Décodage du double tabou imposé sur les substances guérisseuses, visionnaires et sacrées

 

 

L’objectif déclaré, et transparent, de mon blog “Xochipelli”, est de mettre en lumière, fondamentalement, le tabou qui prévaut, depuis très longtemps, sur les substances et préparations guérisseuses, visionnaires et sacrées de la Biosphère Gaïenne,

que nous offrent les champignons, les plantes, les animaux, les minéraux…

Dans cette présente déclaration d’intention, je me fonde essentiellement sur la mise en exergue du tabou inversé, ou double tabou, ainsi qualifié par le Métahistorien John Lash – dont j’ai traduit l’intégralité de l’oeuvre écrite, sur mon site Liberterre et en publications. Ce double tabou a été imposé, par des psychopathes déments, à une partie de l’humanité d’alors, à savoir durant l’émergence de certaines tribus, ou sociétés, environ un millier d’années avant notre Ere, que l’on hésiterait, d’ailleurs, à qualifier de civilisations – du moins eu égard à leurs organes de contrôle.  Lire la suite

Histoire de la Guirlande Magique. John Lash.

 

Fable Enthéogénique dans la Légende d’Arthur

“C’est le moment, maintenant, des histoires sauvages, qui peuvent chasser la joie et provoquer l’exubérance – elles luttent avec ces deux”. Wolfram von Eschenbach. Parzival. Chapitre 10 (ouverture des épisodes de Gauvain).

Après avoir étudié l’amour et la transcendance dans la Romance Arthurienne, au cours de plusieurs leçons, il est temps de reprendre un thème essentiel de la quête du Graal: la blessure du Roi Pêcheur. Il pourrait sembler que nous ayons déjà abordé ce sujet sous plusieurs angles et que nous ayons déjà bien cerné la problématique. Mais, en fait, nous n’avons pas encore élucidé la clé essentielle de cet élément de l’histoire. Cette omission n’est sans doute pas surprenante car il existe un thème crucial de la Légende du Graal qui a été négligé par presque tous les érudits qui ont écrit sur le sujet. Cette omission est dûe à une astuce littéraire utilisée par Wolfram von Eschenbach pour tenir ses lecteurs à l’écart d’un secret en en débattant de manière désinvolte et détournée.

C’est ainsi que le poète protégea le secret initiatique encodé dans la Légende. Lire la suite

Le plus vieux tabou au monde. John Lash.

 

Comme je l’ai expliqué dans mon essai “L’Aube de la Révolution Enthéogénique”, n’ayant pas trouvé d’éditeur pour mon ouvrage “Le Paradis Interdit”, j’en ai présenté certaines parties sur mon site Metahistory.org. Dans l’introduction, j’y explique la nature insolite du tabou qui nous interdit, non seulement, l’accès aux plantes psychoactives mais qui nous occulte la connaissance même de leur existence. En d’autres mots, on nous interdit de connaître le fait même de leur interdiction et les raisons de cette interdiction. On nous empêche de nous opposer à ce tabou en nous maintenant dans l’ignorance de celui-ci.

Dans le présent essai, j’analyse, en termes du mythe Biblique de la Chute, le tabou qui a été placé sur les plantes visionnaires données par la Nature. C’est le contexte le plus approprié pour une telle analyse car les religions Abrahamiques, qui sont fondées sur ce mythe, représentent le mensonge paternel qui a été concocté pour dénier à l’humanité son héritage divin: la connexion avec Sophia, l’Anima Mundi, l’Intelligence consciente de la Terre. Lire la suite