Questions Cannabiniques à l’INRA de Rennes

 

A la suite de la rédaction de mon article récent “HortaPharm et GW Pharm: les Monsanto du Cannabis”, ma plus grande interrogation, aujourd’hui, concerne les relations potentielles existant entre Hayo van der Werf et l’INRA de Rennes, d’une part, et le gang de David Watson/International Hemp Association d’autre part. Ce petit gang, sous haute protection des Etats, a travaillé pour la DEA aux USA et la Police Fédérale Australienne (et continue peut-être de le faire); il a fait plonger de très nombreuses personnes, cultivant du cannabis, dans les prisons des Autorités; il a vendu à GW Pharm/Bayer/Monsanto les ressources génétiques/cannabis qu’il avait volées en Californie en 1985; il a vendu à GW Pharm des brevets portant sur des technologies d’extraction de haschich et d’huile de haschich également complètement volées à leurs inventeurs authentiques; il s’est approprié l’utilisation de la gibbérelline sur cannabis, découverte par le Dr. Dan Carlson au début des années 1970, pour lancer l’arnaque des graines féminisées en 1998; il continue de sévir sur les forums en semant de la désinformation systématique; il s’est allié à Phylos Biosciences en Oregon (un pseudopode du célèbre Craig Venter Institute) afin de réaliser le séquençage génomique de milliers de variétés de cannabis au service de l’industrie pharmaceutique.

Lorsque l’on sait que des millions d’êtres humains ont croupi, ou croupissent encore, dans les taules des Autorités pour consommation ou vente de cannabis, il est extrêmement révoltant de voir de tels psychopathes oeuvrer dans l’ombre – et souvent en plein jour – impunément et sous haute protection d’Etat. La Justice au service de qui?

 

Dans mon article, publié le 4 novembre 2015, sur les “Monsanto du Cannabis”, j’évoquais un certain nombre de “coincidences” entourant la personne de Mr. Hayo van der Werf – à l’INRA de Rennes depuis 1997 – qui est associé, en Hollande, à David Watson et à Robert Connel Clarke qui sont considérés comme des sous-marins notoires au service de la DEA des USA (la Brigade des Stupéfiants US). Je posai également, à l’INRA de Rennes, une question relative à leur projet de supplémenter la nourriture des porcs industriels avec de l’huile de chanvre riche en cannabidiol (CBD).

A la fin de mon article sus-cité, je mentionnai que “l’International Hemp Association”, n’a pas publié, depuis 2006, sa revue, “Journal of the International Hemp Association” – “Journal of Industrial Hemp ” – dont Mr. Hayo van der Werf, ingénieur agronome spécialisé dans le chanvre, est toujours officiellement l’éditeur en chef. Je posai, également, la question de savoir si l’INRA de Rennes est toujours, aujourd’hui en 2015, le siège de publication de cette revue après que l’INRA de Colmar l’eût été en 1995/1996.

« Car David Watson, et ses associés, sont également les leaders de la promotion du chanvre industriel en Europe. Sans plaisanter. En 1994, ils créent la International Hemp Association [24] et commencent à publier une revue dès juin 1994. [23] [25] L’éditeur en chef est Hayo M. G. van der Werf et le conseil de publication comprend, entre autres, David Watson, Robert Clarke et Etienne de Meijer. Durant une certaine époque, le siège de la production éditoriale est même l’INRA de Colmar. [11] [26]  C’est l’INRA de Rennes qui est toujours officiellement, aujourd’hui en 2015, le siège de publication de cette revue. Car, aujourd’hui encore, c’est la section UMR INR-ENSAR Sol, Agronomie et Spatialisation, qui est présentée comme le siège éditorial de la dite revue. [60]

Qui est Hayo van der Werf? C’est un citoyen Hollandais qui a réalisé une partie de ses études (un master en “Crop Science”) à l’Université de Guelph au Canada, l’un des haut-lieux de la recherche biotechnologique. C’est cette université qui a breveté les gènes de porcs transgéniques appelés “Enviropigs” dont la caractéristique était de générer des excréments moins polluants (les derniers descendants du troupeau ont été sacrifiés, en 2012, sur l’autel de la révolte populaire [53] ). Hayo van der Werf travailla en 1995/1996 à l’INRA de Colmar et, depuis 1997, il fait partie de l’INRA de Rennes. [27] D’ailleurs, l’un de ses secteurs d’intervention est justement le porc – mais ce n’est sûrement qu’une coincidence.

Hayo van der Werf y travaille avec Philippe Leterme qui est, de plus, le directeur du CETIOM. Cet organisme est très connu des Faucheurs Volontaires car il est l’un des principaux promoteurs de plantes mutagénées afin de les rendre résistantes aux herbicides de la mafia agrochimique – dans le but, bien évident, d’appliquer toujours plus et plus d’herbicides pour protéger des récoltes devenues très sensibles de par la résistance, sans cesse croissante, de près de 500 espèces d’adventices, de par le monde, à tous les herbicides de Monsanto, de Bayer, de Syngenta… L’un des objectifs d’Hayo van der Werf, à l’INRA de Rennes, serait-il de venir au secours de l’industrie Française hyper-polluante de production de porcs afin d’intégrer, dans la nourriture de ces derniers, de l’huile de chanvre regorgeant de CBD? Nous serions fort heureux que l’INRA de Rennes nous précise si les porcs Français auront le privilège de jouir des qualités antioxydantes et anti-cancer du Cannabidiol présent dans l’huile de chanvre – bien avant que ce privilège ne soit accordé aux citoyens de ce pays. »

Et je posais la question ultime de savoir si cette “International Hemp Association” n’est pas tout simplement une façade – occultant quoi?

En préparant la rédaction de mon prochain dossier sur la confiscation des ressources génétiques/chanvre – et sur les extrêmes dangers menaçant l’espèce Cannabis sativa, de par les manipulations agronomiques cherchant à tout prix à évacuer le caractère dioïque de cette plante – je suis arrivé une nouvelle fois sur l’un des sites internet de cette association Hollandaise. Et j’ai tout simplement halluciné.

Mes yeux ont croisé une adresse mail “matthew@HempWorld.com” et je me suis aperçu que je n’avais jamais consulté la page afférente à la racine de ce site internet. Et cette curiosité m’a lancé sur une autre piste qui est tout aussi ahurissante que ce que j’ai décrit dans mon article sur les “Monsanto du Cannabis”.

La page racine http://www.hempworld.com/, de leur site internet, présente quasiment  400 noms de domaine contenant un mot clé tel que “hemp”, “canamo”, “cannabis”, “marijuana”, “kaneh”, “pot”, “weed”, “cannabinoids”, “hempbiodiesel”, “hempbiofuel” et même “jesususedmarijuana”. Ces noms de domaine ne sont pas à la vente mais sont disponibles à la location – pour toux ceux qui souhaitent s’engager dans le cannabis industriel, disent-ils – pour la modeste somme de 99 dollars par mois, à savoir 1200 dollars de location par an!!! Rappelons qu’un nom de domaine se loue 10 euros par an normalement. So far, so good: un exemple de plus d’un méga-business au profit exclusif de ceux qui, n’ayant pas le génie de créer une vague, se contente d’y surfer afin de s’engraisser sordidement au détriment d’autres êtres humains.

Mais l’hallucination ne s’arrête pas là: une quinzaine de secondes plus tard, la page internet racine de “l’International Hemp Association” fait automatiquement place à une autre page internet avec la racine http://hempstore.com/. Cette toute nouvelle page internet – qui n’a plus rien à voir avec la précédente – est un site marchand (créé le 8 janvier 1999) présentant tout autant des mannequins portant de magnifiques habits blancs de chanvre, des chapeaux, des gants… que des ustensiles destinés à la culture ou à la conservation du cannabis: un “cannabis tumbler” pour le prix de 360 dollars – et autres contenants très chers pour cannabis (jusque 600 dollars l’unité). So far so good: encore un autre exemple de méga-business. Bien que là, les sonnettes d’alarme commencent à tintillonner car le gang de David Watson a exprimé publiquement ses positions anti-cannabis, dès 1998, en particulier lors de leur partenariat avec GW Pharm/Bayer/Syngenta.

Mais l’hallucination ne s’arrête pas encore là: il y a un symbole “f” en bas à droite qui s’ouvre sur le Facebook de “Weedportal.com” [12] , une page Facebook strictement dédiée à la présentation de deux sociétés commercialisant des graines de cannabis: “Nirvana” en direct [1] [2] et en page robot [3] et “BCS. Buy Cannabis Seeds” dont le post redirige vers la page Facebook de BCS Seedbank [4]. Cette page Facebook est elle-même reliée à un site internet du même nom créé le 1er janvier 2006. BCS Seedbank n’est très vraisemblablement qu’une vitrine de Nirvana. [5]

Trois des sites internet liés à David Watson/International Hemp Association ont leur WHOIS (la fiche juridique) totalement caché. Pour occulter quoi?

Le site http://www.weedportal.com/, lié à la page Facebook du même nom, s’avère être un portail/cannabis agrémenté de femmes posant, de style poupées Barbie, en compagnie d’Arnold Schwarzenegger fumant un gros cigare – ou un gros joint? En bas du site sont également présentés dix icônes de vente de graines de cannabis pointant, dans la plupart des cas, vers Nirvana. Ce site, de très mauvais goût, se vante d’être le plus gros portail/cannabis du monde avec “162 163 membres”!!! Sont-ils tous fichés par le gang de David Watson au service des différentes Brigades des Stupéfiants d’Europe et du monde entier?

L’hallucination ne s’arrête pas encore là. Le site “hempworld.com” – dont toutes les pages sont occupées par “l’International Hemp Association” – est en fait lié à Matthew Huijgen, le PDG d’une holding “HempWorld, Inc” à Santa Barbara en Californie [7] (1 Travel with HempHotels.com. 2 HempStore.com. 3 Building/servicing huge greenhouses int’l). Matthew Huijgen se dit inspiré par Dieu ou Yahvé pour lutter depuis 1986, [8] aux USA, pour la légalisation du chanvre et du cannabis. Il affirme qu’il possède 400 miroirs sur la Toile pointant vers divers sites marchands. [9] Et il se vante de faire partie de Mensa, le gratin des QI élevés, ou prétendus tels. D’ailleurs, après moult recherches, il est même possible de trouver une page marchande égarée sur le site de “l’International Hemp Association” – une page marchande présentant des bonbons légaux au cannabis que Matthew Huijgen peut même commercialiser en gros. [10]

Nous sommes donc confrontés, avec le site internet de “l’International Hemp Association”, à un méli-mélo hallucinant de textes techniques et scientifiques sur le chanvre, de mensonges, de bonbons légaux au cannabis, de chassés-croisés, d’informations occultées et surtout de ventes de graines de cannabis – sans parler d’un prophète auto-proclamé inspiré par Yahvé pour légaliser le chanvre aux USA!

Et sans parler de contradictions agronomiques flagrantes. En effet, Matthew Huijgen prétend [13] que le chanvre peut produire 4 fois plus de biomasse que des arbres alors que Hayo van der Werf (Hemp facts and hemp fiction [14] ) s’est méthodiquement appliqué, dans sa thèse de doctorat, à prouver que c’était faux et que, de plus, le chanvre ne produit pas plus de bio-masse que la pomme de terre, la betterave sucrière ou le maïs.

Et pour finir sur une note humoristique, eu égard au thème des hallucinations, j’en suis finalement sorti lorsque j’ai découvert que tout le “Système Watson and Co” repose sur le subterfuge d’un double site internetl’un sur fond blanc, avec des feuilles de cannabis, avec la racine “internationalhempassociation.org”, et l’autre sur fond vert, avec des feuilles de cannabis, avec la racine “hempworl.com”!!! 

Très sincèrement, ce n’est pas moi qui vais critiquer l’existence de vendeurs de graines de cannabis, tout en sachant que c’est, très souvent, un business scandaleux profitant de la naïveté du public pour commercialiser des graines hybrides ou “féminisées” à prix d’or – jusqu’à 20 euros la graine “féminisée”. Répétons que le commerce des graines féminisées est l’une des plus grandes arnaques de la sphère cannabis de ces 18 dernière années.

Ce qui ressort de tout ce cirque cannabinique “très stupéfiant”, c’est que David Watson et son gang sont de grands adeptes du syndrome social des 3 D: Domination, Division, Duplicité. Le double site internet de David Watson est à l’aune de ses 30 dernières années de vie : double identité, double langage, double objectif…

… à l’exception, bien sûr, de ses prétendues découvertes agronomiques dont la finalité est d’exciser l’un des éléments du “double” dans le cannabis, à savoir la plante mâle – pour la production de clones homozygotes à partir de “graines féminisées”.

En conclusion. A la suite de la rédaction de mon article récent “HortaPharm et GW Pharm: les Monsanto du Cannabis”, ma plus grande interrogation, aujourd’hui, concerne les relations potentielles existant entre Hayo van der Werf et l’INRA de Rennes, d’une part, et le gang de David Watson/International Hemp Association d’autre part. Ce petit gang, sous haute protection des Etats, a travaillé pour la DEA aux USA et la Police Fédérale Australienne (et continue peut-être de le faire); il a fait plonger de très nombreuses personnes, cultivant du cannabis, dans les prisons des Autorités; il a vendu à GW Pharm les ressources génétiques/cannabis qu’il avait volées en Californie en 1985; il a vendu à GW Pharm des brevets portant sur des technologies d’extraction de haschich et d’huile de haschich également complètement volées à leurs inventeurs authentiques; il s’est approprié l’utilisation de la gibbérelline sur cannabis, découverte par le Dr. Dan Carlson Sr. au début des années 1970, pour lancer l’arnaque des graines féminisées en 1998; il continue de sévir sur les forums en semant de la désinformation systématique; il s’est allié à Phylos Biosciences en Oregon (un pseudopode du célèbre Craig Venter Institute) afin de réaliser le séquençage génomique de milliers de variétés de cannabis au service de l’industrie pharmaceutique.

Lorsque l’on sait que des millions d’êtres humains ont croupi, ou croupissent encore, dans les taules des Autorités pour consommation ou vente de cannabis, il est extrêmement révoltant de voir de tels psychopathes oeuvrer dans l’ombre – et souvent en plein jour – impunément et sous haute protection d’Etat. La Justice au service de qui?

Xochi. Le 7 novembre 2015.

inra rennes