Los Cantos de Xochi. En Toutes Improbabilités

Jusqu’à l’été 2018, il m’était très improbable d’envisager de publier, par écrit, un tel compendium de mes textes, aux thèmes et mèmes si divers et variés, car les Muses me confèrent la Plume tant aisée que je n’ose que rarement en dévisager des forêts pour les enduire d’encre imprimée.

Tant de forêts de chênes, d’Europa, sont déjà envoûtées dans les textures et les architectures Chrétiennes, depuis une pléthore de siècles trop nombreux, qu’il est  dévastant d’en couper toujours plus en pulpe de papier.

De plus, comment le distribuer – paisiblement – en France, alors que la dictature déridée rôde, en ces temps de sévices et tortures Etatiques?

Cet ouvrage est – selon les canons doctrinaires, apatrides et matricides, de la dictature du Guignol en Marche, en séquence de la dictature du Dément Catalan, elle-même en séquence de la dictature du Nain Hongrois – beaucoup trop dissident pour qu’il soit distribué par l’Association Kokopelli. Il sera donc édité et distribué par les Editions K… et nous allons profiter de cette nouvelle plate-forme de distribution pour redistribuer commercialement les cinq ouvrages de l’oeuvre de John Lamb Lash – qui ont été publiés, dès 2009, dans la collection Liberterre des Editions Voix des Semences.

Et puis – ce qui était d’une probabilité incontournable et archi-contingente – la censure sur Internet a commencé à se mettre en place, inexorablement, sous l’égide de Fakebook, Google, YouTube, etc, ad nauseam, et en totale collusion avec les Autorités… afin d’éliminer toute dissidence et de promouvoir le Règne des Fakenews sous guise de vérité médiatique, journalistique et officielle d’Etat. Amen aux Fakenews ad vitam eternam.

L’une des Fakenews déféquées d’Etat – corroborée et certifiée fake, subséquemment – toute fraîche disséminée, par la Presse à haut débit de débilités non crédibles, concerne une prétendue horrible attaque des Gilets Jaunes à l’encontre de l’Hôpital de la Salpêtrière. Un salpétrin, de plus, pour le gang des tortionnaires Macron, Castaner, Philippe et leur chapelet de clones sinistres, moroses ou hystériques.

Une fois qu’ils auront démissionné, où vont-ils se réfugier pour échapper aux Tribunaux des Peuples? Ces Tribunaux qui vont les convier pour tous leurs crimes à l’encontre de l’humanité. Chez Bibi Fric Hautain en Terre Promise-Terre Due? Et lorsque la Terre Due sera percluse de cratères… où vont-ils, donc, se réfugier? En Ukraine?

Un Règne des Fakenews qui siège avec les bénédictions et les encensements du CRIF, le Centre des Représentants d’Israël en France – le centre nerveux, et même très nerveux, récemment, de la Terreur Sioniste en France.

Même le très doux, et mesuré, Etienne Chouard est passé, impitoyablement, au hachis pare-menteurs “anti-sémites”, des moulinettes Sionistes des télévisions à la botte, car il a vu Alain Soral une fois, en chair et en os. Cela lui arrive même, selon les rumeurs, de lire le journaliste politologue Thierry Meyssan – qui s’est réfugié au Moyen-Orient afin d’échapper aux balles, dans le dos, de Sarkozy, l’infiltré de la CIA qui était alors le french-poodle favori d’Obama – et qui, avec la complicité des serpillères politiques de toutes factions purulentes, a transformé la Libye en lambeaux… et en réfugiés propices à une invasion du tissu Européen. Avant que ses successeurs ne fassent de même avec la Syrie.

Comment, d’ailleurs, les Pitres en contrôle du Sinistère de l’EduCastration Nationale peuvent-ils tolérer, encore, la présence de professeurs qui ont échangé, de vive voix, une fois, avec Alain Soral – ou l’une de ses apparitions – car le personnage est tant présent, et tant honni, dans les médias à la botte de foin, qu’on se demande bien s’il ne s’est pas démultiplié en un chapelet d’avatars Soraliens – comme les petits pains miraculeux du Supplicié sur Croix qu’il arbore sur sa poitrine jaune.

Il n’est que d’ausculter, pour mesurer la nervosité du CRIF, les attaques féroces des Autorités Israéliennes de la France à l’encontre de l’humoriste chrétien intégriste Dieudonné ou des écrivains Alain Soral – damné à une année de prison, pour un dessin satirique, avec mandat d’arrêt – et Hervé Rysen, damné à la prison, également, pour des motifs aussi inexistants.

Toute la presse Sioniste exacerbée et hystérique a répandu le communiqué sordide des associations “anti-racistes” à la solde des Tzaddik, les Suprêmes (racistes), qui évoque un “Munich Judiciaire” parce qu’Alain Soral n’a pas été jeté de suite en prison – pour un dessin satirique. Pendant ce temps, les blasphémateurs, certifiés conformes, du gang de Charlie-Hebdo sévissent encore – sous la haute protection des Autorités.

Sans parler, même, de tous ces criminels – les Autorités – qui sont non seulement en liberté (non surveillée) mais qui sont, de plus, en position suprême de nous confisquer la nôtre – au titre de notre sécurité. Tout va bien?

Tous ces gens sont, au demeurant, fort gentils et aimables mais il me semble qu’ils n’aient pas, forcément, perçu que les racines du Mal Social qu’ils dénoncent dans le tissu – avec grand brio et inlassablement sous toutes coutures de persécutions, de censures, d’injustices, de poursuites illégales, de vaccinations – sont ces mêmes racines empoisonnées dont ont émergé le Christianisme, l’Islam et le Marxisme auxquels ils prêtent encore foi. Ou font-ils mine de leur prêter encore foi? Au titre de la Réconciliation éternelle? Sinon, avec quel autre objectif?

La seule Réconciliation essentielle, urgente et vitale, est notre Réconciliation avec la Terre Mère – au plaisir de la co-évolution et surtout au plaisir de la co-émergence.

Avez-vous dit “Intelligent Design”?

Cette Réconciliation est même évoquée, aujourd’hui, dans la presse à grand spectacle à la solde du Sionisme (avec les photos de pingouins), l’ImMonde, Media Part, etc: la Terre se dirigerait vers la sixième extinction de masse à cause de l’espèce humaine, dans quelques décennies, alors que le monde aurait pu sauver le Climat, il y a trente années. Sans plaisanter? Ne voilà t-il pas le Climat désigné comme le grand coupable de l’extinction de ces pauvres pingouins?

Et lorsque Mediapart – un média judéo-bolchévique – titre “Un million d’espèces menacées par une seule”, je ne me sens pas du tout concerné car ce n’est pas l’espèce humaine qui est responsable de ce biocide.

C’est une petite fraction de l’humanité, une sous-humanité dégénérée et psychopathique: les Sionistes génocideurs. Par exemple, le tortionnaire Israélien Ben Gourion qui commandita l’assassinat du Président John Kennedy alors que celui-ci, dès 1963, voulait briser la dictature de Monsanto et de l’Industrie chimique agricole aux USA. Ceux-là mêmes qui sont les véritables responsables de cette sixième extinction de masse.

************************

Aujourd’hui, c’est une journée fertile car j’introduis, donc, ce nouvel ouvrage, “Los Cantos de Xochi”, en même temps que nous lançons l’édition d’un ouvrage chef-d’oeuvre avec comme sujet notre ami Maurice Chaudière, aujourd’hui âgé de 92 ans – avec nos Editions GaïAlkemia. Et en même temps que nous lançons la 17 ème édition de mon ouvrage “Semences de Kokopelli” – dont l’Association Kokopelli, la chanceuse, possède l’aimable exclusivité de distribution.

Cet ouvrage “Semences de Kokopelli” est, d’ailleurs, du domaine de l’improbable depuis sa première édition – qui remonte à l’année 2000, ce qui ne nous rajeunit pas – pour en arriver à l’édition actuelle (non remaniée depuis novembre 2011) de 848 pages en grand format. Du domaine du très improbable, même, car il n’est pas dans les usages, et les diktats de la normalité, de proposer un ouvrage, en doux mélange, incluant 250 pages d’articles ( qui ne font pas dans la dentelle petite-bourgeoise), une collection de potagères en biodiversité, un manuel de production de semences… Aujourd’hui, j’en suis à 80 000 exemplaires de cet ouvrage de dissidence distribué dans les foyers – et j’en suis fort aise. Afin de semer des graines de semences et des graines de conscience dans l’Oikos des Peuples….

Et pour nous rajeunir, je lance, donc, ce nouvel et présent ouvrage “Los Cantos de Xochi”. C’est un ouvrage de 352 pages, en grand format, qui propose environ 250 pages d’articles et d’essais que j’ai rédigés depuis cet automne 2011 durant lequel nous imaginions, avec Sofy, au Pérou, le futur Festival Kokopelli-Pachamama qui se déroula durant une semaine, en août 2012, à Ollantaytambo.

Ces articles et essais – qui y sont présentés sur un mode chronologique, pour ne point faire de jalouses – ne constituent pas la totalité de mes écrits, depuis cette période de 2011, car je réserve toutes mes monographies de plantes médicinales pour un prochain très gros ouvrage médicinal que je prévois pour la fin de l’année 2020. A chacun ses prétentions et je préfère exposer les miennes au grand jour. J’ai horreur de la langue de bois et j’adore les langues de feu libératrices – surtout lorsqu’elles font exploser les cathédrales de l’idéologie génocidaire Sioniste.

Gaïa orchestre sa vie organique fondamentale sur un mode chaotique et improbable. Comme tout le reste de l’Univers? Combien de glands produits par un chêne, au fil des siècles, vont se métamorphoser en chênes centenaires? Les satellites espions de Google sont-ils capables de prévoir la forme exacte que prendra le nuage au-dessus de ma chaumière en Oregon, dans quelques minutes?

Ce présent nouvel ouvrage est tout autant du domaine du très improbable, que le précédent, car j’ai décidé de l’agrémenter, de l’embellir visuellement, par des photographies de Nature que j’ai surprises durant certains de mes voyages sur la planète mais surtout, principalement, depuis 2010 dans les déserts de l’ouest et du sud-ouest des Etats-Désunis

dont j’explore et photographie les trésors de plantes lorsque je suis très las des robots, des robots humanisés et des humains robotisés, qui encombrent l’espace public d’une démographie démotivante.

Et pour comble d’improbabilités, j’y inclus, même, une douzaine de pages de photographies, que j’ai réalisées, d’une petite partie de l’oeuvre peinte de mon très cher ami Mushroom – alias Alan Michael Kapuler, aujourd’hui âgé de 72 ans. Son oeuvre peinte s’exprime au travers d’environ 1400 tableaux dont certains font plus de deux mètres de largeur.

Mushroom (www.kapulerarts.com) a décidé de mettre ses tableaux en vente afin de financer l’achat d’une nouvelle ferme, en Oregon, afin de continuer ses travaux géniaux, de près d’un demi-siècle, dans le monde des plantes alimentaires et médicinales.

Si l’on vivait dans un tissu social normal de gens aimables et non psychopathes, cela ne me viendrait pas, même, à l’esprit de préciser que Mushroom est d’éducastration “Juive”

un qualificatif, ou une appellation, d’origine incontrôlée sinon hors de contrôle car hors-course pour ne pas dire hors-race – selon les Justes et les Suprêmes, les Tzaddik

mais je tiens à le préciser car il semblerait que certains newsfakers persévérants persistent à affirmer que je serais “judéophobe”

ce qui est, d’ailleurs, totalement et strictement exact si ce concept de “judéophobie” s’applique à l’idéologie génocidaire du Judaïsme – à l’origine de toutes les autres idéologies et pratiques génocidaires qui assiègent l’intégralité de la Biosphère.

Mushroom, alors âgé de 30 ans et Professeur de Virologie à l’Université du Connecticut, quitta le monde scientifique médical, totalement sous prise Sioniste, lorsqu’il prit conscience que ses travaux géniaux sur les virus étaient utilisés par l’armée US, à des visées génocidaires. C’est alors qu’il trouva refuge, et intentions, dans les champignons enthéogéniques et dans le Kriya Yoga. Pour le reste de sa vie, il a oeuvré au service et au plaisir agronomiques du Domaine Public car Mushroom est convaincu que nous sommes tous des réfugiés écologiques et que la maîtrise de notre alimentation constitue l’une des premières étapes vers les Oasis du Futur.

Je conçois que les oeuvres peintes de Mushroom puissent surprendre mais toute personne qui a soulevé le Voile sait que le “Réel” est un concept fluide qui ne recouvre, parfois, aucune réalité solide. Pour replacer les tableaux de Mushroom dans leur cadre non temporel – à savoir, dans le Temps de Rêve – il faut comprendre que lorsque Mushroom a une question experte “es Couleurs”, il la pose directement à son maître, Picasso.

Et franchement, sur le plan des improbabilités, un échange intentionné avec Picasso semble une éternité de fois beaucoup plus plausible qu’une déclinaison et conjugaison avec la Sainte et Juive Vierge Marie, “à bâton rompu” – joke d’initié, pour tenter de lui dérider le Voile – sur les mérites et les démérites d’une conception immaculée. A savoir, une conception sans les rites de passage dans la grotte enflammée de sèves extatiques, sans l’Emouvance des Vagues d’une Sainte et Jouve Verge Marine – et, parfois, bien marinée. D’où le syndrome de la Belle au Bois Dormant!

La meilleure façon d’appréhender, d’apprécier, les oeuvres peintes de Mushroom, c’est d’entrer dans son univers mental et émotionnel en empruntant l’un de ses vecteurs de connexion organique avec la Source: la ganja, les champignons, le yoga, l’Hommage à la Beauté Végétale, la création variétale agronomique…ou bien, c’est de commencer, tout simplement, à peindre. Il est toujours plaisant de bénéficier d’alternatives sur les chemins de la mort de l’ego.

Pour rebondir au coeur des Improbabilités qui m’accompagnent sur le chemin de l’ouverture à l’Inspiration Sophianique, j’ai rencontré John Lash sur Amazon.com en 2006. Lorsque, en 2010, je tentai de trouver une maison d’édition pour publier son ouvrage majeur “Not in His Image”, que je venais de traduire, les éditeurs Français, engagés et non engagés, se cachèrent derrière une contingence éditoriale de probabilité de bénéfices négatifs – car ces gens ont des manières. Alors, je l’ai publié moi-même avec comme titre “La Passion de la Terre” (pour chatouiller les Chrystériques) et comme sous-titre “Traité d’Ecologie Sacrée: Comment l’Espèce Humaine va t-elle choisir entre la Vision Planétaire et le mensonge patriarcal théocratique?”. De toutes façons, cela n’aurait pas été un titre probable pour les éditeurs maniérés – mais le sous-titre reste une bonne question, nonobstant.

Et, de toutes façons, je ne l’ai jamais vendu car il est présenté intégralement, et gratuitement, sur mon site internet “Magie Tantrique Gaïenne”.

J’ai une telle Dissidence, Insoumission et Hérésie à fleur de peau, et à fleur d’âme, que je dédie ce présent ouvrage à John Lamb Lash, le Terton du Maine et le Nagual de Gaïa – car Maître oyant les effluves Atmosphériques de ses Dakinis. John m’a transmis la syntaxe Sophianique et a accompagné mes premiers pas, de retour, sur le chemin vers la Maha Kundala.

Et lorsque la soif, portée par les champignons de sagesse, devint trop pressante, il m’a même enseigné à me désaltérer à la vulve des Nymphes Arboricoles – sur les collines de Gaucin, en Andalousie – là où les Magiques Mandragores abondent au coeur de leurs rosettes en contemplant les Vautours tournoyer à l’infini.

A l’approche d’un degré, de précession, d’âge, j’ai étudié des dizaines de syntaxes qui – pour la plupart, en tout ou en partie – n’étaient que des grilles syntaxiques.

Le Sophianisme Gaïen est une syntaxe ouverte et non grillée, tout en étant très incandescente, parce qu’en co-émergence prévalente et permanente avec la Mère.

J’ai laissé toutes ces syntaxes, qui me donnaient du vague à l’âme, (Theilard de Chardin, Sri Aurobindo, Gurdjieff, Ouspensky, Rudolf Steiner, Carlos Castañeda, Krishnamurti, Terence McKenna, Dane Rudhyar, Babaji, Black Elk, etc, etc…) se faire annihiler, modifier, moduler, recycler, métamorphoser par les vagues sensuelles du Sophianisme Gaïen.

A vrai dire, ils étaient tous mâles…

Tous les articles et essais, présentés dans cet ouvrage, sont prégnants de cette syntaxe de Tantrisme Planétaire.

La syntaxe Sophianique m’a transmis des cordes à mon arc, que je possédais déjà, tendues vers le coeur de la Médecine du Terma de Gaïa – dont l’Origine repose en Plérome – à l’image de l’Archer Céleste (qui est d’ailleurs le nom d’une association 1901 que je créai, il y a près de quarante années de cela, dans l’Allier) pointant sa flèche vers le coeur de la Voie Lactée.

Je n’aurais jamais imaginé, par exemple, traduire la poésie Tantrique de John Lash, tel qu’il en convertit les poèmes du mystique William Butler Yeats.

Platon se méprit sur l’écoulement du Désir

et ne put initier l’embrasement du tendre nexus.

Aucun axiome de feu, antique ou moderne,

ne peut honorer la promesse de mon exigence

qui est l’exigence suprême: le Tantra

de l’idole à peau de pêche, anonyme, divine,

le délice ravissant de la fente et du joyau

la pression ardente sur la couronne, la nymphe.

“Au Coeur du Couvain Bâtard”

Conversion de William Butler Yeats. 222. “Among School Children”.

Nous sommes en 2019 et cela fait, donc, 14 années que je traduis, en toute sensualité, l’oeuvre écrite et orale du Terton John Lash – que je présente, gratuitement, sur mon site “magie-tantrique-gaienne.com”. Con mucho gusto.

Les Tertons (et Tertonnes,) dans l’antique tradition des Nyingmapa du Tibet, sont des découvreurs de trésors, des découvreurs de Termas – de Trésors (Ter) de Terre (Ma). Ces Termas sont cachés, pendant des siècles, dans des grottes, par exemple, s’ils possèdent un vecteur matériel, ou directement dans l’Atmosphère Tellurique, s’ils n’en possèdent pas – sur le même mode de “transmission” opérant chez Mozart, par exemple.

Et il est très fascinant de découvrir que les Troubadours, Troubadouresses et autres Trouvères – qui réchauffèrent le coeur, pendant quelques siècles, d’une Europe totalement martyrisée par les Eglises Catholiques et Catastrophiques, Puritaines et Purulentes – portent un nom dérivé de “tropos” en Grec, signifiant tour, manière, façon, etc..

Tropos est à la racine des termes “trope” (en rhétorique), “trouver” mais, aussi, “trouvère” , “troubadour”, “troubadouresse”, etc. En Latin, “tropare” signifie composer, composer un poème, inventer, découvrir…

Les Troubadouresses et les Troubadours, ainsi que les Tertons des temps antiques et actuels, sont des découvreurs de Trésors qu’ils transmettent.

En effet, la Quête initiatrice de Découverte est, bien souvent, induite par une Découverte initiatrice de Quête, un Terma – en brève, un très bon numéro à la Loterie de Gaïa! Ou une autre forme très subtile d’Intelligent Design?

En 2010, la publication de l’ouvrage flamboyant et incinérateur de John Lash, “La Passion de la Terre”, fut un coup de feu Jupitérien fatal porté aux Chrystériques alors que les règlements de compte, à l’égard de la gente ecclésiastique abuseuse d’enfants, ne commençaient qu’à peine à être orchestrés par qui de droit… pour convier, paisiblement, la gente des “croyants” lobotomisés vers la Sainte ChiMère du ChrIslam – ou, du moins ce qu’il en restera subséquemment à diverses opérations psychologiques spéciales de brouillage de cartes – telle que la crémation rituelle de la Cathédrale de Paris ou les tendres baisers du pape, peu catholiques, aux souliers vernis de marionnettes politiques musulmanes. 

Le terme “pédophilie” partage de cette Dissonance Cognitive – tant appréciée des psychopathes, afin de semer le trouble dans la conscience humaine – car ce terme signifie, en Grec, étymologiquement et fondamentalement, “amour des enfants”, ce qui est beau et sain.

Une douzaine d’années après la parution de la version originelle de cet ouvrage anti-monothéiste et correcteur de John Lash, “Not in His Image”, l’Eglise Néo-Darwiniste – un Titanic socio-biologico-religieux pour les niquedouilles wikipédantes – git dans la déroute la plus totale depuis que les derniers maigres vestiges de sa crédibilité ont été réduits en cendres, en mars 2019, par la publication du récent et ultime ouvrage, également incinérateur, de Michael Behe, “Darwin Devolves”. Certains “croyants scientifiques” de cette Eglise de Yaldabaoth (focalisée sur l’extermination des humains non aptes à la survie sur mode néo-darwiniste) sont, même, sur le point de s’immoler par le feu, de désespoir, car le 26 avril, comble de trahison, a vu la publication de l’ouvrage du chimiste Brésilien Marcos Eberlin “Foresight: How the Chemistry of Life Reveals Planning and Purpose”.

Cet ouvrage porte un second coup fatal, et printanier, au Titanic Néo-Darwiniste – qui contrôle l’intégralité du système universitaire, éditorial et médical mondial, dont les Nobels – d’autant plus qu’il est porté aux nues par trois de ses propres Prix Nobels de Physique, de Chimie et de Médecine: John B. Gurdon (2012), Gerhard Ertl (2007) et Brian D. Josephson (1973).

Gerhard Ertl en appelle, même, à l’humilité – un concept bien avarié par la soupe christocentrique grande experte en humiliations: «Que l’on accepte ou non l’approche d’Eberlin, il s’avère totalement clair que la Nature recèle encore de nombreux secrets qui sont au-delà de notre compréhension rationnelle et nous oblige à l’humilité». “Encore… au-delà de notre compréhension rationnelle”, parce que bientôt à portée? Ou parce que jamais, au grand jamais, à notre “portée” de par le modus operandi de la raison humaine?

Pourrait-on hasarder, nonobstant, qu’une “compréhension rationnelle des secrets de la Nature” sainement vécue – à savoir sur un mode animal humain “branché” – n’aurait, naturellement, aucune raison de prétendre qu’elle ne soit pas enchâssée, elle-même, dans un espace-temps acausal d’improbabilités chaotiques? Pourrait-on hasarder qu’une “compréhension rationnelle des secrets de la Nature” n’aurait aucune raison de prétendre qu’elle ne soit pas embranchée, elle-même, dans l’Arbre-Mère de la Conscience Biosphérique? A savoir, aucune raison de prétendre qu’elle puisse échapper à la contingence, de non-contingences, du Temps de Rêve.

Il est très clair que les récents ouvrages de Marcos Eberlin et de Michael Behe portent un coup mortel à l’Eglise Néo-Darwiniste Rationnelle quant à sa conception de l’humilité et, surtout, quant à sa conception de l’humus et de l’humain qui ne seraient que le fruit “du hasard et de la sélection naturelle”. Ce binôme est invoqué, tel un sempiternel Démiurge pléonasmique, car “sélection naturelle”, dans le dogme de l’Eglise Néo-Darwiniste, signifie “sélection hasardée”: une évolution hasardée, sur mode de roulette Russe, au grand bazar de la génétique.

Et Michael Behe prouve justement, et c’est irréfutable, qu’une grande partie de la prétendue évolution et de la sélection naturelle est en fait très hasardeuse,

pour ne pas dire suicidaire. Et il aurait été fantastique que la très géniale, et très regrettée, biologiste Lynn Margulis ait pu assister, in vivo, à l’effondrement et à la carbonisation de cette Eglise Néo-Darwiniste qu’elle détestait tant.

Il est tellement plaisant de rendre hommage à la Beauté de la Biosphère Gaïenne lorsque l’on prend conscience que c’est en fait le “Dessein Intelligent”, dans le sens d’Intentionné, qui fonde toutes les structures chaotiques et improbables de la Vie – la non-vie n’étant, en fait, qu’une sous-classe de la Vie contrairement à ce que prétendent les Néo-Darwinistes entropistes. C’est Beau!

En parlant de cendres, de fours, de petits fours et de tartes à la crème, l’un des chantres du Néo-Darwinisme social et génocidaire, l’abominable BH Lévy, a du, très récemment, moduler, sur la scène d’Amsterdam, son monologue pleurnichard, “Looking for Jewrope”, lorsque son ordinateur a pété les plombs après avoir été hacké par un satellite Russe qui passait par là. De rage, BHL jura “fils de Putin” (une insulte commune chez les Tzaddik mais on ne sait pas si c’est un plan dans le plan) et le jeta dans la baignoire en laquelle il plonge – vêtu d’un gilet jaune de sauvetage pour ne pas prendre de risques – durant chaque monologue sur scène Européenne. Une plongée qui symbolise sa quête désespérée d’une Europe Bolchévico-Sioniste en pleine noyade – car il semblerait que les peuples en aient leur tasse pleine de servir de bouées, en plastique jaune, au Titanic Sioniste en déroute.

Si le public d’Amsterdam n’a pas jeté des tartes à la crème sur l’intellectuel “Français” de la Peste Sioniste – lors de son dernier four sur scène – c’est sûrement pour ne pas risquer un procès pour “crème anti-sémite” car les lois Euro-Sionistes ne plaisantent pas avec du crime lèse-Tribu Lévy – même à la crème fouettée. En souvenir éternel des tant célébrés fours à gaz – qui sont échangés, au titre de la Rétribution Eternelle, contre les présentes fournaises de Gaza – entre autres génocides.

Selon les récentes fuites organisées du Canard Enchaîné, le four de BHL, “Looking for Jewrope”, serait subventionné par plus de 700 000 euros d’argent public Français pour en faire une vision filmée qui puisse être télévisée et monothéisée sur des dizaines de millions de Goyim. Subventionné au titre de la Rétribution Eternelle?

A ce point de mon introduction, est-il nécessaire de préciser qu’une partie du contenu de ce présent ouvrage pourrait sembler, on ne peut plus, “improbable” pour une grande partie de la population de France et de Kanaquie?

Lorsque j’étais enfant, en Bretagne archi-monothéisée, je suis tombé dans le Tonneau de Keridwen et je m’en suis régénéré avec de très nombreuses fractales cérébrales…

J’en appelle à la Dissidence car il est Temps de déclarer ouverte la Chasse aux Prédateurs. De but en blanc. D’autant plus qu’il semblerait que le Blanc soit en butte à un risque de dégénérescence sur mode capucino… de nos jours.

En effet, la pente, qui tant me tente, de la Dissidence Intégrale, sans feintes et sans teintes, sans mines et sans minauderies, pourrait s’avérer une dissipation de ce que les Euro-Sionistes – et leur Jewstice – considèrent comme une dissidence normale, électorale, mouchée du nez, bien digérée, aux selles bien scellées, polies aux entournures et respectueuses des prés carrés – quelles qu’en soient les vernis (verdâtre, judéo-bolchevico-islamo, judéo-nationaliste…) pourvu qu’ils n’en soient point trop brillants et solarisés, socialement, de Soralisation.

On pourrait, d’ailleurs, considérer toute Dis/sipation comme un appel à l’éveil, et à la Dissidence, si tant est qu’on lui prête son étymologie Proto Indo Européenne d’origine, “suep”, qui a aussi donné “soporifique”.

Soporifique, comme l’opposition contrôlée à la mode Juan Branco, Cyril Dion, François Boulo, etc. Ces jeunes psychopathes – dont la mission, bien missionnée, est d’aider le petit peuple à se débarrasser, une pénultième fois, de sa croix de prolétariat – sont d’autant plus en capacité de nuire qu’ils sont très dynamisés, financés et putassés par la Maison de Soros, et tous ses pseudopodes, ou bien griffés par le CRIF et la Maison Attali et tous leurs obligés – ou bien les deux, en fait.

Branco est un tourne casaque mémorable à l’image du représentant vert gris de la Tribu des Cohen-Bendit, Dany Croquette – le soutien éternel de Macron et bientôt de Branco – qui n’est, il est vrai, qu’un piètre amateur eu égard à l’expert Tourne Kasak, l’omniprésent Attali, dit “Jacques a dit”, l’un des patrons de Macron. Juan Branco fait ce que “Jacques a dit” – depuis tout jeune et virosé. Juan Branco est un pur produit de la Secte Sioniste des Lipietz, Cohn-Bendit et autres Lévy… et d’Attali,

dont le rêve est d’installer la Capitale du monde et le Tribunal du monde à Jérusalem, mais pas vraiment sous l’égide des Palestiniens, des Malgaches, des Hopis ou des Tibétains…

Selon Juan Branco, la destruction des sept tours du WTC, Charlie, le Bataclan, etc, etc, ne sont pas des opérations psychologiques spéciales commanditées par les Maussades: c’est du complotisme. Selon Juan Branco, le Groupe Bilderberg ne possède aucune influence sur la planète. Parce qu’il y sera invité pour 2022? Selon Juan Branco, le Gang Sioniste n’existe pas. Et le CRIF n’a sans doute, alors, qu’une vocation consultative auprès de toutes les serpillères politiques de France?

Juan Branco et Cyril Dion – Dyril Sion, de son nom de scène comique: peut-on imaginer un couple plus sympathique sur les assiettes à soupe télévisée, pour gueux, animées par la clique à Ruquiez? Il ne manquerait plus que la Maréchale Marion, une nouvelle Marianne comme marraine des deux polichinelles, pour faire dans le Sionisme Universel.

Le Don Juan, si viril et barbu, de ces dames et godichettes de spectacle, et le Faux Prolo, à la bonne franquette – si ce n’est à la franche branquette – qui cause comme dans un livre. Le Manifeste du Rabbin Terroriste Carlos – l’apôtre haineux de la lutte des classes – un peu réchauffé au Carbone Climatique… pour dégommer Macron lâché par les Banquiers. Un Macron que Branco vient, d’ailleurs, d’assassiner dans son ouvrage récent, “Crépuscule”, plébiscité par la presse aux ordres – et distribué gratuitement – et dont l’objectif serait de désactiver les raisonnements complotistes… C’est tout un programme. Financé par quelles instances? Les mêmes Banksters qui ont financé Macron?

Branco versus Macron: on brasse les lettres, on brosse dans le sens des poils… pour briser toute dissension et prévenir toute perte de pouvoir de la Mafia Sioniste. 

Juan Branco est contresigné et contregriffé par le CRIF. Il n’y a, déjà, rien à voir mais pour brouiller les cartes, le petit malin Branco s’expose sur fond de logo d’un Bouc dévoreur d’enfants – tel qu’il est dépeint dans le Sabbat des Sorcières du grand malade et torturé Goya. Dans quelle intention? Et avec quel message?

Juan Branco vient juste de commencer à tenter d’hypnotiser les foules mais cela ne va pas durer et c’est déjà l’heure du Crépuscule pour ce menteur invétéré.

Macron / Branco… tous deux dans le lit d’Attali, la lie, et bientôt l’hallali!

même hubris, même psychopathie de serpillères sur lesquelles leurs Maîtres, les Banksters, s’essuient quotidiennement leurs pieds ensanglantés de guerres…

Le Bouc, c’est Pan, une puissance authentique de feu Tellurique à la base des deux cornes, qui ne va faire qu’une encornée de ce jeune prétendant au trône de la pathocratie en France.

Quant à Cyril Dion, tout frais moulu de la mouvance, statique, de sobriété heureuse et pénitente de Pierre Rabhi – mouvance, que pourtant, grâce à Gaïa, tant le pénis tente – et tous frais payés par l’un des Gangs qui financent l’opposition contrôlée, il propose même, dans l’ImMonde, un projet social des plus extrêmement sobres et mal heureux: laisser des robots tirer au sort des citoyens humains afin qu’ils puissent légiférer sur la “Transition Climatique” et empêcher, ainsi, cette inconsciente Planète Terre de faire ce qu’elle veut – dans son apothéose permanente, et improbable, d’auto-poïèse chaotique et orgasmique.

Pourquoi ne pas demander directement aux froids robots métalliques, alors, de légiférer sur cette “Transition Climatique et Apostolique”? Des robots tirés au sort par des citoyens? Parce qu’il semblerait qu’il en soit de même pour les Robots que pour les Marionnettes: certains sont salariés pour tirer les ficelles ou moduler les algorithmes… Alors, qui va éduquer les citoyens à gérer l’impartialité morale des robots? Des robots éducateurs de prolétariat – ou de jeunes marionnettes du CRIF, sous déguisement verdâtre ou judéo-bolchévique pseudo-insoumis?

Cyril Dion est, ainsi, très pathologiquement encloché des neurones de par l’écho des caisses de résonances Sionistes – sur mode de pénitence sobre et heureuse, pour le petit peuple, façon sabot de bois – et de par l’écho silencieux des caisses sonnantes, et trébuchantes, bien au chaud dans le nid douillet des financements participatifs archi-captifs et archi-captivants de niais enkilosés de méga-bites – dans les réseaux si sots.

Cyril Dion est tant trébuché, et sonné, qu’il promeut “la Dissonance Cognitive Climatique” pour son prochain programme électoral. A savoir, prouver qu’il fait, biosphériquement, très froid parce qu’il fait, climatiquement, très chaud. Afin de lutter contre le réchauffement anthropique, inexistant, pour empêcher la Planète Terre d’entrer inexorablement – et qui est déjà entrée, d’ailleurs – dans le prochain cycle de refroidissement global non anthropique, et naturel, qui va durer plusieurs siècles… Qui sait si même les robots cliqueraient pour de telles insanités?

La “Dissonance Cognitive Climatique” est, également – avé la Mélanie – au coeur de son récent film à visée assoupissante – tendance mélanine – “Demain”, tout autant qu’au programme de son prochain film à grand pestacle: “Trois Mains”. C’est une fiction climatique d’épouvante sur les malformations génétiques humaines induites par un réchauffement, à croissance négative, de la température à la surface des océans provoqué par la disparition du Gulf Stream suite à la fonte de la calotte polaire qui a basculé dans l’océan parce qu’une surpopulation d’ours blancs polaires, et très populaires, en a déséquilibré les thermostats. 

D’ailleurs, la chaîne CNN, experte en Fakenews, déménage son siège à Manhattan dans une zone qui est supposée être inondée depuis 2015 – selon leurs prophéties de réchauffement climatique. Ouf, manifestement, nous n’en sommes pas encore dans la situation géologique qui a vu les océans monter de quelques dizaines de mètres, il y a 12 000 années, lors de la fin du Petit Age Glaciaire – provoqué par le retour de la Comète sur un mode époustouflant.

Il est clair qu’un bolide solide, de 2 km de diamètre, percutant, à 80 000 km, la Terre – qui est elle-même en motion de ces ordres – ne peut que générer des vagues de métamorphoses dans la Biosphère Gaïenne. Puis-je conseiller, à tous les obsédés du Climat – dont les connexions synaptiques transpirent d’angoisse face aux prophéties climatiques – d’aller consulter des ouvrages de géologie? Keep warm baby!

Et c’est ce prochain cycle de refroidissement global, non anthropique, qui va provoquer – dès hier – de gigantesques problèmes de production agricole et de gigantesques famines dans un monde qui élimine déjà, quotidiennement – sous l’égide de l’ONU – 36 000 enfants par affamement et 5000 autres par paludisme (en raison d’un manque d’assainissements et d’accès à de l’eau potable).

Combien de milliards d’euros pour ressusciter le Temple de Yaldabaoth qui s’est pris un coup de foudre fatal parce que les pervers de l’Immobilier Parisien ont souvent le coup de foudre pour les grandes surfaces oisives?

Et aujourd’hui, en hors d’oeuvre de “Dissonance Cognitive Climatique”, l’hystérique Marlène Schiappa, et sa clique d’Euro-Féministes, lancent – à la volée médiatique et sous l’aile protectrice de Loiseau, la tête de lisier de la Macronie “Renaissante” de son compost – un nouveau voile hypnotique: un “Pacte Simone Veil” pour l’Egalité des Sexes. Un Pacte qui évoque, même, l’impact des dérèglements climatiques sur la condition orgasmique de la femme…

Selon le consensus d’un Réchauffement anthropique générant un refroidissement orgasmique? Ou selon le consensus d’un réchauffement orgasmique généré par un Refroidissement biosphérique? En effet, dans l’éventualité d’une démultiplication de réchauffement orgasmique animant des milliards de femmes, sur la planète, ne pourrait-on pas craindre une telle agitation moléculaire que l’Atmosphère s’en trouvât très réchauffée?

… qui est prouvé par le GIEC, sur la foi du psychopathe Rajendra Pachauri. Faut-il vous l’EnPacter ou est-ce pour égaliser et climatiser de suite?

Quelle horreur sexisionniste! Ne pourrait-on pas renommer ce Pacte, à Juste titre – comme diraient les Tzaddik –  le “Pacte Simon Veille”?

Car Simon, en Hébreu, signifie “Ecoute”. Big Tzaddik is listening to you!!

Quelques mois après le Pacte de Marrakech, dont l’objectif fondamental est le pudding racial universel – avec, comme cerises fluorescentes, quelques surprises telle que l’Eglise ChrIslamique – l’Euro-Sionisme, de tendance femme/ministre, prône un nouveau Pacte d’égalité sexuelle – un Pacte Mixlamique.

On mélange, on secoue, on triture, on manipule un peu et on obtient l’égalité des sexes:

une variante de l’équation mathématique d’Einstein: égalité = aime ces deux

Ce qui, intrinsèquement, est un contre-sens biologique mais les élites auto-proclamées de la Macronie manient les concepts biologiques comme des macaronis: à la fourchette, comme pour gérer les Gilets Jaunes, et au fromage fondu pour occulter leur gluten allergénique.

Prôner l’égalité des sexes est, ainsi, le comble du négationnisme. De plus, et suprêmement, il s’avère, en effet, depuis une pléthore de millénaires que, de par leur fonction organique, les femmes sont génétiquement beaucoup plus adaptées à résister au virus de psychopathie extra-terrestre – sur mode Yaldabaoth – que les hommes. En effet, il n’est que d’ouvrir les écoutilles pour prendre conscience que ce virus mortifère contamine de préférence les mâles – et bien avant tout les mâles Juifs. Je conçois, bien évidemment, que certains nomment “religion, valeurs religieuses, etc” ce que j’appelle “contamination par un virus extra-terrestre”.

Toutes ces serpillères politiques femelles qui siègent dans des positions d’Autorités réservées aux mâles, de par le Dogme Patriarcal – où sont les femmes chez les Tzaddik? – ne sont, en fait, que des prétentions de femmes – parce que très virosées – d’où leur insistance à promouvoir une égalité inexistante entre les sexes.

Les ramifications les plus occultes du Sionisme, sous toutes tendances LGBT, prônent l’égalité des sexes afin de briser ce qui, dans le Féminin, chérit la Sagesse de Gaïa au plaisir de la Protection de l’Enfant, au plaisir de la Survie Organique des Peuples…

et au plaisir du Mutualisme qui constitue le fondement authentique, et naturel, du tissu social – et de tout le tissu Biosphérique. Parce que la Mère nous a créés ainsi, en tant qu’animaux humains sociaux – et mutualistes.

Le 6 mai de l’An 01 des Gilets Jaunes