Traductions Françaises du Blog C0r0n@ 2 Inspect. Troisième Dossier

Nanopulpes de carbone ou formes de vie synthétique?

La crainte de la découverte d’éléments étrangers dans les vaccins c0r0n@v|rus suscite l’intérêt de nombreux chercheurs, dont certains ont la possibilité et les moyens d’obtenir de nouvelles preuves confirmant leur existence. En particulier, le Dr Franc Zalewski (docteur en géologie) a récemment donné une conférence présentant ce qui a été décrit dans C0r0n@2Inspect et dans la littérature scientifique comme une nanopulpe de carbone. Le docteur appelle cet élément étrange « la chose ». L’image MEB qu’il présente comme preuve, voir figure 1 et vidéo 1, consiste en un sphéroïde à partir duquel plusieurs bras (tentacules, flagelles ou filaments) se développent. Le sphéroïde est identifié par Zalewski comme une tête. La composition de l’objet est principalement constituée de carbone et d’aluminium (bien que le brome soit également mentionné). Il explique ensuite les proportions de l’objet, avec un diamètre de 20 μm à la tête et des bras d’une longueur totalement disproportionnée de quelques millimètres (2,5 mm). Il est également mentionné que les bras ou les tentacules ont des couleurs différentes, peut-être en raison de la composition du matériau à partir duquel ils ont poussé. Dans la figure 2, on peut les voir comme des filaments extra-longs. 

Fig.1. Images du même type de corps étranger trouvé dans les vaccins par le Dr Franc Zalewski, le Dr Carrie Madej et le Dr Campra pour la Cinquième Colonne.
Fig.2. Détail des filaments observés par le Dr Franc Zalewski, où la tête à partir de laquelle ils poussent n’est pas visible. L’image est comparée à celles disponibles dans la littérature scientifique sur les nanotubes de carbone, qui montrent qu’ils peuvent atteindre les dimensions extra-longues citées par Zalewski.

D’autre part, dans la conférence, il fait allusion au fait que “l’organisme supposé” est né d’œufs. Cela n’a pas été prouvé, puisque Zalewski lui-même admet qu’il ne les a pas trouvés. Il fait toutefois allusion au fait qu’elles se développent dans un environnement fertile offrant des conditions propices à la croissance et à l’éclosion, c’est-à-dire une abondance de matériaux carbonés (graphène) et d’autres métaux. De plus, il explique que pendant 4 jours, les bras du corps étranger ont poussé dans une chambre de pulvérisation, où il aurait déclaré «la température est élevée, de sorte que le graphène est pulvérisé, l’arc électrique brûle». Enfin, l’exposition se termine par la présentation d’une troisième preuve graphique dans laquelle est présentée une “sorte de griffe” de carbone, dans laquelle se terminent les bras de l’objet/organisme, comme le montre la figure 3. 

Fig.3. Image d’une « griffe » obtenue par le Dr. Zalewski, très similaire, bien que d’un point de vue différent, au panache du rapport du Scientific Club, sur lequel a travaillé le Dr.

Évaluation

La description et les images fournies par le Dr Zalewski ne permettent pas de conclure que le corps étranger observé est une forme de vie synthétique à base de carbone et/ou d’aluminium. Il n’existe aucune preuve vidéo de son évolution et de son développement. En revanche, il est vrai que Zalewski fournit toutes les clés qui permettent de développer les nanopulpes de carbone, comme nous allons l’expliquer dans les points suivants :

  1. Pour que les bras de la nanopulpe de carbone se développent, deux éléments sont nécessaires, d’une part le graphène ou le carbone, et d’autre part un matériau de nucléation catalytique, qui peut être le nickel (Ni) ou un autre tel que l’aluminium (Al), comme indiqué dans la recherche suivante (Lobo, L.S. 2017 | Ermakova, M.A. ; Ermakov, D.Y., Chuvilin, A.L. ; Kuvshinov, G.G. 2001 | 居艳 ; 李凤仪 ; 魏任重 ; 饶日川. 2004 | Wei, R. ; Li, F. ; Ju, Y. 2005 | Austing, D.G. ; Finnie, P. ; Lefebvre, J. 2004). L’aluminium est donc un matériau compatible avec la nucléation des nanotubes de carbone, ce qui explique la composition trouvée par Zalewski. En fait, selon (Pham-Huu, C. ; Vieira, R. ; Louis, B. ; Carvalho, A. ; Amadou, J. ; Dintzer, T. ; Ledoux, M.J. 2006 | Emmenegger, C. ; Bonard, J.M. ; Mauron, P. ; Sudan, P. ; Lepora, A. ; Grobety, B. ; Schlapbach, L. 2003) déclare que «Apparemment, le diamètre des CNF (Carbon Nanofibers) ne dépend pas du diamètre initial de la particule de catalyseur, mais seulement de la modification structurelle de la particule de nickel de départ pendant le processus de croissance.  Expliquer le diamètre homogène (c’est-à-dire 10-40 nm) des nanotubes de carbone multiparois cultivés à partir d’une couche initiale continue d’oxyde de fer déposée sur un substrat d’aluminium plat par revêtement par centrifugation. Une fragmentation continue des particules du catalyseur s’est produite au cours de la synthèse, conduisant à la formation de centres actifs plus petits par la formation d’un carbure métastable suivie de sa décomposition en particules de carbone et de fer».
Fig.4. échantillons de la littérature scientifique dans lesquels des nanotubes de carbone ont été cultivés à partir de divers catalyseurs à l’aluminium. Ils ont également été cultivés de différentes manières et dans des conditions environnementales et de température différentes, bien que dans tous les cas, ils aient réagi plus rapidement à la chaleur.

2. La tête du corps étranger, un sphéroïde, à partir duquel les bras se développent est en fait la particule sphéroïde nécessaire à la nucléation et à la croissance des bras de nanopulpe de carbone, comme l’a rapporté le Dr. (Lobo, L.S. 2017) dans son travail, dont le matériau est le carbone et le catalyseur le métal, voir figure 5. Selon la structure carbone-graphène de la surface sphéroïde, différentes géométries peuvent se développer à partir desquelles les bras observés émergent, ce qui explique pourquoi dans le cas de Zalewski, 3 ont émergé, mais dans le cas de Madej 4 ont été vus, et dans le cas de l’image de la Cinquième Colonne un total de 8, voir figure 1. Ce phénomène est décrit par (Lobo, L.S. 2017) comme suit «ici nous avons choisi de relier la forme du sphéroïde à une référence à un cube imaginaire pour aider à comprendre le nombre de ses facettes et sa géométrie. Avec cette géométrie en tête, lorsque la nucléation et la croissance ont lieu sur un ensemble particulier de facettes, le comportement observé peut être mieux compris. Y a-t-il une croissance préférentielle sur 6, 8 ou 12 pattes ? Ce sera une clé pour confirmer l’orientation cristalline dominante favorisée pour la nucléation.» Le processus de croissance des nanotubes de carbone est expliqué dans l’entrée sur les nanopulpes de carbone. 

Fig.5 Schéma de la croissance d’une pieuvre de carbone à partir d’une particule sphéroïde de carbure de nickel. (Lobo, L.S. 2017)

3. Selon Zalewski, la croissance la plus développée des filaments ou des bras, s’est produite lorsque l’échantillon a été introduit dans «une chambre de pulvérisation, où la température est élevée, de sorte que le graphène est pulvérisé, l’arc électrique brûle», ce qui coïncide avec les conditions de croissance des pieuvres de carbone, à des températures modérément élevées, comme l’indique la littérature scientifique (Lobo, L. S. 2017 | Saavedra, M. S. 2014 | Dasgupta, K. ; Joshi, J.B. ; Paul, B. ; Sen, D. ; Banerjee, S. 2013). En plus de cette méthode de croissance, la croissance de nanofibres/nanotubes de carbone par micro-ondes a également été rapportée (Mubarak, N.M. ; Abdullah, E.C. ; Sahu, J.N. ; Jayakumar, N.S. ; Ganesan, P. 2015) dans leur étude. 

4. La longueur des nanotubes de carbone est variable, ce qui coïncide avec la description donnée par Zalewski, qui est compatible avec les nanopulpes de carbone et la formation de leurs bras (nanotubes de carbone), comme le montre la figure 2. Selon (Lobo, L.S. 2017), la longueur dépend de la quantité de graphène environnant dans la solution et du catalyseur utilisé pour effectuer leur croissance.

5. Enfin, il convient de mentionner la question des “griffes de carbone” mentionnées par Zalewski, que l’on peut observer sur la figure 3. Cependant, l’image fournie comme preuve ne montre que l’objet, indépendamment des bras ou des tentacules, et il n’est donc pas possible de prouver qu’il y est attaché. L’image fournie comme preuve est très similaire à celle partagée dans le rapport de “The Scientists Club” auquel le Dr Campra a participé, sous le titre “NANOTECHNOLOGICAL INVESTIGATIONS ON COVID-19 VACCINES : Detection of toxic nanoparticles of graphene oxide and heavy metals”. La forme pointue, qui ressemble à un couteau ou à un stylo, pourrait être un défaut du matériau ou, comme ils l’appellent dans le travail de (Shudin, N.H. ; Aziz, M. ; Othman, M.H.D. ; Tanemura, M. ; Yusop, M.Z.M. 2021), un catalyseur, ou une partie de celui-ci, qui se brise sans croissance des nanotubes de carbone, ce qui expliquerait la forme pointue, voir figure 6b. Cependant, cet objet est encore en cours d’identification et il est trop tôt pour donner une identification fiable à ce stade. 

Fig.6. illustration schématique du mécanisme de croissance (a) catalyseur non réagi, (b) rupture du catalyseur sans croissance des CNT et croissance des CNT avec (c – f) faible P CH4 et (c′ – f ′) fort P CH4. (Shudin, N.H. ; Aziz, M. ; Othman, M.H.D. ; Tanemura, M. ; Yusop, M.Z.M. 2021)

Opinions

En résumé, par logique, en considérant tous les aspects exposés dans la section d’évaluation, il semble que la supposée forme de vie synthétique pourrait être plutôt une pieuvre en carbone, avec des particularités spécifiques de croissance et de physionomie, données par les matériaux de composition, la température et les conditions dans lesquelles elle a été analysée. Tous les paramètres de croissance, la morphologie, les matériaux, l’échelle et les dimensions sont conformes à ceux trouvés dans la littérature scientifique. Cependant, aucun organisme synthétique, vivant ou mobile, présentant la morphologie ci-dessus n’a encore été trouvé dans la littérature scientifique. 

Bien que les preuves conduisent à la mise en évidence de nanopulpes de carbone, et donc du résultat de la fabrication et de l’ingénierie humaine, sans vie, matérialisée par un phénomène de croissance inorganique, on ne peut exclure que dans le vaccin il n’y ait pas d’autres éléments qui répondent aux principes des organismes artificiels et présentent au moins une vie apparente propre. En fait, il existe des preuves d’un corps étranger qui présente un mouvement et une autonomie apparente, qui sera identifié dans l’une des prochaines entrées de ce blog. 

En ce qui concerne le travail effectué par le Dr Zalewski, nous lui sommes reconnaissants de son effort pour offrir au monde une analyse microscopique du vaccin, pour le partager, pour sensibiliser et pour le faire connaître avec le souci qui caractérise toute personne de science. Quel que soit le type d’objet en question, il semble évident que ces éléments, objets et matériaux, qui semblent clairement avoir été fabriqués intentionnellement par les fabricants, ne devraient pas être trouvés.

Les nanopulpes de graphène sont des éléments importants pour former le matériel neuronal nécessaire à la neuromodulation/neurostimulation sans fil par ondes électromagnétiques (EM micro-ondes), car ils permettent de relier les tissus cérébraux, les neurones, la glie, les astrocytes, etc., en augmentant les synapses, mais aussi les synapses des neurones, de la glie et des astrocytes, en augmentant la synapse, mais aussi en permettant de l’impacter, grâce à la capacité supraconductrice, comme expliqué dans l’entrée sur les nanopulpes et les nanotubes, les réseaux de nanocommunication pour les nanotechnologies dans le corps humain et le système de routage CORONA pour les nanoréseaux. 

Bibliographie

Les urls afférentes à cet article peuvent être consultées sur le blog de Mik Andersen. [239]

*************

L’oxyde de graphène en agriculture, à l’origine du coronavirus ?

Référence Zhang, M.; Gao, B.; Chen, J.; Li, Y.; Creamer, A.E. ; Chen, H. (2014). “Slow-release fertilizer encapsulated by graphene oxide films”. [269] Engrais à libération lente encapsulés par des films d’oxyde de graphène. 

Faits

1. La recherche montre que le nitrate de potassium KNO3 encapsulé dans des films d’oxyde de graphène GO permet une libération lente, adaptée à la croissance et à la production des cultures. Le KNO3 se lie aux films d’oxyde de graphène GO, formant des granules d’engrais qui se décomposent dans l’eau après 8 heures.

2. Selon les réflexions des auteurs, ils déclarent : «Nous pensons que cette nouvelle technologie d’enrobage pourrait être très prometteuse pour le développement d’engrais à libération contrôlée, sans danger pour l’environnement, destinés à la production végétale». C’est complètement faux, étant donné que l’oxyde de graphène GO est responsable de causer des effets très nocifs, toxiques, néfastes sur le corps humain, des maladies neurodégénératives, la destruction des cellules, la thrombose, la tempête de cytokines, entre autres effets du c0r0n@v|rus, déjà décrits dans ce blog.

3. Le raisonnement qui sous-tend leur recherche est également très intéressant, puisqu’ils affirment que «pour maintenir le rendement des cultures, il faut appliquer des engrais sur les sols afin de fournir aux plantes les nutriments essentiels. Des estimations prudentes montrent que 30 à 50 % des rendements des cultures sont attribués aux engrais commerciaux naturels ou synthétiques. L’agriculture moderne devenant de plus en plus dépendante des ressources en engrais non renouvelables, les minéraux connexes sont susceptibles de produire une qualité moindre à des prix plus élevés à l’avenir. Certains des éléments nutritifs contenus dans ces engrais non renouvelables ne sont pas assimilés par les plantes et s’infiltrent donc dans les eaux souterraines ou de surface, provoquant une eutrophisation et constituant un risque majeur pour l’écosystème. Afin d’améliorer la qualité des engrais et de protéger l’environnement et l’écosystème, de plus en plus de recherches ont été menées pour développer de nouvelles technologies permettant de délivrer les nutriments aux plantes de manière lente ou contrôlée dans l’eau ou le sol». 

4. En revanche, les auteurs semblent tout à fait d’accord pour dire que l’oxyde de graphène ne présente pas de risque pour l’homme, ce qui est justifié par la méthode de fabrication, comme ils l’affirment dans le paragraphe suivant : «Bien qu’il y ait également des préoccupations concernant l’impact environnemental potentiel de la production à grande échelle de graphène ou d’oxyde de graphène (GO) par des méthodes traditionnelles d’oxydation et de réduction, les progrès récents des technologies permettent de les préparer par des méthodes respectueuses de l’environnement, qui ne nécessitent pas de matières premières toxiques et d’agents d’oxydation/réduction. Par exemple, il a été démontré que les oxydes de graphène peuvent être produits à grande échelle par exfoliation électrochimique de noyaux de crayons dans des électrolytes aqueux sans avoir recours à des agents chimiques toxiques». L’article ne mentionne absolument pas les effets néfastes sur la santé humaine que pourrait avoir la consommation de légumes et de plantes contenant de l’oxyde de graphène, ou l’absorption d’oxyde de graphène par les plantes et donc les implications très graves pour le consommateur. Cela montre l’intérêt scientifique d’améliorer les rendements et les profits dans l’agriculture au détriment de la santé et de la sécurité publiques. On en trouve un autre exemple dans l’étude de (Gao, M. ; Xu, Y. ; Chang, X. ; Dong, Y. ; Song, Z. 2020) sur les effets bénéfiques de l’oxyde de graphène dans la culture des laitues, qui empêche l’absorption du cadmium. Si l’on ne peut nier que l’oxyde de graphène limite l’absorption de certains métaux lourds, il s’agit de la substitution d’un matériau toxique par un autre, et cela ne résout donc pas l’objectif de la recherche, qui serait de le rendre sûr pour la consommation humaine. En ce qui concerne l’absorption du cadmium par le blé et le riz, les études de (Gao, M. ; Song, Z. 2019) et (He, Y. ; Qian, L. ; Zhou, K. ; Hu, R. ; Huang, M. ; Wang, M. ; Zhu, H. (2019) montrent clairement l’intérêt de réduire les niveaux de ce contaminant. Cependant, les résultats n’ont pas été ceux escomptés, car l’oxyde de graphène GO a affecté la croissance des racines des plantules de blé, amplifiant sa phytotoxicité (dommages aux plantes). En fait, (Gao, M. ; Song, Z. 2019) affirme que «les racines sont des organes d’absorption et métaboliques importants dans les plantes cultivées ; leur statut de croissance et leur force métabolique affectent directement la croissance des plantes. Nos résultats indiquent que le GO augmente la toxicité du cadmium dans les racines des semis de blé et inhibe la division cellulaire, entraînant une diminution de la longueur totale des racines, de la surface totale des racines, du diamètre moyen des racines et du nombre de poils racinaires. En outre, le cadmium a induit une diminution significative de la teneur en protéines de la carcasse et une augmentation marquée des cytochromes dans les racines en présence de GO, par rapport au traitement de contrôle, ou aux traitements avec Cd ou GO seuls. Les images TEM ont montré que le GO a pénétré dans les tissus des racines du blé et a ensuite été transféré dans les feuilles». Cette affirmation est cruciale, car elle prouve clairement que l’oxyde de graphène présent dans le sol des cultures est transféré aux racines, aux feuilles et donc aux fruits et aux comestibles qu’elles sont censées produire. C’est la preuve que l’oxyde de graphène peut contaminer les sols, les cultures et les aliments, ce qui est une raison plus que suffisante pour mettre un terme à son adoption. En revanche, les travaux de (He, Y. ; Qian, L. ; Zhou, K. ; Hu, R. ; Huang, M. ; Wang, M. ; Zhu, H. 2019) reconnaît le potentiel de l’oxyde de graphène pour la croissance des plantes, mais aussi la question du renforcement de la toxicité dans des sols préalablement contaminés par des métaux lourds, étant donné que l’oxyde de graphène GO est capable de les adsorber, comme l’ont démontré (Wang, X. ; Pei, Y. ; Lu, M. ; Lu, X. ; Du, X. (2015) et avec elle, l’assimilation des nutriments absorbés par les plantes. 

5. Pour en revenir à la critique de l’article de (Zhang, M. ; Gao, B. ; Chen, J. ; Li, Y. ; Creamer, A.E. ; Chen, H. 2014), la citation suivante «a développé une méthode simple, efficace et évolutive pour déposer chimiquement des nanoparticules de Fe3O4 sur GO. Cet hybride peut être chargé avec le médicament anticancéreux DXR avec une capacité de charge élevée». Cette nomination est d’une importance capitale pour plusieurs raisons. Tout d’abord, elle montre que les chercheurs se sont inspirés des techniques qui utilisent les nanoparticules de Fe3O4 (magnétite) et l’oxyde de graphène pour contrôler l’administration de médicaments et de biocides (Yang, X. ; Zhang, X. ; Ma, Y. ; Huang, Y. ; Wang, Y. ; Chen, Y. 2009). De plus, parce qu’ils ont pris comme référence l’étude de (Zu, S.Z. ; Han, B.H. 2009) pour la formation de nano-feuilles et de copolymères de graphène en hydrogel supromoléculaire. Il s’appuie également sur les travaux de (Yang, X. ; Wang, Y. ; Huang, X. ; Ma, Y. ; Huang, Y. ; Yang, R. ; Chen, Y. 2011 | Liu, Z. ; Robinson, J.T. ; Sun, X. ; Dai, H. 2008) qui établissent un lien direct entre l’utilisation de l’oxyde de graphène en solution aqueuse et le traitement du cancer. Et ce n’est pas tout, puisque les nanoparticules de Fe3O4 (magnétite) avec l’oxyde de graphène GO ont des propriétés électromagnétiques micro-ondes qui fonctionnent à des fréquences compatibles avec la 5G, voir (Ma, E. ; Li, J. ; Zhao, N. ; Liu, E. ; He, C. ; Shi, C. 2013), également cité dans l’entrée “L’oxyde de graphène absorbe aussi la 2G, la 3G, la 4G et la 5G”. En outre, les nanoparticules Fe3O4/GO sont utilisées dans l’administration de vaccins ADN pour des traitements expérimentaux du cancer (Shah, M.A.A. ; He, N. ; Li, Z. ; Ali, Z. ; Zhang, L. 2014), en raison de leur échelle nanométrique et de leur capacité à transporter des antigènes et des reformulations génétiques par des techniques CRISPR, comme l’ont démontré (Abbott, T. R. ; Dhamdhere, G. ; Liu, Y. ; Lin, X. ; Goudy, L. ; Zeng, L. ; Qi, L.S. 2020 | Ding, R. ; Long, J. ; Yuan, M. ; Jin, Y. ; Yang, H. ; Chen, M. ; Duan, G. 2021 | Teng, M. ; Yao, Y. ; Nair, V. ; Luo, J. 2021), qui feront l’objet d’un rapport dans les prochaines entrées. Il est donc clair que l’oxyde de graphène GO combiné au Fe3O4 est testé depuis longtemps dans le secteur agricole et dans les vaccins contre le cancer par modification génétique de l’ADN, et est bien connu pour ses propriétés électromagnétiques. 

6. Les granulés d’engrais enrobés d’oxyde de graphène (KNO3/GO) ont un procédé de fabrication particulier. Tout d’abord, une concentration de nano-feuilles d’oxyde de graphène (figure 1a-haut-gauche) est prélevée, séchée et combinée avec des granulés de KNO3 dans un four à 90°C pendant 6 heures. Les nano-feuilles d’oxyde de graphène GO recouvrent alors les granules pour former des boulettes (figure 1a, en haut à droite). Il convient de mentionner la forte ressemblance des images avec la microscopie obtenue dans le travail de (Campra, P. 2021), voir Détection d’oxyde de graphène dans une suspension aqueuse (Comirnaty™ RD1 = Pfizer Vaccine).

Opinions

L’oxyde de graphène pourrait être utilisé dans les engrais agricoles, étant donné ses capacités de libération lente des composés fertilisants. Si c’est vrai, cela signifierait une contamination du sol et probablement des cultures et de toute la chaîne alimentaire.

Il semble souhaitable que tous les engrais utilisés en agriculture soient testés pour détecter la présence d’oxyde de graphène et que l’utilisation de ces produits soit interdite, car ils pourraient contaminer les cultures.

S’il est confirmé que les champs sont contaminés par des engrais et des pesticides à base d’oxyde de graphène, cela signifierait qu’une partie importante des terres ne pourrait pas être utilisée pendant un certain temps (encore indéterminé, inconnu), jusqu’à ce que la contamination soit atténuée. Mais cela signifierait également que l’oxyde de graphène se retrouverait dans la nappe phréatique, de sorte que les puits d’eau utilisés pour l’irrigation et la boisson pourraient également être affectés. Toutes les sources d’eau doivent être analysées et les enquêtes nécessaires doivent être menées pour s’assurer que les champs, les sources et les eaux souterraines ne sont pas contaminés par l’oxyde de graphène et sont sans danger. Dans cette section, il convient également de réfléchir au fait que la perte de terres arables, ainsi que de réserves d’eau, peut entraîner l’augmentation nécessaire des prix des denrées alimentaires et des biens de base et essentiels, tels que l’eau. 

Il montre que l’oxyde de graphène a été largement utilisé dans la recherche, dans toutes les applications et utilisations possibles (agriculture, médecine, électronique, ingénierie, etc.), en concentrant l’attention et les efforts sur l’obtention de bénéfices et de meilleures performances, sans prêter attention à la biosécurité et à la toxicité potentielle, qui avaient déjà été mises en garde depuis de nombreuses années dans la littérature scientifique.

L’article fournit des indices très importants reliant l’oxyde de graphène aux vaccins ADN contre le cancer et la magnétite Fe3O4 qui correspond aux cadres magnétiques des personnes affectées par les c0r0n@v|rus et les radiations électromagnétiques 5G, ainsi que la relation avec les hydrogels et l’oxyde de graphène dans les solutions aqueuses. En fait, il est très probable que le contenu en oxyde de graphène détecté dans les vaccins c0r0n@v|rus par (Campra, P. 2021) puisse contenir de la magnétite Fe3O4. 

Bibliographie

Les urls afférentes sont dans l’article original de Mik Andersen. [270]