Translations d’Andromède: Commentaires de la Sloka 5

Les commentaires des Translations d’Andromède de John Lash présentent des bribes d’un mythe alternatif de la préhistoire de la Terre. Le mythe n’est pas complet, ou séquentiel dans ces notes, mais il peut être pressenti d’après les aspects mis en exergue.

Tous les commentaires et l’épopée des Translations d’Andromède ont été placés sur mon nouveau site Magie Tantrique Gaïenne qui rassemble toutes mes traductions de l’oeuvre de John Lamb Lash.

Sarod

Un instrument de musique classique Hindoue à ne pas confondre avec le sitar beaucoup plus connu. Le sarod est un grand luth avec deux jeux de cordes et une plaque métallique. Les cordes sont pincées plutôt que frappées générant un son percutant distinct du gémissement exotique du sitar.

La musique de sarod est privilégiée par les Tantrikas par la façon dont elle stimule la pulsation d’excitation de la Kundalini, de la Puissance du Serpent, lorsqu’elle jaillit au travers du sushuma, le canal central dorsal de l’anatomie subtile des êtres humains. Bien que les Andromèdiens ne possèdent pas une structure anatomique similaire – leur corps entier étant plasmatique plutôt que somatique – ils peuvent faire l’expérience de l’impulsion du sarod au travers de sensations  de leur vortex anatomique primaire, plus ou moins comparable à la veine cave dans l’anatomie humaine. Continuer la lecture

Refuge pour les Non-Nés

Refuge pour les Non-Nés

Conversions de William Butler Yeats

John Lamb Lash. Traduction de Xochi

Avant-Propos de Xochi, le traducteur. Cela fait 7 années que j’ai traduit ces poèmes Tantriques et Gaïens de John Lash. Aujourd’hui, je les mets en ligne parce que les temps changent et que cela me fait bien plaisir.

 

1. La Tantrika et le Terton.

Tantrika. Durant toute cette soirée, j’ai musé en un rêve et je t’ai vu traquer des formes parmi les étoiles: tout d’abord, le noeud dans la corde entre les deux baleines: l’une bondissant vers Andromède, l’autre plongeant à l’ouest, puis un fuseau que tu devinas à l’image d’une tête de vautour,  et puis, enfin, la fleur ensanglantée de la féminité,  Pushpa, ta divination de l’Enfant Etincelant.

Continuer la lecture

Le Mythos de Gaïa. Première Ode: La Déesse Déchue

Avant-Propos de Xochi, le traducteur. Cela fait 7 années que j’ai traduit cette présentation très poétique, par John Lash, du Mythos de Gaïa. Nous étions au coeur du désastre nucléaire de Fukushima – toujours en cours et à jamais. J’avais transformé le blog de Kokopelli en blog de la vérité sur Fukushima – au cas où la vérité sur le génocide nucléaire aurait intéressé une poignée d’êtres humains. Et la vérité est souvent tellement poignante – parce que tellement prégnante d’impuissance – qu’elle requiert, parfois, quelques respirations métaphysiques pour la santé de l’âme. Ainsi donc, malgré que John Lash n’ait jamais achevé son poème en prose, j’ai décidé, aujourd’hui, de proposer ce que j’en ai traduit comme une forme de récréation, de régénération, suscitée par certains de mes articles récents qui nécessitent, une fois de plus, de plonger au coeur du génocide et au coeur de la démence des génocideurs. Cette Ode à Sophia est un Hommage à sa Beauté: un Torrent d’énergie plasmique émergeant du coeur du Plérome de la Voie Lactée, une Résonance émergeant du coeur de la Plénitude de la Voix Lactée, afin de s’incarner en ce magnifique vaisseau spatial, la Planète Terre, Gaïa.  

Mon nouveau site, Magie Tantrique Gaïenne, rassemble toutes mes traductions de l’oeuvre de John Lamb Lash. Continuer la lecture

Décodage du double tabou imposé sur les substances guérisseuses, visionnaires et sacrées

 

L’objectif déclaré, et transparent, de mon blog “Xochipelli”, est de mettre en lumière, fondamentalement, le tabou qui prévaut, depuis très longtemps, sur les substances et préparations guérisseuses, visionnaires et sacrées de la Biosphère Gaïenne,

que nous offrent les champignons, les plantes, les animaux, les minéraux…

Dans cette présente déclaration d’intention, je me fonde essentiellement sur la mise en exergue du tabou inversé, ou double tabou, ainsi qualifié par le Métahistorien John Lash – dont j’ai traduit l’intégralité de l’oeuvre écrite, sur mon site Liberterre et en publications. Ce double tabou a été imposé, par des psychopathes déments, à une partie de l’humanité d’alors, à savoir durant l’émergence de certaines tribus, ou sociétés, environ un millier d’années avant notre Ere, que l’on hésiterait, d’ailleurs, à qualifier de civilisations – du moins eu égard à leurs organes de contrôle.  Continuer la lecture

Histoire de la Guirlande Magique. John Lash.

 

Fable Enthéogénique dans la Légende d’Arthur

“C’est le moment, maintenant, des histoires sauvages, qui peuvent chasser la joie et provoquer l’exubérance – elles luttent avec ces deux”. Wolfram von Eschenbach. Parzival. Chapitre 10 (ouverture des épisodes de Gauvain).

Après avoir étudié l’amour et la transcendance dans la Romance Arthurienne, au cours de plusieurs leçons, il est temps de reprendre un thème essentiel de la quête du Graal: la blessure du Roi Pêcheur. Il pourrait sembler que nous ayons déjà abordé ce sujet sous plusieurs angles et que nous ayons déjà bien cerné la problématique. Mais, en fait, nous n’avons pas encore élucidé la clé essentielle de cet élément de l’histoire. Cette omission n’est sans doute pas surprenante car il existe un thème crucial de la Légende du Graal qui a été négligé par presque tous les érudits qui ont écrit sur le sujet. Cette omission est dûe à une astuce littéraire utilisée par Wolfram von Eschenbach pour tenir ses lecteurs à l’écart d’un secret en en débattant de manière désinvolte et détournée.

C’est ainsi que le poète protégea le secret initiatique encodé dans la Légende. Continuer la lecture

Le plus vieux tabou au monde. John Lash.

 

Comme je l’ai expliqué dans mon essai “L’Aube de la Révolution Enthéogénique”, n’ayant pas trouvé d’éditeur pour mon ouvrage “Le Paradis Interdit”, j’en ai présenté certaines parties sur mon site Metahistory.org. Dans l’introduction, j’y explique la nature insolite du tabou qui nous interdit, non seulement, l’accès aux plantes psychoactives mais qui nous occulte la connaissance même de leur existence. En d’autres mots, on nous interdit de connaître le fait même de leur interdiction et les raisons de cette interdiction. On nous empêche de nous opposer à ce tabou en nous maintenant dans l’ignorance de celui-ci.

Dans le présent essai, j’analyse, en termes du mythe Biblique de la Chute, le tabou qui a été placé sur les plantes visionnaires données par la Nature. C’est le contexte le plus approprié pour une telle analyse car les religions Abrahamiques, qui sont fondées sur ce mythe, représentent le mensonge paternel qui a été concocté pour dénier à l’humanité son héritage divin: la connexion avec Sophia, l’Anima Mundi, l’Intelligence consciente de la Terre. Continuer la lecture