Les Tambours de Xochipelli se sont réveillés

 

Avant-Propos. Depuis une douzaine d’années, je me suis obstinément refusé à autoriser une pléthore de requêtes de “portraits biographiques” et, y compris, le mois passé, la requête de publication d’un ouvrage entier portant sur ma “biographie”. Je conçois, très difficilement, que d’aucuns puissent se fasciner pour des épisodes de ma vie qui ne m’intéressent, nous-mêmes, que très lointainement. La glorification de l’Ego constitue l’une des pestes “civilisationnelles” générées par des millénaires de dissociation de notre espèce humaine des Forces vives de la Mère – et des millénaires d’entraves à l’expression libre et fertile de notre schizophrénie naturelle – millénaires qui ont conduit inéluctablement à l’écocide présent et à la prépondérance de la pensée linéaire dévastatrice.

Tout comme la Nature a horreur du vide (plus particulièrement de ce vide généré par l’agriculture violeuse et érosive de 75 milliards de tonnes de sols chaque année), il semblerait que la Toile ne se satisfasse pas du manque d’éléments dits “biographiques” de certains êtres humains fustigés comme hérétiques ou dissidents,

hérétique, du grec “heresia”, capacité de choisir

dissident, du latin “sedo” et “dissidere”, refuser de s’asseoir,

refuser de se calmer, d’être “sédativé”.

Non, je ne suis pas en Paix

à savoir des êtres humains qui remettent en cause le désordre établi et fossilisé d’une civilisation mortifère qui détruit les racines de sa propre incarnation. Je vais donc me livrer, aujourd’hui, à l’exercice transparent de combler – dans le vide cybernétique d’une Matrice virtuelle que des foules leurrées vénèrent telle une mère – le vide biographique de mon humble personne.

Humble, du latin “humulus” qui a donné homme, humanité, humilité, humiliation et humus, un rappel du fait (humiliant pour certains dés-humanisés?)

que nous émergeons de la Terre et que nous y sommes re-cyclés

lorsque vient le moment de la désincarnation.

La Terre n’appartient pas à l’Homme;

c’est l’Homme qui appartient à la Terre. Selon la Sagesse Amérindienne.

Personne, du latin “persona”, ce qui sonne au travers, le masque,

sans doute corrélé à l’étrusque “phersu”

Je vais donc faire chuter, aujourd’hui, le masque/voile afin de conférer un tantinet moins de prise aux vents diffamatoires des Wekstein/Amos (et autres crapules à la solde de la pétro-agro-chimie) et d’autres excités verbeux et hystériques se cachant derrière des pseudonymes et qui se prennent pour des ambulanciers au secours d’un système en pleine déliquescence: des avatars modernes, des pseudo-prophètes analphabètes, conviant les êtres humains à bêler avec le troupeau aveugle,

ou à se faire baptiser dans les eaux purulentes de la pensée unique mais apostolique

« cette nation est comme le torrent de neige fondue qui sort de son lit

et détruit tout sur son passage ». Sitting Bull.

 

Je suis né en 1953, aux alentours du solstice d’été – lorsque la lumière solaire est tamisée par l’archétype des Jumeaux, tant dans l’astrologie tropicale que sidérale – dans une famille très catholique, d’origine Bretonne/Vendéenne, dont j’étais l’ainé de onze enfants,

un apprentissage de notre Futur Primitif, la vie tribale?

au coeur des chantiers navals et des milieux ouvriers intoxiqués par de la vinasse pesticidée. Je n’ai jamais connu mon grand-père paternel qui fut fauché par un train qu’il n’avait pas entendu venir – sourd qu’il était d’avoir forgé toute sa vie au fond des cales des paquebots vaniteux.

Je fus voilé et baptisé d’un prénom dominical, sous l’égide d’un parrain prêtre catholique et d’une marraine religieuse missionnaire en Afrique – que Gaïa protège leurs âmes dans le grand chaudron de la soupe cosmique – un prénom dont les consonances rappellent un ordre monacal dont la terrible mission fut de participer aux massacres génocidaires de dizaines de milliers de dissidents et autres guérisseurs, guérisseuses, sage-femmes, sourciers et sorcières… brûlés sur les buchers de l’Inquisition, au nom du Dieu d’Amour.

Je vécus toute mon enfance et adolescence à Saint-Nazaire. A l’âge de 10 ans, en allant à l’épicerie du quartier, j’ai vu les CRS de la Ripoublique charger les ouvriers des chantiers naval manifestant – sur l’Avenue de la République – leur souhait de se libérer de leurs chaînes d’esclaves ferrailleurs. A 15 ans, je fus, durant Mai 68, sur les barricades lycéennes animées par le frère de celui qui devint l’un des chefs de file de l’écologie réformiste et néolibérale, les alliés de la gauche caviar – ces petits chefs transfuges des sectes Trotskistes qui noyautèrent, sur un mode terminal, les forces vives et fertiles de l’écologie non politisée – politisée au sens le plus abject du terme.

Si je puis me permettre une légère digression…

Je n’ai jamais voté de ma vie – jamais, au grand jamais

Ni pour la gauche, ni pour la droite, ni pour les extrêmes

une classification ô combien débile et débilitante

qui occulte le fait qu’ils sont tous, ou presque, à la solde des banquiers

et encore moins pour les Verts français, verts de gris

une couleur cooptée par les transfuges de l’extrême-gauche

dont les plus malins, ou plus psychopathes, se sont aperçus très vite

qu’il aurait fallu un bon siècle afin que le trotskisme les propulse

sur les strapontins des députés ou sénateurs

ou encore les strapontins, bien confortables et payés 12 000 euros par mois

du Parlement Européen

qu’un ami cher qui y travaille

appelle “le grand cirque de l’Europe”

l’Europe des Lobbies, l’Europe des voyous,

l’Europe de la corruption, l’Europe des Etats-Unis…

Qui pourrait prétendre que les Verts d’aujourd’hui

sont le fruit de la mouvance anarcho-libertaire et écologiste

qui a donné naissance à la Gueule Ouverte en 1972?

ou à Charlie-Hebdo, le vrai, le premier?

pas celui qui a sombré dans l’ignominie raciste et pro-vaccinale

pas celui dont le patron fut nommé directeur de France-Intox

par un président criminel ayant sur les mains le sang de 150 000 civils Libyens

A 18 ans, impulsé par un élan mystique, et confondant le petit Jésus avec le Grand Manitou – une récurrence dans l’atmosphère vivante d’un accompagnement cosmique lors de l’Explosion Cambrienne? – je commençai des études à l’Institut de Philosophie et de Théologie de Nantes. J’y durai 3 mois et m’enfuis, en courant très vite, lorsque mes professeurs refusèrent de répondre à mes questions concernant la nature et l’origine des Manuscrits de la Mer Morte.

Ces Manuscrits de la Mer Morte qui furent découverts en 1947

et publiés seulement en 1997, lorsque des érudits américains firent éclater le scandale de leur occultation par l’Office de la Petite Inquisition du Vatican

– dirigé par ce même panzer-cardinal qui devint pape démissionnaire –

une occultation nécessaire au voilage des origines authentiques du christianisme.

Et un clin d’oeil de la Destinée puisque, une quarantaine d’années plus tard,

ce fut l’un des sujets de prédilection de l’érudit dont je traduisis toute l’oeuvre écrite.

Il est vrai que, déjà à cette époque, j’étouffais dans le carcan judéo-chrétien et le mystique Sri Aurobindo constituait l’une de mes lectures favorites.

un autre clin d’oeil de la Destinée puisqu’en 2000, nous partions installer une banque de semences, Annadana, au coeur d’Auroville créé par Mira Alfassa,

la compagne de chemin spirituel d’Aurobindo.

A 19 ans, je partis faire une FPA de menuiserie à Laval dans la Mayenne. Mes tendances dissidentes purent alors s’exprimer, dans un milieu très anarcho-libertaire.

anarchiste, du grec “an/archos”, sans autorité

libertaire, du latin “liber”, être libre

C’était la belle époque des slogans anti-militaristes dont nous couvrions les murs de la caserne locale – pourchassés par les forces du désordre. Je créai à Laval le premier CSOC, un comité de soutien aux objecteurs de conscience. Je fus réformé aux trois journées militaires, à Blois, en invoquant la fragilité de mon psychisme eu égard au fait de porter le fusil au service des Autorités. Je fus, ensuite, licencié par Mr Gruau, en personne, dans l’usine de caravanes duquel je travaillais alors, lorsque je refusai sa punition d’aller travailler avec les Arabes (sic) à la peinture toxique de ses camionnettes – une punition par rapport à mes activités anti-militaristes avérées. La Police Judiciaire de Rennes avait, en effet, fait casser ma réforme militaire et je dus solliciter alors le statut d’objecteur de conscience. A cette époque, j’étais très impliqué dans les cours d’alphabétisation des travailleurs immigrés – entassés dans leurs bidonvilles de métal aux murs couverts de femmes nues. Mes tendances artistiques pouvaient s’épanouir dans les MJC locales dans lesquelles j’exprimais ma révolte juvénile en chantant, à la guitare, les chansons très engagées de François Béranger, de Jean-Marie Viviers, de Gilles Servat,…

« vous n’aurez pas ma fleur, celle qui me pousse à l’intérieur

et je vous emmerde… »

c’est une citation car j’ai éliminé de mon vocabulaire tous les termes diffamants

à connotation sexuelle, animale ou scatologique

Le statut d’objecteur de conscience me fut accordé et je fus invité, suite au Décret de Brégancon mis en place, en 1972, par le Président Pompidou,

celui là-même qui confia la souveraineté financière du peuple Français

à la Mafia Bancaire Internationale,

une trahison dont l’effet collatéral s’appelle la Dette Publique

à aller travailler gratuitement à l’ONF, l’Office National des Forêts, pendant deux longues années.

Malgré mon grand amour de la Nature,

ou sans doute à cause de cet amour, vu rétrospectivement

je refusai strictement d’aller travailler dans les forêts – surtout gratuitement – pour l’Etat, l’ennemi viscéral des anarchistes dignes de ce nom. Vers 1975, je fus convié au Tribunal de Grenoble pour y être jugé pour insoumission.

l’insoumission, quel terme magnifique!

Je fus le premier objecteur de conscience, insoumis à l’ONF, à être jugé, en France, si mes souvenirs sont bons. Ce fut un moment inoubliable lorsque le Président du Tribunal de Grenoble demanda à deux policiers paniqués de faire évacuer la salle emplie de hordes d’anarchistes venus me soutenir de toute la région. Le président désemparé repoussa le jugement à plus tard, aux calendes en fait, et lorsque le Président Mitterand entra en fonctions, il amnistia tous les déserteurs et objecteurs insoumis. Merci Tonton.

Je travaillais à l’époque au centre de vacances de l’OCCAJ à Autrans, dans le Vercors, où j’étais animateur durant l’été et moniteur de ski de fond durant l’hiver pendant plusieurs années – des années aussi de Bohème aux nuits blanches enivrées de haschich et de parties de Jeu de Go, le jeu traditionnel des Tibétains et Chinois, aux pierres noires et blanches, symboles du Tao de tous les arts,

dont l’élégance est telle que les joueurs sont toujours à égalité

de par l’attribution de pierres de compensation

à contrario du Jeu d’Echecs dont le nom même évoque

la tendance génocidaire exacerbée du monde Occidental

du latin “occidere”, tuer, faire tomber.

D’ailleurs, on parle toujours de l’échiquier politique, jamais du Goban politique.

les mots ont des saveurs….

En 1977, j’eus très peur et je courus très vite – dans les champs de maïs – lors de la dernière Manifestation anti-nucléaire organisée contre le surgénérateur de Malville: nous étions au second rang, un peu poltrons quand même, derrière les milices activistes franco-allemandes casquées, bottées et munies de gourdins… lorsque la police armée tira des grenades offensives – tuant et mutilant.

le surgénérateur de Malville: l’un des plus grand scandales financiers de la Ripoublique

au service des Malfrats de l’Industrie Energétique

qui aurait pu rayer de la carte Grenoble, Lyon et Genève

si son circuit de refroidissement au sodium liquide était parti en vrilles

une technologie qui avait déjà été abandonnée par les USA, moins suicidaires

mon père travailla toute sa vie à l’EDF, la Fée de l’Energie…

je fus anti-nucléaire dès l’âge de 15 ans

manifestations anti-nucléaires en Bretagne…

à l’époque, il ne fallait pas être sorti des grandes écoles

pout l’être, anti-nucléaire

le syndicat CFDT de l’EDF avait déjà publié, en 1973,

un ouvrage prouvant que toute la filière nucléaire

– de l’extraction de l’uranium au Niger jusqu’à la non-gestion des déchets radioactifs –

était une gabegie financière et produisait moins d’énergie qu’elle en consommait.

Un autre clin d’oeil de la Destinée car, en mars 2011,

je transformai le Blog de kokopelli en blog-vérité

sur l’événement d’extinction planétaire que constitue le désastre de Fukushima

un désastre occulté par le complexe militaro-nucléaro-industriel

qui, par le biais d’EDF et d’Areva, a cancérisé le peuple Français

et continue de le faire

pour le plus grand bénéfice de la Pharmacocratie

Je commençai, à cette époque, ma carrière de globe-trotter, en 1978, avec un premier voyage en Inde/Népal, suivi ensuite de plusieurs. Treks dans les Annapurnas, Bénarès, maisons flottantes de Srinagar, haschich dans les shiloms – Bom Shambho!

Je vécus un peu à Dharamsala et je commençai à y apprendre le Tibétain.

les deux régions qui me fascinent le plus au monde

sont le Tibet et le sud-ouest désertique des USA

le berceau des Hopis, des Navajos, des Anasazi…

Je fus l’un des premiers Occidentaux à voyager dans les montagnes du Ladakh alors récemment ouvert: il n’y avait rien à manger dans ces montagnes pour les trekkers car les Tibétains n’acceptaient pas d’argent (mais des stylos, oui, en échange de yoghourt ou de tsampa). Ce fut ma première découverte d’une botanique époustouflante et je me rappelle encore des petits enfants vêtus de guenilles qui suçaient des tiges d’Angélique.

Mes tendances avérées de contrebandier

émergèrent alors: je transitai de l’huile de haschich

dans des contenants divers et variés que je fabriquais en France – par exemple les boules en bois, creuses, pour les lampes en macramé de Bénarès!!

convaincu que j’étais, déjà, que ce n’est pas la prérogative des Autorités

de nous dicter ce que l’on doit consommer, ingérer ou fumer.

un clin d’oeil de la Destinée car, aujourd’hui,

je suis parti en guerre contre la Mafia Pharmacocratique

qui a l’outrecuidance d’affirmer qu’elle-seule sait produire de l’huile de haschich

de qualité médicinale et pharmaceutique!!!!

la bonne blague que voilà!

le biopiratage des ressources génétiques

et des connaissances traditionnelles afférentes

par un gang de voyous sous haute protection d’Etat

En 1980, je partis pour les USA enseigner le ski de fond durant l’hiver. J’y restai durant sept années. Je passai le diplôme de moniteur de ski PSIA; travaillai comme jardinier durant l’été; comme cueilleur de champignons sauvages pour les restaurants bourgeois de Boulder dans le Colorado; comme ramasseur de pommes, de poires et de cerises, en Oregon et en Washington, avec les Mexicains travaillant en famille et dopés aux amphétamines; comme homme de ménage dans les saunas des bourgeois; comme serveur dans les restaurants de la Malbouffe – que Gaïa me pardonne!  Etc, etc… Une époque de voyages incessants au travers de cet immense pays. Nous vivions dans des camions aménagés. J’ai même vécu dans la neige dans un Tipi sur les flancs du Mont Shasta.

Je ne me suis fait prendre qu’une seule fois, pour vente illégale d’huile de haschich, et j’ai échappé à l’incarcération, quelque part dans le Wyoming, parce que le Procureur avait un faible pour les Frenchies – ou les French Fries. Une époque d’études intenses de l’astrologie humaniste de Dane Rudhyar et des enseignements de l’anti-guru Krishnamurti. L’époque, aussi, des Rainbow Gathering: des dizaines de milliers de jeunes tout nus dans la Nature: il ne fallait pas se tromper de soupe collective car certaines n’étaient pas agrémentées de LSD!! Et que Gaïa me pardonne encore: je suis allé à Disney Land en Californie – sous LSD.

Lucy in the Sky with Diamonds

Je fus marié aux USA et j’eus une première fille accouchée à la maison, par des sages-femmes.

tous nos enfants naquirent à la maison

et c’est moi-même qui accouchai l’une de nos filles, dans l’Allier,

lorsque la sage-femme arriva d’Ardèche… avec deux heures de retard,

notre amie Jacqueline qui devint présidente des sages-femmes libérales

En 1986, je retournai en France pour introduire les nouveaux Elixirs Floraux de Gurudas du Colorado et de la Flower Essence Society de Californie. Je traduisis deux ouvrages sur les Fleurs de Bach et les Elixirs Floraux de Gurudas (au Souffle d’Or d’Yves Michel) avant de traduire un autre ouvrage, sur la nutrition arc-en-ciel de Gabriel Cousens (aux Editions Soleil). Nous lançâmes, en 1987, le Laboratoire Elixirs Floraux DEVA avec Sofy, ma compagne, et Philippe Deroide, un compagnon skieur et baroudeur de nos années folles Autranaises. Je nommai ce laboratoire “DEVA” en hommage à ces entités inter-dimensionnelles qui président aux destinées de certains  organismes vivants.

En 1993, nous décidâmes de fermer notre petit laboratoire d’Elixirs Floraux DEVA, (et de revendre nos parts à Philippe, notre associé, qui avait installé le sien à Autrans) que nous avions déménagé de l’Ardèche à l’Allier, lorsque nous avons installé notre famille pour l’école Waldorf de St Menoux, à 10 km de Moulin. Avec Sofy, nous avons éduqué 5 enfants en faisant de notre mieux pour les protéger des sévices de l’Educastration Nationale, des obligations vaccinales criminelles et des gavages aux antibiotiques et autres sordidités.

En fait, à 25 ans, il s’en fallut de peu que je ne me fasse vasectomiser

Je pensais à l’époque que la planète était déjà bien surchargée…

Nonobstant, en mûrissant, je pris conscience que

si on laissait les psychopathes engendrer des enfants psychopathes

et si on laissait les mous des viscères engendrer des enfants mous des viscères

Gaïa, notre mère, en serait peut-être attristée

et je me laissai alors apprivoiser par la paternité

au plaisir des Tribus du Futur

Nous avions lancé, avec Sofy et un ami, Jocelyn Moulin, en novembre 1992, le Jardin Botanique de la Mhotte, sous l’égide de l’Association La Rose et la Passiflore, sur une ferme de 55 hectares qu’un collectif d’entités du monde économique et social (Laboratoire Weleda, Laboratoire Deva…) avait acquis pour libérer des terres de l’emprise de l’agrochimie. Ce fut une épopée mémorable que cette émergence de l’ancêtre primordial de Kokopelli. Nous avions 20 hectares de production de semences, en extensif, avec une quarantaine de personnes – en contrats aidés par le département: des sans-abris, des handicapés mentaux et physiques, des repris de justice (quel terme!!), etc, etc… J’ai échappé, de grande justesse, au cassage de gueule mais je n’ai pas échappé au tracteur dans le bassin, aux basilics et aux quinoas désherbés au lieu des adventices, aux pompes volées dès achetées, aux fusils dans les coffres de voiture, aux courges mélangées en septembre dans une benne de tracteur alors que certains fruits avaient été pollinisés manuellement…

Les Autorités du Département de l’Allier acceptaient, très volontiers, de nous confier leurs cas sociaux les plus sensibles tout en refusant de nous aider financièrement, pour les encadrer. De par nos relations proches avec l’école Waldorf de la Mhotte, nous n’étions pas fréquentables. Les bruits couraient, dans les couloirs de l’ANPE, que les parents de l’école sacrifiaient des poulets à minuit. Oui, nous sommes bien au coeur de l’Allier en 1994 et, qui plus est, au coeur du communisme paysan, ce qui n’arrange rien. Je me rappelle avoir été questionné par le directeur du Comité d’Expansion Economique de l’Allier qui me demandait si l’école Steiner utilisait une monnaie interne et si les familles vivaient en communauté… Sans commentaires.

Je ne suis pas anthroposophe mais il est vrai que j’ai étudié l’anthroposophie

pendant un certain nombre d’années

Le Rudolf Steiner que j’aime le plus

c’est le jeune anarchiste qui a republié

tous les travaux scientifiques du génie littéraire et scientifique que fut Goethe

– Goethe, un grand Païen devant l’Eternelle et viscéralement antichrétien –

Le Rudolf Steiner que j’aime le plus, c’est l’anarchiste

qui a écrit son ouvrage primordial – et primordial selon lui-même aussi d’ailleurs

La Philosophie de la Liberté

Rudolf Steiner a glissé sur une peau de banane métaphysique vers 1902

et s’est laissé envoûter par le syndrome du Golgotha

malgré cet envoûtement, ses dernières années de vie

après l’incendie criminel du premier Goethanum en bois

ont été inspirées par les Muses

et il nous a livré des cycles de conférence sublimes

sur les abeilles, sur l’agriculture biodynamique,

et sur les relations entre les Animaux et les Esprits des Eléments

Que Gaïa l’accompagne sur son chemin de désenvoûtement…

L’école avait à l’époque 250 enfants et je me rappelle encore d’une descente des forces du désordre venus confisquer tous les certificats de contre-indication vaccinale au secrétariat de l’école. 

l’empoisonnement systématique, légal et obligatoire de notre jeunesse

par les vaccins pourris de la Mafia Pharmaceutique

Le Jardin Botanique de la Mhotte déposa le bilan en 1994. En tant que Président de l’Association, et caution de tous les prêts bancaires, nous perdîmes notre maison – une ancienne ferme délabrée avec 3 hectares que Sofy avait magnifiquement et complètement aménagée. Les banques se jetèrent sur nous – sauf la BFCC (Crédit Coop) qui eut l’élégance et la compassion de passer l’éponge – en hommage à notre oeuvre d’utilité publique: protection de la biodiversité cultivée et réinsertion sociale des laissés pour compte de cette société de marchandisation.

sous tous aspects, y compris marchandisation de l’humain

et non seulement de sa force de travail

mais des corps entiers, foetus, organes,

chutt… vous avez dit traffic d’organes??

Nous avons rebondi en lançant la Sarl Terre de Semences (avec l’argent que nous avions récupéré de la vente de nos part du Laboratoire Deva). Terre de Semences s’est développée et nous avons déménagé dans le Gard pour nous rapprocher de Pierre Rabhi, de Maurice Chaudière et d’un certain nombre de dynamiques sociales dans les Cévennes.

Pierre est devenu vice-président de Kokopelli

et Maurice reste notre inspirateur Païen, un génie de l’apiculture solaire

de la gestion des ressources naturelles, de la parole, de l’écriture

de la mise en exergue de ce fossé que l’on ne peut pas combler

entre la Nature et la Culture 

On peut le combler, en fait,

avec les neurognostiques sérotoninergiques de la Biosphère

interdits par les Autorités et dont les peuples, pour leur grande majorité,

n’en connaissent pas même l’existence.

Terre de Semences s’est encore développée et nous étions dans les jardineries Delbard, Botanic… C’est alors que la Mafia semencière et le GNIS, en 1998, nous ont conviés à mettre en application leur pseudo catalogue de variétés amateurs. J’ai annoncé, lors d’une réunion à Paris, au Muséum d’Histoire Naturelle, que je prenais le maquis. Nous avons fermé Terre de Semences en pleine prospérité et nous avons créé l’Association Kokopelli pour tenter de contourner la loi française. Nous la contournons toujours d’ailleurs, aujourd’hui, et c’est notre grand plaisir libertaire! Pour la Protection de la Semence et de l’Humus. 

En octobre 2000, nous avons déménagé notre famille à Auroville pour y installer une banque de semences communautaire et des jardins de production de semences. Ce fut la création d’Annadana qui a fonctionné merveilleusement pendant 12 années sous la guidance exceptionnelle de Stéphane Fayon. Nous avions envoyé, par bateau, un container de 20 mètres cubes avec des semences, des serres, tout le matériel de jardinage, etc…

Ce fut mon plus bel exploit de contrebandier:

l’introduction de 250 kilos de semences potagères, en octobre 2000,

par container/bateau dans le port de Chennai dans le Tamil Nadu en Inde

le fruit de la compréhension de l’officier en charge du port

de notre mission semencière

au plaisir de notre mère l’Inde

et au plaisir de la Terre-Mère.

le fruit de notre compréhension, également,

car il avait besoin d’une nouvelle moto

ce que l’on appelle des frais de consultancy,

chez les fonctionnaires, hauts et bas, sous payés des pays en voie d’Occidentalisation.

Mes inclinations naturelles de contrebandier se confirmèrent

et s’exprimèrent, subséquemment, avec Kokopelli, dans toute leur plénitude.

J’ai, depuis plus de 15 années, passé des semences potagères illégales

dans un très grand nombre de pays de cette planète…

Et cela me réjouit au plus profond de mon être.

Oui, il est interdit de faire transiter des semences au travers des frontières:

les multinationales de la semence ont fait imposer ces lois par les Etats Voyous

pour la protection de la biodiversité locale!!!

Notre passage à Auroville ne fut pas des plus aisés. Du côté des autochtones, nous avons été attaqués par des ONGs nationalistes (ce que l’on appelle des ONGs fascisantes dans le langage conventionnel et suranné de la politique débile) qui nous accusaient de ruiner la biodiversité locale en amenant en Inde des variétés exotiques! Nous fûmes soutenus par Vandana Shiva et le directeur d’alors du NPBGR de New Delhi qui, ayant passé son doctorat à Versailles, parlait très bien le français et qui me demanda de lui envoyer la totalité de la collection de Kokopelli, au plaisir de l’Inde.

et au grand déplaisir des ONGs nationalistes du sud de l’Inde

Sur le plan social, à Auroville, cela frisait la catastrophe en permanence. Nous vivions dans une communauté, appelée Révélation, dont le responsable était un psychopathe avéré, qui rachetait des terrains pour Auroville avec l’argent du cannabis cultivé dans les Cévennes. Quant aux instances suprêmes Auroviliennes, elles ne nous ont jamais apporté le moindre soutien alors que nous leur avions amené un projet en or sur un plateau – servi tout chaud. Selon leur métaphysique ampoulée (et un niveau intellectuel qui n’aurait jamais permis à certains de lire Aurobindo dans le texte), il fallait que nous en passions par là, une histoire de karma. J’affirme que j’ai passé des nuits blanches, à marcher sous les arbres et à ausculter l’atmosphère qui était, pour le moins, très collante. Voyez-vous ce que je veux dire?

Je ne l’ai jamais écrit mais aujourd’hui,

je m’exprime dans la transparence la plus totale

ceux qui ne sont pas d’accord peuvent toujours tenter de prouver le contraire

En 2001, nous avons déménagé Annadana sur un autre emplacement, beaucoup plus paisible, au Jardin Botanique d’Auroville, et, jusqu’en 2012, Stéphane a produit une pléthore de semences distribuées gratuitement en Inde, au Népal, au Sri Lanka… et même en Afrique et en Amériques Latines, car il nous apportait parfois des surplus de semences de tomates et d’aubergines.

En 2002, nous sommes revenus en France, quelque peu déçus – c’est un euphémisme –  par l’ambiance néocolonaliste qui sévit dans une grande partie d’Auroville. Ce qui n’enlève rien à l’admiration que nous avons pour certains projets Auroviliens, tel celui de Bernard et de Deepika, des passionnés du jardinage sec et de la protection de la biodiversité.

En 2004, nous avons déménagé, avec nos deux plus jeunes filles, sur la côte ouest des USA, plus particulièrement au nord de la Californie, au pied du Mount Shasta, et ensuite au sud de l’Oregon, à quelques kms de la frontière entre ces deux états. Nous vivons, depuis 11 ans, à l’orée des forêts, souvent des forêts impénétrables, peuplées d’ours, de pumas, de chouettes, d’aigles, de vautours, de cerfs, de crotales et de loups sur le retour – pour ne parler que des animaux de pouvoir. L’Etat de l’Oregon accueille, à lui-seul, environ 5000 pumas et autant d’ours bruns.

Lorsque je dis nous vivons, je parle de notre cellule familiale

je fais la navette depuis 2004, entre la France, les USA,

le Costa Rica, l’Inde, le Pérou, le Sénégal, la Bolivie, l’Equateur, le Paraguay, etc.

En 2007, conjointement à ma mission Kokopellienne, je me suis plongé, corps et âme, et en toute sensualité, dans la traduction de l’intégralité de l’oeuvre écrite de John Lash. La traduction de cette oeuvre m’a demandé sept années de travail: ce sont l’équivalent d’une quinzaine d’ouvrages qui sont présentés – en toute convivialité – 

ce qui veut dire gratuitement, sur mon site Liberterre.fr

je le dis haut et très fort,

je n’ai pas de leçons d’anarchisme et de communautés de partage

à recevoir de petits miteux, vraisemblablement des mâles, 

dont la seule expertise semble être de taper sur un clavier, à tout hasard,

pour tenter d’en tirer quelques bordées diffamatoires

qui font de la visibilité chez Google

et dont se repaissent des êtres humains en mal de sensations

tant leur univers intérieur est morne et mort

rivés qu’ils sont à leur Facebook pathétique

vide de contenu et au contenant stéréotypé par la robotique FaCIAbook,

le Face Book Individuel (FBI)

l’organe de prédilection des Autorités

qui n’ont qu’à cueillir, analyser, trier et stocker,

comme un fruit mûr

les logorrhées verbales de la non-communication.

En 2012, nous avons lancé l’organisation d’un festival Kokopelli-Pachamama, près de Cuzco, pour le mois d’aout. Je vécus durant 7 mois au Pérou – avec Sofy, Ananda et Charlotte sur une moindre période. Ce fut un moment magnifique rassemblant 500 personnes pendant une semaine entière, de tous les coins des Amériques Latines, pour échanger sur les semences et des prospectives futures de réseaux de gardiens de semences. Durant ce festival, Vandana Shiva eut la gentillesse de venir passer quelques jours avec nous.

Fin 2012, nous avons décidé de déménager Kokopelli des locaux sordides de la zone commerciale d’Ales, où nous étions enterrés depuis 1998 – nous n’avions jamais pu trouver à nous installer ailleurs au pied des Cévennes, vu le prix de l’immobilier et la prépondérance des vignobles de la mort pesticidée. Durant le mois d’aout 2013, nous avons déménagé Kokopelli vers l’Ariège où nous sommes maintenant, un département magnifique et totalement dépeuplé. Et nous y sommes bien heureux.

Depuis la perte de notre maison en 1997, dans l’Allier, nous avons vécu la Bohème.

aujourd’hui, passée la soixantaine,

nous avons commencé à prendre racine dans le terroir Ariégeois

et nous avons y acquis deux roulottes en bois magnifiques

confectionnées par un artiste local

pour nous y accueillir lors de nos passages en France

passages pour moi de plus en plus nombreux et longs

afin d’aider la jeune équipe à propulser Kokopelli

sur des niveaux toujours plus fertiles de prospérité

Avec cet épisode des roulottes, je tiens à souligner que non, nous ne possédons pas de maisons secondaires en Ardèche (et encore moins de piscines en Californie) ainsi que le prétend le diffamant Wekstein dans des torchons sordides que Google présente en première page de recherche sur mon nom ou en première page de recherche sur Kokopelli. J’ajouterai, de plus, que nous ne possédons pas, non plus, de maison principale. Ni en France, ni aux USA, ni ailleurs. Le seul bien immobilier que nous possédions en Oregon est plutôt mal en point et c’est un vieux camping-car de 15 ans d’âge! Depuis la perte de notre maison en 1997, nous avons toujours été locataires et nous contribuons à l’engraissement de propriétaires terriens.

Le diffamant Wekstein a fait tourner en boucle des torchons sordides sur ma tête depuis le début 2007 – à savoir pendant 9 ans.

Gil Rivière-Wekstein, un jour étoilé,

lorsque les Muses m’en conféreront l’expression et l’impulsion

je vais m’occuper de votre cas

afin de vous pourrir la vie

comme vous avez tenté de pourrir la mienne

Mon intention, nonobstant, sera impersonnelle

au plaisir de l’éthique, au plaisir de la survie des Tribus du Futur

et, peut-être même, au plaisir du Code d’Honneur

des Celtiques Païens, nos ancêtres honorables et authentiques

Gil Rivière-Wekstein, le code d’honneur

est-ce un concept qui puisse encore résonner dans votre psychisme meurtri?

La chasse aux prédateurs psychopathes, déments et criminels est ouverte.

Lorsque nous avons installé des jardins Kokopelli dans le Parc du Verdon, durant l’été 2007, Wekstein avait envoyé sa lettre vomissante de 4 pages sur ma tête dans toutes les mairies agricoles de France. Du harcèlement. Ce chantre de la cancérisation de la France par l’agriculture biocidaire est un expert du harcèlement diffamatoire eu égard à tout être humain (Fabrice Nicolino, Gilles-Eric Séralini, Isabelle Sapota, etc) qui pourrait remettre en cause l’hégémonie de ses Maîtres de la Chimie et des Biotechnologies.

Cette crapule m’envoie même des mails personnels!!!

pour me poser des questions de journaliste sur l’anti-sémitisme de mon guru…

je n’ai pas de gurus, je n’aime pas les gurus

qui pullulent à notre époque d’angoisses métaphysiques et de vide de sens

comme le chantait un vieux copain chansonnier et sautilleur

« derrière chez moi, il y a un camp d’gurus… »

les camp d’gurus sont des camps de concentration spirituelle

Wekstein d’Agriculture-Environnement, et ses serviteurs zélés et bêlants d’Alerte-Environnement, au service de la même mafia agrochimique,

notons l’astuce suprême du recours au terme “environnement”

afin de drainer des citoyens dont les préoccupations sont sincères

prétendent que je n’aurai pas traduit les textes anti-juifs de John Lash, afin de protéger un business familial…

quel business familial? Le seul business que nous possédions

est la Voix des Semences

qui publie mon ouvrage “Semences de Kokopelli”

– qui en est à sa 14 ème édition – à savoir 70 000 ouvrages publiés et en circulation

et 5 ouvrages de John Lash que je ne vends jamais

puisque leur contenu est présenté gratuitement sur mon site Liberterre.fr

En bref, je serais un antisémite n’ayant pas le courage de ses opinions. Je répète, tout d’abord, que j’ai traduit l’intégralité de l’oeuvre écrite de John Lash. Secondement, puis-je permettre de disserter, quelque peu, sur les termes “Sémite” et “Sémitisme” ? Ou, encore bien mieux, pourquoi ne pas consulter tout simplement Wikipedia, l’organisme privilégié de la désinformation au service des Autorités? Leur définition de “Sémite” est on ne peut plus claire – dans ce cas, du moins. Wikipedia ne peut décemment pas tout trafiquer.

« Pour les linguistes, les Sémites sont les locuteurs des langues sémitiques, que l’on trouve principalement au Moyen-Orient, dans la Corne de l’Afrique (Érythrée, Éthiopie…) et en Afrique du Nord. Cette catégorie linguistique ne permet pas d’établir des liens anthropologiques entre les différents ensembles de locuteurs, qui fluctuent dans le temps par des mécanismes d’acculturation et de circulation. » Il semblerait, dans ce cas présent, que Wikipédia n’ait pas osé déformer trop visiblement la vérité du concept de sémitisme – du moins le concept qu’en ont des scientifiques et linguistes sincères, non soudoyés, non corrompus.

Selon Wikipedia, les langues sémitiques, éteintes et actuelles, seraient au nombre de 18, incluant: l’Arabe, l’Hébreu, l’Araméen, l’Amharique (en Ethiopie), le Maltais (à Malte), le Mandéen (en Irak et en Iran), le Syriaque (au Proche-Orient), etc, etc.

Il ne me semble pas, dans mes écrits, avoir injurié l’un ou l’autre de ces peuples locuteurs de langues sémitiques. Les crapules diffamantes sus-citées, ou leurs Maîtres, tentent d’inculquer, dans le psychisme collectif, une notion de sémitisme qui ne correspond, en rien, à la réalité des faits historiques.

Et s’ils ne faisaient que tenter: l’Educastration Nationale

est un fourbi d’histoires mensongères réécrites par les vainqueurs

et les vainqueurs ne sont jamais les Tribus, les Peuples ou les Nations

les vainqueurs sont toujours les marchands de la mort,

les marchands de la guerre, les marchands d’armements

ceux-là même qui contrôlent tous les manuels scolaires (Matra…)

– quel hasard bizarre… et qui vont en réécrire pour éliminer

le racisme de leur contenu, une farce immonde…. –

la guerre est le moteur de leur prospérité et de leur contrôle sur les Peuples

Je serais donc, aussi, selon ces mêmes dégénérés menteurs, un “anti-sémite” doublé d’un “anti-juif”. Vraiment? Ce n’est pas de chance pour cette crapule de Rivière-Wekstein mais mon meilleur ami en Oregon (un génie de la biologie moléculaire devenu hippie et agronome dissident) est de famille Juive New-Yorkaise – et son nom même ne pourrait en cacher les origines. En fait, sincèrement, mes plus proches amis, dans le monde de la semence alternative et bio, aux USA, sont de descendance juive. Ce n’est sûrement qu’une coïncidence…

ou bien alors, mon psychisme aurait-il été câblé par la Mère?

afin que je sois plus réceptif et en harmonie

avec ce qui existe d’extrêmement génial et d’innovateur et de vivant

chez le Peuple Juif!

on s’amuse véritablement comme des petits fous…

eu égard à la relation Xochipelli-Peuple Juif, je suis en Paix

comme le dit si justement l’un de mes humoristes préférés

– qui, en fait, se comptent sur les doigts d’un seul pouce

tellement les autres sont mortellement ennuyeux et sans génie…

ou à la solde des Autorités –

et je n’irai pas prétendre, pour autant, que les Juifs constituent l’avant-garde de la France… ou de l’Humanité – comme l’autre excité de service – ou l’avant-garde des gardiens de semences dans le monde! De plus, par souci de confidentialité, je ne puis exprimer la vision de mes amis chers quant à ce que l’on appelle communément le Sionisme – et quant à leur propension potentielle à être anti-sionistes. J’ai, d’ailleurs, une amie Juive, de nationalité américano-israélienne, dont la passion et la mission sont de protéger la biodiversité des blés anciens: elle oeuvre, dans la Paix, en rassemblant des paysans Israéliens, Palestiniens et Jordaniens, à promouvoir la diversité et la culture des blés anciens

cultivés par les paysans depuis des millénaires et des millénaires

avant que l’agrochimie ne les transforme

en machines à gluten indigeste et empoisonneur

au bénéfice de l’Industrie concentrationnaire de la boulangerie

Notre vice-président, Pierre Rabhi, m’a confié, dernièrement, que son grand ami défunt, Yehudi Menuhin, était radicalement anti-sioniste. Et si j’en juge ce que rapporte la Toile, il en est de même du fils de Yehudi et du père de Yehudi, le Rabbin Moshe Menuhin. Ils sont anti-sionistes de père en fils! Moshe Menuhin (décédé en 1983, il n’a pas vu le pire, paix à son âme) affirmait que les Juifs en Amérique devraient être américains et non pas sionistes.

« Les barbares tribaux comme Ben Gourion, Moshe Dayan, et tout le gang militaire qui a dévoyé Israël, ont fait de l’Agence juive et des organisations sionistes, dans le Monde entier, des organes du gouvernement d’Israël avec la même idéologie raciale que les antisémites. J’ai le coeur brisé par les preuves de la décadence continue du judaïsme actuel. Le judaïsme universel moral et humain de nos Prophètes s’est mué en nationalisme prétendu juif, avide de « lebensraum », d’espace vital. Je voudrais dire aux Israéliens qu’ils reviennent vers le Dieu de nos pères, au judaïsme prophétique, qu’ils répudient le régime du napalm, qu’ils retournent aux frontières qui leur ont été données en 1947 par les Nations Unies aux dépens d’Arabes indigents, et qu’ils vivent d’une vie constructive, et non destructive. »

Si je comprends bien le Rabbin Moshe Menuhin, dans le texte, c’est bien de cela qu’il s’agit: d’un vol de terres à des Arabes indigents… organisé par l’ONU, en 1947. L’ONU est une machine de guerre, au service des psychopathes déments, pour laminer tous les Peuples de la planète. Y compris le Peuple Juif.

Ils sont légions, et ils se font entendre, très fortement, tout récemment… les Juifs anti-sionistes.

Un des plus gros cauchemars des Autorités: les Juifs anti-sionistes.

Cela leur casse la baraque, véritablement.

les Juifs anti-sionistes se rebellent contre les exactions de l’Etat d’Israël…

et c’est exactement que ce dit John Lash depuis un grand nombre d’années:

que les Juifs anti-sionistes vont s’indigner et se rebeller

à l’encontre de l’opprobre qui est jetée, en permanence, sur l’intégralité de ce Peuple

d’ailleurs qui parle jamais des objecteurs de conscience Israéliens ??

qui croupissent dans les prisons de l’Etat d’Israel??

J’affirme à tous les cerveaux délabrés à la solde des Autorités

– délabrés par leurs mensonges diffamatoires et leur haine du Vivant –

du Gang de Gil Rivière-Wekstein

que les textes que j’ai traduits de John Lash

mettent très bien en exergue que des trois monothéismes ou prétendus tels

c’est le Judaïsme qui a fait la preuve de la plus grande tolérance

de la plus grande capacité à vivre en paix

pendant plus de 2000 ans

avec ses voisins tribaux ou adeptes d’autres religions

Eu égard à leurs accusations diffamatoires, je suis en Paix

Au fait, qu’entends-je par ce terme peu élogieux d’Autorités?

Les Autorités sont soit auto-proclamées, soit issues d’un Système Mafieux appelé “Démocratie” dont elles ont, elles-mêmes, créé les règles frauduleuses

afin que l’unique fondement essentiel et primordial – permettant que le système fonctionne harmonieusement et “démocratiquement”!! – en soit, pour la plupart du temps, intégralement absent:

à savoir, LA TRANSPARENCE.

Afin que les Peuples y perdent à tous les coups/élections, ad vitam eternam.

Ce qui est archi-transparent, par contre,

c’est que ces hommes et ces “femmes” politiques

qui prétendent contrôler les destinées des Peuples

sont perpétuellement sur un siège éjectable

et ne sont que des serpillères

sur lesquelles leurs Maîtres de la Finance Mafieuse Internationale s’essuient les pieds

et des pieds ensanglantés par des guerres innombrables

des guerres génocidaires, des guerres de religion,

des guerres libératrices…

A ce point de mon exposé biographique, je précise que je n’y reviendrai pas car je préfère me mettre à l’écoutes des flux qui émanent du Futur. Tout en sachant que ces concepts de temps linéaire sont vraisemblablement le fruit de cerveaux perturbés. Les Aborigènes d’Australie semblent avoir perçu la Nature authentique du Temps Vivant: le Temps de Rêve, à savoir l’Eternel Présent. Mais les Aborigènes d’Australie, comme tous les Peuples Premiers et Indigènes, ont été décimés, massacrés par les monothéistes. Au nom du Dieu d’Amour. Le Temps de Rêve est une menace perpétuelle pour les obsédés du temps linéaire et de la pensée linéaire, ainsi que les obsédés de la Rédemption – dont le dernier avatar est le Sauvetage du Climat. 

à la décharge du monothéisme Judaïste, j’ajouterai que lui, au moins,

n’est pas coupable de la destruction universelle et apostolique

des Peuples Indigènes de toute la planète…

Il existe même des textes sublimes de poésie dans la “Sagesse de Salomon”

tel l’Hymne à Sagesse, à Sophia, donc l’Hymne à Gaïa-Sophia

dans lequel Salomon affirme être enseigné par Sophia

« Sophia, qui créa toute chose, m’enseigna

Car il existe en Elle une puissance qui est intelligente et sacrée

Unique, diverse et sublime,

Mobile, claire et indéfinie,

Distincte, compassionnée, bienveillante et pertinente

Libre, bénéfique et généreuse,

Ferme, assurée, autonome

Influant tout et observant tout

Et pénétrant tous les êtres

Qui sont intelligents, purs et aussi subtiles qu’Elle,

Car Sophia est plus mobile que tout mouvement

Et Elle imprègne et pénètre toute chose

Car Elle est l’exhalation incarnée de la puissance divine. »

“L’Hymne à Sophia”, du livre non Biblique, La Sagesse de Salomon (7:22-25)

a été expurgé par les Théocrates Judaïstes vers 650 avant notre Ere,

pour cause d’exaltation du Féminin Sacré, de la Nature, de la Femme…

un crime capital chez les “théocrates patriarcaux”

un pléonasme puisqu’il n’a jamais existé de théocrates femelles!!!

En conclusion. J’ai abandonné la vie publique en 2004. Ma seule intervention publique fut dans le film de Coline Serreau: Solutions locales pour un Désordre Global. Et j’y fus tellement gentil que cela me donne des frissons, rétrospectivement. J’ai arrêté toute conférence depuis 2004. Mon franc parler, mon impatience et ma rage sans cesse croissantes, eu égard aux exactions globalistes des psychopathes déments et criminels, m’auraient sans doute amené quelques difficultés de par la Terreur d’Etat propagée par des excités menteurs, querelleurs, militaristes et bellicistes, de tous bord politiques.

la mémoire humaine semble être percluse de failles insurmontables

je rappelle que la guerre “libératrice” de la Libye

s’est soldée par l’assassinat de 150 000 civils Libyens

sous les bombes libératrices à l’uranium appauvri made in France

les mêmes bombes utilisées au Kosovo, en Irak, en Afghanistan… dont en naissent des enfants difformes avec trois jambes, deux têtes, etc…les photos sont disponibles sur la Toile pour tous les coeurs bien accrochés… –

et s’est soldée par un pays en ruines

avec 4 millions de personnes dans un état délabré.

Cette guerre libératrice menée par les caniches Européens des USA

les French Poodles

a été cautionnée, avalisée et promue

par tous les partis politiques, y compris Europe-Ecologie menée par Cécile Duflot

Je fus même traité de soutien aux dictateurs sur le FB d’Alain Liepietz!

– un porte-parole du Sionisme Vert? –

lorsque, l’un des premiers, j’ai dénoncé cette guerre libératrice

dans un communiqué au printemps 2011

intitulé “la Coalition des Clowns Psychopathes”

« Alors que la Coalition des Clowns Psychopathes lance une nouvelle guerre humanitaire “pétrole contre dommages collatéraux civils” (et quelle coïncidence: le jour anniversaire du lancement de la seconde guerre d’Irak par le Président George Bush, le 20 mars 2003!) et que les médias à la solde de la mafia globaliste ont sifflé la fin de l’alerte nucléaire (Fukushima)…. »

J’invite donc tous ceux qui voudraient continuer à me diffamer à avoir la décence d’utiliser des éléments biographiques (ci-dessus exposés) véridiques et vérifiables.

si tant est que ce concept de décence éveille une quelconque étincelle

dans le psychisme martyrisé de ces handicapés de la Joie de Vivre

J’invite tous ceux qui s’intéresseraient à mes travaux, mes articles… à consulter les sites internet sur lesquels je m’exprime exclusivement.

Le Blog de Kokopelli: J’y poste, de temps en temps, des articles sur les semences, sur la biodiversité cultivée, sur les chimères génétiques, sur la confiscation du vivant…

Le site de Kokopelli: Il s’y trouve archivés un certain nombre d’articles qui n’ont pas été forcément repris sur les autres sites.

Mon site personnel Liberterre.fr: C’est un énorme site avec plus de 1100 fichiers, articles, traductions en espagnol de mon livre sur les semences, fiches techniques botaniques, etc, etc. S’y trouvent:

Mes articles, en français ou en espagnol, dénonçant la tyrannie des nécro-carburants, l’arnaque du réchauffement climatique anthropique, l’interdiction des plantes médicinales, etc, etc…

Les traductions en espagnol ou en portugais de la partie technique de mon ouvrage, eu égard à la production de semences.

Une botanique de l’Oregon avec des photos en très haute définition. Je suis aussi un botaniste. En 2014, j’ai réalisé trois explorations botaniques et photographiques dans les déserts de l’ouest et du sud-ouest des USA.

Un site de référence, en anglais, sur la Tribu des Eriogoneae et plus spécifiquement du genre Eriogonum. J’avais le projet de réaliser un ouvrage de référence, de 800 pages, en collaboration avec James Reveal, l’expert des Polygonacées aux USA) sur le genre Eriogonum (possédant plus de 400 espèces et sous-espèces), à savoir les sarrasins sauvages. Jim étant décédé l’an passé, à l’âge de 74 ans, j’ai décidé de présenter tout mon travail photographique en ligne sur un site web dédié à cette tribu de la Famille des Polygonacées. J’ai, d’ailleurs, découvert une nouvelle sous-espèce d’Eriogonum, en 2014, au pied du Mount Shasta en Californie: Eriogonum microthecum var. cyclophyllum REVEAL-GUILLET. 

L’intégralité de la Métahistoire de John Lash, traduite en français, à savoir l’équivalent d’une quinzaine de gros ouvrages. Mes traductions sont disponibles gratuitement.

Mes traductions d’autres auteurs : Paul Shepard, Terence McKenna, Paul Stamets, Gordon Wasson, Stephen Harrod Buhner ou d’autres thèmes: tel que le Bouddhisme ancestral des Bön.

La reproduction partielle et scannée des Annales du Muséum d’Histoire Naturelle (1961 et 1965) qui présentent les travaux de Roger Heim sur les champignons Psilocybes, ainsi que ses aquarelles.

Mon site personnel Xochipelli.fr: Il est strictement dédié à la Libération des Neurognostiques sérotoninergiques de la Biosphère Gaïenne.

L’épitaphe de cette humanité pourrait être:

“elle a péri de ne plus pouvoir rendre hommage à la Beauté!”

Ma mission auto-proclamée, déclarée et transparente est la suivante:

Je suis un guerrier Païen, Gaïen

au plaisir de la Biosphère, de la Vie, de la Joie, de la Fertilité

et de la co-évolution avec la Terre-Mère.

Nous sommes au seuil de l’extinction

mais nous sommes aussi les Peuples des Semences, les Shishta.

Nous sommes les Enfants de la Rébellion et nous sommes en chemin.

Ecoutez: les Tambours de Gaïa se sont réveillés

et ils résonnent dans l’atmosphère vivante de la Terre-Mère! Pour la Vie.

Xochi, le 25 octobre 2015