Artemisia: Déesse des Païens et Mère des Sorcières

Artémis s’appelait aussi, parfois, Artemisia Eileithyia. Dans la cosmogonie antique Grecque, Eileithyia est la déesse de la naissance. Son nom serait dérivé du verbe “eleutho” (ἐλεύθω), “conférer” – la déesse étant, ainsi, “celle qui confère” – et le nom qu’elle porte en Messénie et en Laconie, à savoir “Elysia”, suggérerait, de plus, une connexion directe à Eleusis, le centre des Mystères Grecs où les initiés partageaient de la boisson enthéogénique, le “Kikeon” – un breuvage concocté principalement à partir d’ergots Claviceps. Selon Pline, les deux déesses Artemisia et Eileithyia fusionnèrent à une certaine époque.

Selon certains auteurs, Artémis est la déesse la plus réputée de la Grèce. Dans l’une de ses formes originelles, elle est une déesse de l’agriculture en Arcadie et elle y devient aussi la déesse de la vie sauvage et de la chasse. Son frère jumeau est Apollon. Artémis est vierge et liée à nul homme: sa mission est de protéger les femmes et la vie sauvage. Continuer la lecture

Los Cantos de Xochi: Les Tambours de Xochipelli se sont libérés

Ce quatrième Canto de Xochi présente mon “adéesse” aux fonctions de direction et de présidence-fondatrice qui furent miennes, depuis près de vingt années, au sein de l’Association Kokopelli – une association que nous avons créée, en 1999, sur les cendres de notre société familiale Terre de Semences, attaquée par la Mafia semencière. Ce Canto est sous forme parfois autobiographique et il fait, ainsi, suite à deux premiers Cantos, “Les Tambours de Xochipelli se sont réveillés” et “Chroniques de l’Oregon”, que j’ai rédigés – contrairement à mes habitudes Gnostiques d’oeuvrer dans les coulisses de l’Innovation – afin de disperser, dans le métabolisme de l’Atmosphère, les intempéries induites par les rumeurs nauséabondes de certains experts en diffamation qui n’apprécient pas, à sa juste valeur, ma remise en question intégrale des baudruches du Système, fondé sur un paradigme qui serait burlesque s’il n’était pas génocidaire, ou qui n’apprécient pas mon intimité d’oeuvrer avec le Nagual et Instructeur Gnostique, John Lash. De plus, l’appréhension d’un phénomène, biographique ou social, ne peut pas faire l’impasse quant à la connaissance de l’essence de son origine. Et c’est pourquoi, d’ailleurs, il est peu de choses qui puissent être recyclées du Système Occidental Patriarcal fondé sur des religions messianiques – et d’Outre-Mère parce qu’extraterrestres – qui haïssent la Vie, qui prônent une idéologie de race maîtresse – et donc une idéologie de génocide – et qui sont, depuis des milliers d’années, totalement déconnectées de la Source, de la Mère, de la Terre-Mère, de Pachamama, de Gaïa-Sophia. C’est la philosophie qui m’a amené sur le chemin des plantes médicinales – la Guirlande Magique – et sur celui, ensuite, des plantes potagères. Je parle de PhiloSophia, l’amour de Sophia, l’amour de Sagesse. Continuer la lecture