole fut une pandémie de virus grippal H1N1.

C’est le professeur Yoshihiro Kawaoka, de l’Université du Wisconsin, que j’ai mentionné en tout début d’article, qui, le premier, a prétendument isolé des gènes du virus H1N1 de la pseudo Grippe Espagnole. Ses travaux ont été publiés, fin 2008, dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences. [57] 

Le professeur Yoshihiro Kawaoka déclara alors: «Les virus de la grippe classique se répliquent principalement dans les voies respiratoires supérieures : la bouche, le nez et la gorge. Le virus de 1918 se réplique dans les voies respiratoires supérieures, mais aussi dans les poumons. Nous voulions savoir pourquoi la grippe de 1918 provoquait une pneumonie grave.»

La grippe de 1918 provoquait une pneumonie grave… parce que ce fut une pneumonie bactérienne. Pour mémoire, seuls les vaccinés et les médicamentés mouraient – et il en mourut des dizaines de millions. 

Selon le communiqué d’alors: «En mélangeant et en appariant un virus de la grippe contemporaine avec celui de la “Grippe Espagnole”, les chercheurs ont identifié un ensemble de trois gènes qui ont contribué à soutenir l’extraordinaire virulence du virus de 1918… Pour trouver le ou les gènes qui permettaient au virus d’envahir les poumons, Kawaoka et son groupe ont mélangé des éléments génétiques du virus de la grippe de 1918 avec ceux d’un virus de la grippe aviaire circulant actuellement et ont testé les variantes sur des furets, un animal qui imite l’infection par la grippe humaine.

Dans la plupart des cas, la substitution de gènes uniques du virus de 1918 sur le modèle d’un virus contemporain beaucoup plus bénin a donné des agents qui ne pouvaient se répliquer que dans les voies respiratoires supérieures. Une exception toutefois : un complexe de trois gènes qui, agissant de concert avec un autre gène clé, permettait au virus de coloniser efficacement les cellules pulmonaires et de fabriquer de l’ARN polymérase, une protéine nécessaire à la reproduction du virus.» 

Yoshihiro Kawaoka est actuellement accusé d’utiliser les millions de dollars, de la Fondation Bill Gates, pour travailler sur ce qu’on appelle “du gain de fonction” avec des “virus” de la “grippe aviaire”. Pourquoi? Supposément, afin de les rendre extrêmement plus dangereux pour les humains et afin de concoter des parades vaccinales… au cas où ces virus se seraient, un jour, décidé à muter tout seuls dans la Nature –  in vivo -sans attendre la bénédiction de savants déments.

C’est ce même discours, qui court, actuellement, à propos de “gain de fonction”, eu égard au Sars-CoV-2 invisible, au laboratoire de Wuhan, aux financements distribués par Fauci en Chine par le vecteur de EcoHealth Alliance en Angleterre. Bla bla bla… Bla bla bla… Distractions et Opposition contrôlée… afin de cacher la misère de l’oxyde de graphène dans les injections CoqueVide/19. 

Ainsi que je l’ai mis en exergue auparavant, selon le virologue Jeffery K. Taubenberger, toutes les pandémies grippales humaines récentes seraient issues de mutations de la “pandémie virale”, de type H1N1, de 1918-1920: à savoir la souche de Grippe Asiatique H2N2 (1957-1958), la souche de la Grippe de Hong-Kong H3N2 (1968-1969), la fausse pandémie de Grippe Porcine H1N1 (2009-2010), etc, ad nauseam.

Jeffery K. Taubenberger a été financé par la Fondation Bill Gates et le DARPA (du Ministère de la Défense US) pour reconstruire, génomiquement, la souche du virus de la “Grippe Espagnole” – qui était une pneumonie bactérienne… Son étude est intitulée “Reconstruction of the 1918 Influenza Virus: Unexpected Rewards from the Past”. [31]

La grande supercherie de Jeffery K. Taubenberger constitue à prétendre, encore et toujours, que l’origine de la “Grippe Espagnole” se trouve dans une méchante souche de grippe aviaire qui, par malchance, a justement agressé des milliers de soldats, au Kansas, qui venaient, juste, de se porter volontaires pour être les cobayes d’une expérimentation vaccinale à l’encontre de la méningite bactérienne.

Ou était-ce alors une grippe aviaire qui aurait méchamment agressé un troupeau de porcs au préalable – car les souches de “grippes aviaires” ne sont pas réputées sauter sur les humains aussi facilement. C’est effectivement une fâcheuse coïncidence que la seule mutation, aux USA, de cette souche H1N1, se soit développée justement dans la région de Fort Riley, au Kansas, où étaient cantonnés des milliers de soldats fraichement vaccinés… et sur le départ vers l’Europe afin de participer à la Première Grande Boucherie Internationale (la Seconde Boucherie Franco-Allemande suivant la première de 1870/1871). 

Faut-il vous l’envelopper ou est-ce pour lobotomiser de suite? Ce n’est, sans doute, pas pour rien que le patronyme “Taubenberger” signifie le berger des pigeons…!

Selon cette histoire à dormir debout, cette souche H1N1 humaine fut ensuite transmise aux porcs, vers 1918, qui l’ont gardée, bien au chaud et très précieusement, pendant 90 ans, sous la forme d’une souche virale porcine différenciée – à savoir différenciée de la souche humaine H1N1 virale pandémique primitive de 1918. 

Ce qui ressort de cette gigantesque arnaque pseudo-scientifique, [221] c’est que Jeffery K. Taubenberger, et son gang de collaborateurs eugénistes, ont pour objectif final, et exclusif, de développer une vaccination anti-grippale universelle, donc anti-virale, qui serait valable pour toutes les souches de grippes passées, présentes et à venir. 

Et ces souches seraient nombreuses si l’on en croit les alertes permanentes concernant les élevages industriels de par le monde. Ainsi, en début février 2020, la Chine sonnait l’alarme car elle venait d’abattre 17 828 volailles atteintes de la souche grippale H5N1 – en précisant, néanmoins, qu’aucun cas humain de contagion, par cette souche de grippe aviaire H5N1, n’avait été rapporté aux Autorités. 

Selon les contes de fée, pour adultes infantilisés, de l’OMS, l’Organisation pour le Massacre Sanitaire, la grippe aviaire A, de souche H5N1, aurait exterminé 6 personnes de Hong Kong, en 1997, et 134 autres personnes, dans l’Asie du sud-est (Chine, Cambodge, Vietnam et Laos) entre 2003 et 2014. Globalement, cette souche H5N1 aurait, également, exterminé 455 personnes entre 2003 et 2020. Quant à la souche de grippe aviaire H5N6, elle aurait occasionné 7 décès en Chine, depuis 2014. Quant à la souche de grippe aviaire H7N4, un seul cas aurait été mentionné en Chine, en février 2018. La souche H7N9 fut beaucoup plus efficace puisqu’elle suscita 1568 “cas confirmés en laboratoires” – selon la formule consacrée par les virologues. En ce qui concerne la souche H9N2, seulement 31 “cas confirmés en laboratoires” ont été rapportés en Chine depuis 2015. [223]

En bref, ce ne furent que des débuts de pandémie avortée… Les grippes aviaires ne sont, en effet, que difficilement transmissibles aux animaux humains et il faudrait que l’Evolution aveugle et aléatoire, sous mode Néo-Darwiniste, déploie encore quelques efforts, aveugles et aléatoires, pour que l’OMS, et la Mafia Pharmacratique, puissent en tirer des fortunes vaccinales. 

Si tant est, d’ailleurs, que ces grippes aviaires aient, authentiquement, une existence dans le Réel de la Biosphère Gaïenne – à savoir, une existence prouvable en dehors des laboratoires des virologues qui sont enclins à prendre leurs hallucinations microscopiques pour des réalités virales. 

En France, la souche H5N1 avait fait des ravages dans les élevages de volailles durant l’hiver 2015-2016 tandis que la souche H5N8 avait décimé les élevages français, durant l’hiver 2016-2017 – semant le chaos dans la filière du foie gras. En début 2020, les éleveurs Français recommençaient à paniquer car la souche H5N8 sévissait, depuis plusieurs mois déjà, en Slovaquie, en Hongrie, en Roumanie, en Pologne, en Roumanie, en Ukraine, au Danemark, en Allemagne, etc. [224]

Aux USA, en 2015, la souche de grippe aviaire H5N2 avait annihilé une cinquantaine de millions de poules et de dindons dans les élevages du MidWest. En 2017, dans le Tennessee, la souche de grippe aviaire H7N9 avait décimé un élevage de 73 500 volailles. En avril 2020, le Ministère de l’Agriculture US confirma que la souche de grippe aviaire H7N3 sévissait dans un élevage de dindons en Caroline du sud: 1583 dindons avaient déjà succombé et les 32 577 autres furent euthanasiés. [225]

Au Chili, en 2016, certains élevages de dindons furent attaqués par une souche de grippe aviaire H7N6. [222] En Hollande, en décembre 2017, 16 000 canards furent euthanasiés suite à un accès de grippe aviaire H5N6. En décembre 2019, c’est la souche H5N3 qui sema la panique dans le Suffolk et 28 000 volailles furent euthanasiées. 

En janvier 2020, 40 000 dindons et oies furent exterminés par la souche H5N8 dans des villages Polonais à la frontière de l’Ukraine et du Bélarus. Durant la même période, à l’ouest du pays, 65 000 volailles furent exterminées pour cause de la même souche. 

A cette date, les Autorités Européennes se montraient rassurantes en précisant bien que la transmission des virus aviaires vers les humains est rare mais, cependant, possible… et que toute personne souffrant de difficultés respiratoires est invitée à visiter son médecin habituel, bla bla bla.

Le 1er juin 2021, la Chine annonçait le tout premier cas de prétendue infection humaine par le virus H10N3 – qui auparavant s’était contenter de viroser les oiseaux. [128]

Le 27 décembre 2021, Israël déclarait une nouvelle alerte grippale car 5 400 grues sauvages – sur les 31 000 qui migrent par cette région de la réserve de Hula –  venaient de décéder, prétendument, de la grippe aviaire H5N1. [131]

Et le 27 avril 2022, la Chine annonçait son premier cas de virus aviaire H3N8 – transmis à un enfant de 4 ans.  [72]

Le virus H5N1 n’existe pas… mais tout le monde fait comme si

Selon les canons de l’Eglise de la Virologie Pathogénique, il existerait quatre types de virus grippaux A, B, C et D. Les grippes du groupe A (aviaires, porcines et autres zoonotiques) se définiraient en fonction de la combinaison des protéines de surface dont il existerait deux types: l’Hémagglutinine (H) et la Neuraminidase (N). De plus, il existerait, selon cette Eglise, 18 sous-types d’hémagglutinine – H1 à H18 – et 11 sous-types de neuraminidase – N1 à N11. 

Je me souviens d’un tableau très illuminant que je découvris, il y a un quart de siècle, et ce fut peut-être dans l’ouvrage fort passionnant de l’agronome Canadien dissident, Raoul Robinson, “Return to Resistance”, publié en 1995, qui évoquait la problématique des résistances horizontales, ou polygéniques, et des résistances verticales, ou monogéniques. Ce tableau mettait en exergue deux courbes exponentielles et strictement parallèles. La première courbe déclinait l’usage exponentiel des produits de synthèse de l’agriculture toxique: fertilisants synthétiques, pesticides, fongicides, herbicides, raticides et toute la gamme des biocides – depuis un demi-siècle. La seconde courbe déclinait l’émergence exponentielle de nouvelles pathologies impactant le monde végétal agricole – depuis le même demi-siècle. Ce tableau mettait, ainsi, en lumière que l’émergence de multiples nouvelles pathologies végétales était induite par la mise, sur le marché, de multiples nouvelles combinaisons de molécules toxiques pour l’agriculture – dont la mission était d’éradiquer les dites “pathologies végétales”.

Lorsque l’on prend conscience que le monde animal domestique est la proie (prétendument) d’une pléthore de sous-types de grippes A aviaires, bovines, humaines et porcines – de type HxNx – il est relativement aisé d’imaginer que ce présumé harcèlement viral pourrait être la conséquence, pure et simple, de dizaines d’années, au moins, de campagnes de vaccinations intensives et de médications allopathiques dénommées antibiotiques, antivirales, antifongiques, antiparasitaires…

Pour le grand plaisir de la Mafia Pharmacratique. 

De combien de vaccins un porc d’élevage est-il gratifié durant les six mois de son engraissement pour en arriver à 140 kilos? Se rappelle-t-on l’étude publiée dans la Revue Nature, publiée en 2013, intitulée “Flu vaccine backfires in pigs”? Elle mettait en exergue, par exemple, que le vaccin prétendument destiné à immuniser contre la souche de grippe A H1N2 rendait les porcs très susceptibles à la souche de grippe A H1N1. [229] 

Il est clair que les injections vaccinales vétérinaires sont tout autant gavées de nano-particules que les injections vaccinales humaines. Pourquoi en serait-il autrement? 

C’est, même, un réel soulagement d’appréhender, finalement – avec les preuves, d’un puzzle, qui commencent à s’auto-structurer – ce que je pressentais, depuis belle lurette, à savoir la présence de contaminants dans les vaccins destinés aux milliards d’animaux domestiques, de par le monde. La présence (très probable) d’oxyde de graphène, dans les “vaccins” porcins, par exemple, permet de mieux appréhender les circonstances entourant le massacre de centaines de millions de porcs, en Chine, ces dernières années – que j’ai évoqué, à plusieurs reprises, dans mes essais.

Si l’on se réfère aux fondamentaux de la Nouvelle Médecine Allemande – de Ryke Hamer et de Stephan Lanka – les virus pathogènes n’existent pas. Ils n’ont jamais été isolés, ni caractérisés, ni photographiés. Ils n’ont jamais évolué n’en déplaise aux hallucinés, et autres eugénistes, de la Secte Néo-Darwiniste. Circulez… il n’y a rien à voir. Au fait, dans la Nature non domestiquée, existe-t-il des pandémies qui déciment, inexorablement, des hordes de sangliers ou d’oiseaux aquatiques? 

Jusqu’à 60% des canards colverts juvéniles sont infectés – par la grippe aviaire – avant la migration de fin d’été. Cela ne les empêche pas de migrer.

Comment l’Eglise de la Virologie Pasteurienne et Pathogénique peut-elle expliquer la non existence de pandémies chez les animaux sauvages prétendument porteurs naturels de toutes les souches de grippes qui sont accusées de semer la misère dans les élevages industriels (non-bios) modernes? 

Lynn Margulis, la très grande génie de la biologie moderne – et la conceptrice de l’endosymbiogenèse mutualiste – ne croyait pas plus à l’existence du virus du VIH/Sida qu’à la profession de foi des promoteurs du Tikun Olam. 

Kary Mullis, l’inventeur même de la Réaction en Chaine par Polymérase (PCR) – qui constitue la base des “tests” bidons permettant de déterminer si un individu est “positif” ou “négatif” eu égard à un coronavirus fantôme – ne croyait pas, non plus, à l’existence du virus du VIH/Sida. Kary Mullis avait toujours affirmé, d’ailleurs, que la Réaction en Chaine par Polymérase ne doit, surtout, pas être utilisée pour des diagnostics médicaux. Les passionnés de vérité sont invités à étudier l’excellent article  “Was the COVID-19 test meant to detect a virus?” de Celia Farber. [228]

Kary Mullis (1944-2019) n’avait pas sa langue dans la poche car il considérait Anthony Fauci (le Tsar du Coronavirus des USA) et Robert Gallo (le prétendu co-découvreur du Sida) comme des “ass-holes”. C’est une expression que je n’utilise jamais car j’estime que la noblesse intrinsèque (car Gaïenne) du “trou du cul” ne sied pas, du tout, à la qualification de misérables crapules criminelles et psychopathiques. Kary Mullis (1944-2019) s’est désincarné trop tôt car il se serait déchaîné à l’encontre de tous les voyous qui ont orchestré cette terrifiante “psyops” – cette opération psychologique spéciale dont l’objectif est de terroriser tous les Peuples de la Planète.