Zéolithes Médicinales pour se Décontaminer et se Déhalluciner le Mental.

Nous sommes au 1er janvier de l’An 02 des Gilets Jaunes et même si le Refroidissement Planétaire, induit par le Grand Minimum Solaire de Zharkova, commence à impacter l’Atmosphère de la Terre-Mère, cela promet d’être une année chaleureuse pour les Peuples…  qui ne peuvent rien imaginer de mieux qu’un 20/20 quant au dégommage de tous les verrous orchestrés par les Banksters et autres Autorités criminelles, psychopathiques et génocidaires, grands experts en Mal Social.

Je viens de retrouver ces deux traductions que j’ai réalisées, au printemps 2011, à la suite du désastre nucléaire de Fukushima. Elles concernent le monde des Zéolithes – dont il existe plus d’une soixantaine de types dans la Nature.  Il me semble très avisé de les mettre en exergue de nouveau, d’une part, parce que cela participe au désenvoûtement médiatique concernant les cycles du carbone et du dioxyde de carbone et, d’autre part, parce que ces argiles constituent des substances médicinales extrêmement efficaces, et antioxydantes, pour éliminer les radicaux libres… Et pour soulager, mentalement, tous les éco-fanatiques et radicalisés non-libres – à savoir tous les esclaves de la Lobotomisation et de l’Hallucination d’Etat. Xochi.

************************

Les Poudres de Roches de la Classe des Zéolithes

Traduction par Xochi du chapitre 7 de l’ouvrage The Enlivened Rock Powders dont l’auteur, Harvey Lisle, était un agronome, radiesthésiste et sourcier célèbre aux USA. Il décéda, en 2009 à l’âge de 93 ans, avec une baguette de sourcier dans les mains, en chutant dans un escalier. Ce premier article introduit donc un nouveau dossier sur les zéolithes que nous allons mettre en place, au fil des mois. Rappelons que les zéolithes constituent l’un des fronts les plus efficaces de lutte contre la contamination radioactive dans les sols et contre l’accumulation radioactive subséquente au sein de la chaîne alimentaire. Nous reviendrons ultérieurement sur les concepts de paramagnétisme.

Les poudres de roches de la classe des zéolithes sont de nature paramagnétique. Bien qu’elles ne soient pas des argiles, elles agissent tout comme les argiles. Elles sont pratiquement inconnues dans l’agriculture US alors qu’elles sont utilisées avec succès au Japon. Il n’est que temps que je me familiarise avec ces roches et elles doivent, certainement, siéger à une place d’honneur dans ce présent ouvrage. J’avoue que ma connaissance des zéolithes est relativement limitée et c’est pour cela que je m’en remet aux dossiers fournis par Geo-Environment Services au Texas à Austin. J’encourage les lecteurs intéressés, par ces informations, à contacter les fournisseurs ou des manuels de minéralogie.

Depuis leur découverte, par le Baron et minéralogiste Suédois Axel Frederik Cronstedt en 1756, plus d’une quarantaine de zéolithes naturelles ont été identifiées. Le nom “zéolithe” signifie “roche en ébullition”. Ce terme est dérivé des termes Grecs Zeo pour bouillir et Lithos pour minéral. Le terme composé zéolithe fait référence à la perte d’eau conséquente dont est sujette la zéolithe lorsqu’elle est chauffée.

Il fut découvert, à cette époque, que les zéolithes naturelles sont des constituants majeurs de nombreux dépôts de cendres volcaniques dans les sédiments salins des lacs de l’ouest des USA et dans les sédiments marins massifs au Japon et en Italie. Depuis cette époque, plus d’un millier de dépôts de zéolithes, dans des roches sédimentaires d’origine volcanique, ont été découverts dans plus de 40 pays du monde. La qualité et la grande pureté des dépôts naturels de zéolithe ont suscité de considérables intérêts financiers aux USA et ailleurs.

Les zéolithes possèdent des structures cristallines inhabituelles qui leur confèrent des propriétés chimiques uniques. Elles sont constituées d’un réseau tétraédrique de silicates et d’aluminium qui forment ensemble des alumino-sillicates. Il en résulte une structure étendue, en nid d’abeille, de cavités et de canaux. Dans un gramme de zéolithe, les canaux pourvoient jusqu’à plusieurs centaines de mètres carrés de surface sur laquelle des réactions chimiques peuvent prendre place. Les zéolithes peuvent adsorber des volumes immenses de gaz. Les zéolithes naturelles peuvent adsorber jusqu’à 30 % de leur poids sec en azote et en gaz ammoniac. Cette propriété suggère que les zéolithes constitueraient une excellente poudre de roche à incorporer dans les tas de fumiers et dans les tas de compost, en phase initiale de décomposition, afin de fixer l’ammoniac qui sinon se dissiperait dans l’atmosphère. J’ai connu plusieurs fermiers qui conservaient du phosphate naturel dans leur étable afin d’en saupoudrer quotidiennement les tas de fumier frais. Cet usage possède une double fonction. Il fixe l’ammoniac libéré et, ultérieurement, lorsque le fumier est répandu dans les champs, le phosphore est alors disponible sous une forme plus assimilable.

Les fermiers Japonais suspendent des seaux de zéolithe au-dessus de leurs animaux d’élevage pour améliorer la santé des troupeaux. Bien que cela soit une excellente pratique, je doute fort que les fermiers Japonais sachent pourquoi ils le font. Les poudres de roche de zéolithes sont paramagnétiques et elles attirent donc les forces cosmiques qui circulent ensuite au travers des animaux et dans le sol. Ces forces cosmiques promeuvent la santé à la manière des argiles guérisseuses. Les fermiers ne disposant pas de zéolithe peuvent avoir ainsi recours à de la chaux ou à de l’argile paramagnétiques.

La capacité des zéolithes naturelles à absorber de larges quantités d’eau, même lorsque le niveau d’humidité est peu élevé, signifie qu’elles constituent des agents asséchants efficaces. Elles fonctionnent mieux, à cet égard, que des dessicants conventionnels. Au Japon, les fermiers utilisent les zéolithes naturelles pour sécher les fertilisants et la nourriture des animaux. Cette qualité suggère divers usages. Bien trop souvent, les fermiers sont obligés, par les conditions météorologiques, de stocker du foin qui est trop humide. Pourquoi ne pas utiliser un peu de zéolithe, au fil de l’élaboration du tas de foin, pour éliminer l’humidité importune? La question suivante se pose naturellement: comment les animaux réagissent-ils après avoir consommé du foin saupoudré de zéolithe? La plupart des poudres de roche de zéolithe sont bénéfiques pour les animaux. Je tenterais ma chance. Mais, bien sûr, c’est à chaque fermier de prendre ses décisions.

Si les zéolithes absorbent l’humidité même durant les cycles de temps sec, ne serait-il pas bénéfique d’en avoir dans les sols pour permettre aux cultures de passer au travers d’un été de sécheresse? En prime, les zéolithes, de par leur niveau très élevé d’échanges de cations, pourrait permettre d’élaborer une CEC (Capacité d’Echange Cationique) plus élevée pour le sol.

Lorsque les zéolithes adsorbent de l’humidité, elles génèrent de la chaleur. Lorsqu’elles perdent de l’humidité, elles se rafraîchissent. Elles constituent un four naturel modulant la température. Je ne sais pas si cette propriété peut posséder une quelconque influence sur la vie des sols. Je ne la mentionne que pour d’éventuelles recherches.

Une étude, en provenance de Suède, à récemment mis en valeur que la mordénite, une zéolithe naturelle, décontaminait la viande et les animaux vivants contaminés radioactivement par le désastre nucléaire de Tchernobyl. Cela explique pourquoi la famille Lubke, en Autriche, était capable de commercialiser ses produits qui étaient alors exempts de contamination. Bien que les Lubke n’utilisaient pas de zéolithe, leurs sols possédaient des propriétés telles qu’ils réagissaient de la même façon.

Certaines zéolithes peuvent améliorer la qualité des terres agricoles. Depuis plus d’un siècle, les fermiers Japonais ont amélioré leurs sols épuisés, acides et sableux en répandant des roches pulvérisées riches en zéolithes. Comme les zéolithes constituent d’excellents échangeurs d’ions, elles aident les sols à retenir d’importants nutriments telle que le potassium et l’azote. Cette capacité, combinée avec leur capacité de rétention d’eau, empêche les ions de potassium, de nitrates et d’ammoniac de s’échapper et de se lessiver dans les rivières. Lorsqu’elles sont utilisées en combinaison avec le fumier frais, les sels d’ammoniac, ou l’urée, les zéolithes contrôlent la libération d’azote en lui permettant de rester disponible pour les plantes pendant une durée conséquente de temps en prévenant des problèmes générés par ce que l’on appelle une brûlure d’azote. Les zéolithes permettent également que le potassium soit plus disponible pour les plantes.

Les premières recherches, quant à l’influence des zéolithes sur la nutrition animale, furent réalisées au Japon dans les années 1960. Ultérieurement, ces recherches préliminaires furent validées par des chercheurs en URSS, en Bulgarie, au Cuba, en Tchéquie , aux USA et dans d’autres pays. La plupart des expérimentations de complémentation nutritionnelle avaient recours à la clinoptilolithe mais aussi parfois à la mordénite. Les résultats de ces expérimentations révélèrent que les zéolithes – lorsqu’elles étaient ajoutées à la nutrition des poules, des cochons et du bétail – contribuèrent à une meilleure digestion, à un gain de poids, à la prévention et à la guérison des pathologies intestinales, à une baisse des dépenses médicales, au contrôle des odeurs agressives des excréments, au décroissement des valeurs de conversion de la nourriture animale, à une augmentation de la survie animale et à l’élimination des moisissures durant le stockage.

La bonté de la Nature nous a offert les zéolithes et leur a conféré des qualités paramagnétiques. C’est à nous de découvrir comment nous pourrions en bénéficier.

 

 Détoxification par les Zéolithes. 

Traduction par Xochi d’une partie de l’ouvrage Zeolite: Nature’s Heavy Metal Detoxifier du Docteur Howard Peiper.

Il existe une solution!

Il y a des millions d’années de cela, des dépôts de zéolithes se formèrent lorsque les volcans éruptèrent d’énormes quantités d’alumino-sillicates et de roches alcalines. Certaines de ces cendres furent emportées par les courants atmosphériques et se déposèrent en formant ainsi d’épaisses couches sédimentaires. Dans certains cas, les cendres tombèrent dans des lacs et, dans d’autres cas, les eaux percolèrent au travers des dépôts de cendres.

Les spécificités d’une zéolithe dérivent de son origine. De légères variations naturelles, telles que la température, la localisation et les propriétés des cendres et de l’eau, confèrent une composition légèrement différente, et donc des propriétés uniques, à certains de ces dépôts. Ces petites différences, qui prévalent durant la formation de couches sédimentaires, constituent la raison pour laquelle chaque dépôt de zéolithe naturelle possède des propriétés uniques et distinctes.

Les oxydes d’aluminium et les silicates des cendres volcaniques s’emboîtent pour former des structures stables, ouvertes et en forme de nids d’abeilles tridimensionnels. Il existe 48 types de structures de zéolithes naturelles. Par exemple, la clinoptilolithe possède un ratio de silice/aluminium de 4/1.

La zéolithe est une roche cristalline étonnante qui est capable d’adsorber et d’absorber de nombreux types différents de gaz, d’humidité, de pétrochimiques, de métaux lourds et d’éléments faiblement radioactifs et une multitude de composés divers. Les canaux dans la zéolithe pourvoient de très larges surfaces sur lesquelles des réactions chimiques peuvent prendre place. Les cavités et les canaux à l’intérieur de la zéolithe peuvent occuper jusqu’à 51 % de son volume. La zéolithe peut adsorber et absorber de larges quantités de substances, tels que des ions ou des molécules gazeuses.

Il existe trois sortes principales de zéolithes: fibreuse, feuillée ou cristalline. L’usage médical concerne la zéolithe cristalline qui contient des quantités élevées de clinoptilolithe.

 

Comment cela fonctionne-t-il?

La zéolithe se caractérise par une structure extrêmement dure, microporeuse et en nid d’abeille. Ces cavités et ces canaux constituent des ouvertures en lesquelles des minéraux ou des métaux lourds peuvent se lier. L’atome de silice possède une charge électrique neutre tandis que l’atome d’aluminium possède une charge électrique négative: il en résulte des sites chargés au sein de la structure cristalline. Le processus d’équilibrage, qui est à l’oeuvre afin de maintenir la neutralité électrique dans la clinoptilolithe, attire des minéraux de charge positive tels que le calcium, le magnésium, le potassium, le sodium et le fer. Ces cations communs (à savoir des ions chargés positivement) peuvent être aisément déplacés par des métaux lourds (tels que le cadmium, le mercure, le nickel et l’arsenic) pour être ensuite délogés du corps.

La zéolithe possède une histoire d’usage vétérinaire et industriel, incluant la purification de l’eau, la filtration de l’air, l’incorporation à de la nourriture pour les animaux d’élevage (afin de réduire la production d’ammoniac et d’accroître la capacité nutritionnelle), l’utilisation dans les étables et pour les litières des chats afin de diminuer les odeurs. La zéolithe a même été utilisée dans les filtres de cigarette afin de réduire la nicotine et les goudrons.

 

Usages Médicaux de la Zéolithe

Zéolithe en tant qu’anti-diarrhéique. De nombreuses personnes souffrent, de manière chronique, de crampes abdominales et de ballonnements mais également de constipation et de diarrhées. Ces symptômes peuvent résulter de ce que l’on appelle le syndrome de l’intestin irritable à savoir une situation par laquelle le tractus intestinal ne fonctionne pas de manière harmonieuse. Aux USA, ce sont entre 21 et 51 millions de personnes qui souffrent de ce syndrome occasionnant 2 à 3 visites médicales par année. Bien que ce syndrome affecte les gens de tous âges, de toutes races et des deux genres, il s’avère cependant que les 2/3 des personnes souffrantes sont de genre féminin.

Il est démontré que les silicates naturels font preuve d’activités biologiques diverses et qu’ils ont été utilisés avec succès en tant qu’adjuvants pour vaccins et pour le traitement des diarrhées et du syndrome de l’intestin irritable.

L’influence potentielle des zéolithes naturelles, sur la promotion de la croissance, a été attribuée à leur affinité élevée pour les ions d’ammoniac résultant en une réduction de la pénétration d’ammoniac, produit par la déamination des protéines durant les processus digestifs, au travers de la paroi intestinale. L’ammoniac est reconnu comme un toxique pour les cellules et la réduction de la quantité, à laquelle les cellules intestinales épithéliales sont exposées, pourrait amener à une réduction du renouvellement épithélial, à une économie d’énergie et à une utilisation plus optimale des nutriments.

L’influence positive la plus connue de la zéolithe naturelle concerne ses propriétés anti-diarrhéiques. La zéolithe diminue l’incidence de la maladie et du décès induits par les pathologies intestinales chez divers animaux. Fondée sur ces résultats, une étude exhaustive à été réalisée quant aux remèdes anti-diarrhéiques basés sur de la zéolithe naturelle en tant qu’agent actif dans la thérapie des pathologies diarrhéiques chez l’être humain. Cette recherche a permis que le remède Enterex soit approuvé dans le traitement des diarrhées chez l’homme.

L’ingestion de la zéolithe peut être comparée à la consommation d’argile considérée, dans la médecine traditionnelle, comme un remède pour diverses maladies. En raison des propriétés d’échanges d’ions, la zéolithe peut modifier le contenu ionique, le pH, la capacité de protection des sécrétions gastro-intestinales et affecter le transport au travers de l’épithélium intestinal. La zéolithe peut avoir également une influence positive sur la flore bactérienne et la résorption des vitamines et des oligoéléments. Le contact entre les particules de zéolithes avec les muqueuses gastro-intestinales peut induire la sécrétion de cytokines (une partie de notre système immunitaire) avec des actions localisées et systémiques. Il en résulte un tractus digestif en meilleure santé possédant une flore et une faune bénéfiques.

Zéolithe et mycotoxines. La zéolithe est réputée pour sa capacité de neutraliser des mycotoxines en formant des complexes hautement stables. Les mycotoxines constituent une famille diversifiée de toxines produites par certains champignons et plus particulièrement par des espèces du genre Aspergillus, Claviceps et Alternaria. Il existe plusieurs centaines de mycotoxines différentes qui peuvent provoquer des problèmes de santé tels que des pathologies rénales et hépatiques et peuvent affaiblir le système immunitaire. Les mycotoxines qui ont été le plus extensivement étudiées sont les aflatoxines (c’est à dire les toxines que l’on trouve dans le maïs, les arachides, le lait et les céréales) qui ont été corrélées à l’émergence de cancers du foie, de l’estomac et des reins. La capacité de la zéolithe, d’adsorber les aflatoxines, à généré des améliorations notoires de la santé de divers animaux. (Mumpton, Pariat 1999 et Kyriakis 2002).

Zéolithe en tant qu’adsorbant des métaux lourds. De nombreux métaux lourds ont été déchargés dans l’environnement, sous forme de déchets industriels, induisant de graves pollutions du sol et des eaux. L’exposition au mercure, au cadmium, au plomb et à l’arsenic constitue la principale menace vis à vis de la santé humaine. Ces métaux ont été extensivement étudiés et leurs effets sur la santé humaine régulièrement répertoriés par des institutions internationales telles que l’OMS.

Ces études ont mis en exergue que la zéolithe possède une affinité élevée pour piéger le plomb, le cadmium, l’arsenic, le mercure et d’autres métaux potentiellement dangereux. Au travers du

processus d’échange de cations, la zéolithe peut abaisser l’exposition totale aux métaux lourds chez un individu. Cela permettrait d’influer, de manière conséquente, sur la réduction de certains cancers et de pathologies cardiaques.

Il est intéressant de souligner que la zéolithe semble éliminer les toxines dans un ordre particulier. Durant les premières semaines, elle élimine les métaux lourds ci-dessus mentionnés; elle élimine ensuite les toxines de seconde urgence, à savoir les pesticides, les herbicides et les plastiques.

Zéolithe et pH. L’échelle utilisée pour mesurer l’acidité ou l’alcalinité est appelée pH et elle est normalement évaluée de 1 à 14. Une solution neutre, ni acide, ni basique, possède un pH de 7; l’acidité se situe en-dessous de 7 et l’alcalinité se situe au-dessus de 7. Le sang doit être conservé à un niveau très spécifique de 7.4 afin de maintenir son homéostasie.

Malheureusement, le régime alimentaire Occidental moderne contient énormément d’aliments acidifiants, tels que le sucre, les féculents et les hydrates de carbone raffinés. Ce type d’aliments ne peut pas maintenir un équilibre acide/basique adéquat dans le corps et il induit une augmentation de l’acidité. Il est alors impératif de restaurer l’homéostasie si l’on veut empêcher les pathologies de s’implanter dans l’organisme.

Le corps possède une panoplie variée de mécanismes permettant de maintenir l’homéostasie dans le sang et dans les fluides extra-cellulaires. C’est la présence de substances tampons, dissoutes dans le sang, qui lui permet de conserver un pH relativement constant.

La zéolithe protège le système en maintenant le pH à des niveaux oscillant entre 7.35 et 7.45, à savoir le pH optimal pour l’organisme humain. Le niveau de pH dans le corps influence à la fois l’immunité et le fonctionnement cérébral.

Un sang acidifié, (7.34 ou inférieur), génère un terrain favorable au cancer. Dans un environnement acide, les fonctions des cellules cérébrales peuvent être également perturbées, ce qui entraîne de la dépression, de l’anxiété, de l’hébétude, de la paranoïa, des illusions ou des hallucinations.

Zéolithe en tant que puissant antioxydant. Plus de 90 % des diverses pathologies (cancers, arthrite, maladies cardio-vasculaires, diabète, maladies neuro-végétatives, etc) tout autant que le vieillissement sont les conséquences de dysfonctionnement cellulaire et de lésions des cellules provoqués par l’influence directe ou indirecte des radicaux libres.

Le tabac, les habitudes alimentaires non adéquates, et les diverses sources d’irradiation provenant des substances chimiques toxiques, affaiblissent la capacité de se défendre d’un organisme et accroît les dangers des radicaux libres. Par exemple, des études scientifiques ont démontré que les personnes qui fument ont de 30 à 45 fois plus de chances de voir leur ADN lésé que ceux qui ne fument pas. Ainsi donc, les tissus et les cellules sont constamment exposés aux effets des radicaux libres.

De par son propre système antioxydant, la cellule se protège elle-même des lésions provoquées par les radicaux libres. Cependant, lorsque le système de défense s’affaiblit et que l’influence des radicaux libres augmente, le système de protection cellulaire devient insuffisant et il en résulte des lésions cellulaires.

La zéolithe constitue un antioxydant unique. Un antioxydant agit en absorbant l’excès de radicaux libres dans son système parce qu’il possède un électron libre non apparié. Par contraste, la zéolithe piège les radicaux libres au sein de sa structure complexe: elle les neutralise et elle les élimine.

Zéolithe et cancer. Le développement de l’industrie moderne a induit une pollution de plus en plus dramatique de l’environnement qui entraîne un risque catastrophique pour la santé, dont l’émergence de cancers. La prévention du cancer est ainsi l’un des défis auxquels doivent faire face les scientifiques du 21 ème siècle et l’élimination des substances cancérigènes de l’environnement en constitue une phase importante.

Les nitrosamines sont probablement les substances cancérigènes les plus répandues: dans

l’environnement de travail, dans les viandes industrielles, dans la fumée de cigarettes et dans les bières. De nombreuses substances cancérigènes, telles que les nitrosamines ou leurs précurseurs, pénètrent dans l’estomac humain par le biais des aliments et des boissons. La pollution environnementale aggrave ce problème caché en raison de la contamination de la nourriture et de la pollution de l’atmosphère. Cependant, bien que les nitrosamines soient des substances cancérigènes très connues, elles requièrent une activation métabolique avant de réagir avec l’ADN pour provoquer cancers et mutations. Dans la mesure où une matière adsorbante sélective est utilisée, il est très possible, et essentiel, de piéger les nitrosamines. La zéolithe est considérée comme le meilleur candidat. La zéolithe a été utilisée dans des remèdes à libération prolongée, des remèdes antitumoraux, des remèdes enzymatiques et des additifs dans les cigarettes pour éliminer les substances carcinogènes telles que les nitrosamines.

En résumé, le mécanisme d’action de la zéolithe, à l’encontre de la cellule cancéreuse, est unique et différent de toute autre substance. Elle possède la rare capacité d’intégrer une quantité gigantesque de toxines chargées positivement, en neutralisant indirectement leur influence dans l’émergence de cancers. Au cours de ce processus, la zéolithe développe une charge légèrement positive. Elle est alors attirée dans la membrane chargée négativement de la cellule cancéreuse. Lorsque la zéolithe pénètre dans la cellule cancéreuse, le gène p21 est activé. Ce gène agit comme un suppresseur de tumeur de par sa capacité de contrôler la progression du cycle cellulaire. L’activation du gène p21 stoppe la croissance des tumeurs en supprimant indirectement les signaux de croissance.